Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 août 2010

Tous derrière le Parlement, une véritable mascarade !

image-bat2.jpg

http://www.one-city.eu/

Qui ne songe à défendre le parlement Européen à Strasbourg. Son départ serait une catastrophe pour la Région. Une association locale a été crée dans le seul but de promouvoir une Europe polycentrique dont la représentation parlementaire ne serait plus située qu’à Strasbourg.

Jusque là rien à dire.

Un jour la triste nouvelle d’un possible départ de nos chers Parlementaires parvint à l’ouïe de jeunes Picards qui, n’écoutant que leur courage, ouvrirent un site en 23 langues pour la défense du lointain Parlement.

Pourquoi diable se lancer dans pareille aventure lorsqu’on habite à une heure de Bruxelles ? Pourquoi relever le défi d’une pétition suédoise ‘‘Cecilia Malmström’’ qui avait obtenu 1 200 000 signatures en faveur du Parlement dans la capitale belge ? Pourquoi de lointains Hasebock volaient-ils au secours de notre belle Alsace ?

Pour obtenir la réponse il suffit de contacter les auteurs, Pierre SAVREUX, Fabrice HINSCHBERGER - et Brigitte FOURE, Maire d’Amiens de 2002 à 2007 - ...ou de visiter leur site www.one-city.eu !

Un tel exemple aurait du nous enchanter, nous faire rêver, nous ouvrir aux bienfaits de la fraternité et de l’entraide avec l’espoir de mobiliser de la sorte toutes les Régions de France et de Navarre !

Tous les Alsaciens auraient du signer la pétition de ces gentils Hasebocks. Chaque épicier, bourgmestre ou marchand de sommeil aurait du dérouler le tapis rouge en remerciement de cette attention fort utile en ces temps difficiles !

Mais point du tout. Rien de tout cela.

L’Alsacien seul vaincra, nenni ma foi … en s’accrochant à l’accord d'Edimbourg comme une patelle à son rocher !

Plus triste, tu meurs !!!

En octobre 2008, One-City comptait 1 700 signatures … il en compte aujourd’hui 5 071 … contre 1 266 544 pour ‘‘ oneseat.eu ’’ de Cecilia Malmström !

J’avais oublié que nous ne sommes que 1 820 000 Elsasser !

Aint Wànderer

13:31 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : parlement, europe, europa

L'Eurodistrict s'étoffe davantage avec le sport !

Un nouveau souffle (sportif) est donné du côté de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau avec l'inauguration de la nouvelle piste inauguration.jpgcouverte d'athlétisme à Offenbourg.

La construction n'a duré qu'un an, signe d'un travail déterminé et véloce entre la ville Offenbourg, la Ligue d'athlétisme de l'Ortenau, et la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS).

A l'image d'une première pierre posée -prémices d'une coopération franco-allemande forte dans le domaine du sport- le hall est doté d'un équipement moderne et est mis à la disposition des athlètes de la CUS et de l'Ortenau.

« Il n’est pas de gloire plus grande pour un homme que de montrer la légèreté de ses pieds et la force de ses bras… » Homère

Franziska Heintz, coordinatrice de projets au Forum Carolus

 

13 juillet 2010

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

europe.jpg

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

Le comité de soutien pour un lieu d'Europe s'est réuni une dernière fois cet été, au siège de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) pour traiter, en présence de Olivier Bessin, Thierry Coltier, et Alain Genel des différentes avancées du projet de construction d'un lieu d'Europe à Strasbourg, dont l'emplacement n'est pas encore décidé.

Les différents intervenants de ce vendredi 9 juillet 2010 ont mis l'accent sur la nécessité d'un lieu ouvert aux différentes cultures et à leurs différentes visions de l'Europe. A cela s'ajoute évidemment un travail de coopération au-delà du duo franco-allemand. Il s'agit de «faire le lien entre les Institutions de la Grande Europe» rappelle Klaus Schumann, tout en projetant Strasbourg comme «un pilier en matière de gouvernance» ajoute Claire-Zoë Koenig.

