Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2012

Photos du débat du 30 mai: Robert Herrmann & Philippe Bilger

Débat entre Robert Herrmann, 1er adjoint à Strasbourg et Philippe Bilger, magistrat, organisé et introduit par Vincent Gouvion, président du Cercle Daniel Riot et animé par le professeur Eric Maulin, directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg et vice président du Forum Carolus

DSCF2731X2.jpg

 

DSCF2725X4.jpg

DSCF2710X3.jpg