Pour attirer l'attention des citoyens européens sur ce projet et les amener à «la notion d'unité dans la diversité» d'après Michel Mattoug, il est essentiel de rendre ce lieu «attractif». Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe, souligne l'aspect touristique du lieu qui pourra accueillir plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an. L'implication citoyenne et celle des différentes institutions européennes, locales, mais aussi régionales sont la clef de voûte de cette démarche d'attractivité.

Sur le plan architectural, Alexis Lehmann pointe l'importance du «contenant» du bâtiment sur son «contenu». Ce lieu, pour être dans une perspective d'attractivité, doit être «élevé» et «moderne», à l'instar de l'Europe de demain. «Tout ce qui s'élève converge», par Teilhard de Chardin, imaginons donc un projet à la pointe de l'Europe unie dans sa diversité.

Le transport vers le «lieu d'Europe» n'est pas non plus négligé : Christine Metzger oriente son discours vers l'idée d'un «lieu de passage sur le Rhin», symbole fort d'échange entre les pays européens. Des bateaux seraient mis à disposition pour amener les visiteurs vers le lieu d'Europe.

C'est peut-être grâce à un tel projet que, espérons-le les mots de Jean Monnet s'incarneront dans une véritable conscience européenne : «Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes».

  • Notes : les citations d'auteurs (Jean Monnet et Teilhard de Chardin) proviennent des intervenants lors de la table-ronde.
  • Intervenants :

Olivier Bessin , Chef de service des Relations européennes et internationales de Strasbourg;

Thierry Coltier, directeur associé de Kanopée;

Alain Genel de Kanopée Consultants

Klaus Schumann, ancien directeur général des affaires politiques du Conseil de l'Europe

Claire-Zoë Koenig, franco-allemande travaillant dans les relations inter-culturelles

Michel Mattoug, enseignant chercheur à l'Université de Strasbourg et vice-président de l'APR

Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe

Alexis Lehmann, chef des projets Rhino et Eurodom

Christine Metzger, vice-présidente de Propeller Club International

 

Franziska HEINTZ, coordinatrice de projets au Forum Carolus

06 février 2007

L'Europe et l'élection présidentielle

Souhaitant que l’Europe soit plus souvent évoquée dans le débat pour l’élection présidentielle, nous vous proposons de consulter les propositions, déclarations et programmes de quelques uns des candidats déclarés à l’élection présidentielle. (Cliquer sur le nom du candidat pour être directement dirigé vers la page concernée) :

 

medium_images.3.jpgFrançois Bayrou. La phrase clé, extraite du programme: « L'Europe, acteur du destin de la planète, c'est une idée, on pourrait même dire que c'est une utopie française »

 

Olivier Besancenot. La phrase clé, extraite du programme de la LCR : « L’Union européenne reproduit, en les aggravant, tous les travers des institutions nationales. »

 

José Bové (pas encore de programme officiel sur la question européenne mais vous pouvez lire son manifeste sur la Constitution Européenne parue dans le journal Le Monde et diffusé sur un blog ami). La phrase clé : « L’Europe néolibérale n’a rien à envier aux États-Unis » (l’Humanité).

 

medium_turquienon.gifJean-Marie Le Pen. La phrase clé, extraite du programme du Front National : « L’enjeu européen : la fin de la  France »

 

Philippe de Villiers. La phrase clé de son programme. « Construire l’Europe des patries sans la Turquie »

 

Marie-George Buffet. Sa phrase clé : « L’Europe libérale, c’est oui ou c’est non »

 

Christian Chavrier. La phrase clé issue du programme du Parti fédéraliste : « Pour faire face à la mondialisation et favoriser la mise en place d'un modèle social européen, il faut une Constitution fédérale pour l'Europe. »

 

Nicolas Dupont-Aignan. Sa phrase clé : « Les nations européennes, vaccinées contre les guerres intestines, n’ont pas besoin de fusionner dans un ensemble qui mettrait les peuples sous tutelle. »

 

Arlette Laguiller. (Intervention de Arlette Laguiller sur L’Union européenne lors d’un meeting). Sa phrase clé : « L'union européenne (…) est l'oeuvre de banquiers, d'industriels, de marchands, obsédés par la concurrence et par la recherche de toujours plus de profits »

 

Ségolène Royale. Sa phrase clé : « L’Europe est le seul acteur qui puisse équilibrer les relations internationales dans le sens de la paix »

 

Nicolas Sarkozy (pas de programme officiel pour l’instant, mais un discours prononcé le 8 septembre à l’invitation de la Fondation Robert Schuman. Sa phrase clé : «  Pour ma part, j'ai toujours voulu croire en une Europe politique. Je ne veux pas cesser d'y croire. », Discours prononcé toutefois devant un public acquis qu’il fallait caresser dans le sens du poil. On attend encore le programme…

 

medium_rubon69.gifDominique Voynet (lire les pages 39 à 43 du programme des Verts). La phrase clé extraite du programme des Verts : « Nous pensons que l’un des enjeux principaux des échéances de 2007 réside dans la capacité de la France à relancer la construction européenne sur de nouvelles bases. »

 

26 janvier 2007

"Faire entendre la voix de ceux qui ont dit oui"

Les ministres ou secrétaires d'Etat aux affaires européennes des dix-huit pays qui ont ratifié le traité constitutionnel se sont réunis, vendredi 26 janvier à Madrid, pour en défendre la substance. L'initiative de la rencontre vient de l'Espagne et du Luxembourg, les seuls qui aient fait approuver le texte par référendum.

medium_miguel_angel_moratinos.jpgVoici quelques déclarations  des personnalités politiques présentes, tirées d’un article du Monde de Thomas Ferenczi et Rafaële Rivais et d’un article de l’agence Reuters :

"En résumé, le traité constitutionnel est, malgré ses défauts, un document magnifique qui répond bien aux besoins de l'Union et de ses citoyens", a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos (à gauche).medium_nicolas_schmit.jpg

"Nous ne voulons pas que ceux qui ont dit non enferment le processus autour du non", a déclaré à l'agence Reuters le ministre luxembourgeois, Nicolas Schmit (à droite), qui copréside la réunion. Celle-ci, a-t-il ajouté, est "une démarche positive pour rappeler que l'Europe a besoin d'une réforme en profondeur et qu'à ce stade la meilleure réforme est celle proposée par le traité constitutionnel."

27 juillet 2005

gouvernement mondial 10 mai 2010

 

europe_usa_Alex_Falco_Chang-8c508.jpgPro-européens contre mondialistes

ou

Du rififi chez les associatifs européensL'Europe dans le monde.gif.png

 

 

Dans le milieu des lobbyistes alsaciens, une querelle est en train d'opposer des partisans du mondialisme aux défenseurs de l'idée européenne. D'un côté, Troy Davis et Christiane Roederer ; face à eux, Henri de Grossouvre et les défenseurs d’une Europe politique capable de défendre ses intérêts spécifiques.

Troy Davis, américano-alsacien résidant à Strasbourg, est « ingénieur en démocratie » (sic) et fils du « citoyen du monde » autoproclamé Garry Davis qui interrompit en 1948 une séance des Nations Unies pour demander la création d’un gouvernement mondial. Christiane Roederer est présidente d’honneur de l'association des Écrivains d'Alsace-Moselle. Troy Davis, Christiane Roederer et quelques autres ont eu l'idée en 2006 de créer une association dont le but est de défendre le siège strasbourgeois du parlement européen. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. C'est donc en mars 2007 qu'est née « l'Association pour la démocratie européenne ».

Troy Davis, secrétaire général de cette association, avait à l'époque recherché des personnalités comme membres fondateurs et administrateurs de la nouvelle association. C'est ainsi qu'il avait approché Henri de Grossouvre, auteur de livres sur les questions européennes et directeur du think tank Forum Carolus (www.forum-carolus.org ).

Récemment, Troy Davis a contacté Henri de Grossouvre pour lui apprendre qu'à la faveur d'une prochaine assemblée générale, la nouvelle association pourtant crée pour la défense du parlement européen à Strasbourg allait inscrire dans ses statuts la promotion du gouvernement mondial ! Rien que ça ! H. de Grossouvre découvre alors que Christiane Roederer, présidente de ladite association, était également une ancienne et active militante du mondialisme.

Et c'est le clash entre Henri de Grossouvre et la présidente Christiane Roederer ! D'un côté le défenseur d'une Europe puissante et indépendante des Etats-Unis, de l'autre les tenants d'un gouvernement mondial qui ne pourrait être qu’américanocentré. Belle empoignade et échange de courriels acides.

Madame Roederer (voir www.christianeroederer.org) ne fait en effet pas mystère de ses convictions mondialistes :

« (…) Frères marchez avec nous

Les boiteux du troisième millénaire

Aux visages poudrés de cendres

Des charniers d’Orient et d’Occident

Et que migrants parmi les migrants

La conscience nous vienne

De notre universelle fraternité »

Christiane Roederer / Revue poétique / Mars 2003

Tout y est, n’est ce pas ? La grande vision prophétique et la niaiserie universaliste ! Le robinet d’eau tiède des bourgeoises de province qui, s’ennuyant ferme, se propulsent sauveurs du monde ! Mais d’où lui vient cette grande vision ? A en juger par le thème d’une de ses dernières conférences : « L’écrivain lien entre le monde visible et invisible » (sic !), Christiane Roederer nous laisse entendre qu’elle a des talents de voyante...

Troy Davis, est quant à lui un militant non moins actif du gouvernement mondial, pour s’en persuader il suffit de consulter sa notice wikipedia intitulée « Troy Davis (militant) ». On y apprend qu’il est l’auteur d’un « Appel pour une démocraghyghvh.jpgtie mondiale ». Pour terminer la notice, les liens cités sont sans ambigüités, ils y en a quatre : 1 : citoyens du monde, 2 : citoyenneté mondiale, 3 : Mondialisme, 4 : mondialisation démocratique.

La promotion du gouvernement mondial, sous sa forme moderne, est née au XIXe siècle au sein des élites  a nglo-saxonnes, britanniques puis états-uniennes, qui ont toujours caché leur soif d’hégémonie derrièr e les idéaux occidentaux de la démocratie et des droits de l’homme. Autrement dit les Etats-Unis sont étonnamment plus prompts à rétablir la démocratie dans les régions du monde riches en hydrocarbures. Car « Qui contrôle l’énergie contrôle le monde et détient la clé de sa croissance » (Général Gallois). Or c’est justement en prenant le prétexte de la meilleure exploitation mondiale des hydrocarbures et des ressources stratégiques que les élites états-uniennes arrivent à persuader les naïfs, « les idiots utiles » qu’il est urgent de créer un gouvernement mondial pour gérer dans l’intérêt des habitants de la planète ces précieuses ressources.

En Alsace on connaît malheureusement les méfaits du jacobinisme et de la centralisation. Un gouvernement mondial nécessiterait une centralisation puissance mille. Car évidemment les humanistes du gouvernement mondial ne pourront gouverner le globe comme on gouverne la Suisse ou le Liechtenstein. A la schlague il marchera ce gouvernement mondial humaniste !

Le 5 mai dernier a eu lieu l'AG de l’association présidée par madame Roederer et dont Troy Davis est le secrétaire général. Une petite douzaine de personnes était réunies. Mais l'irritation et l'action d’Henri de Grossouvre ont portés leurs fruits: le projet de gouvernement mondial n'a pas été inscrit dans les statuts. En revanche, au cours de cette assemblée, une curieuse résolution a été votée : la possibilité de rémunérer les membres du conseil d'administration. Ben voyons ! Charité mondiale certes, mais charité bien ordonnée commence par soi-même. À ce train là, il ne restera plus rien pour défendre le parlement.

Texte de Camille Zaeh paru dans Heb'di

 

http://www.hebdi.com/ index.jpg

22:15 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe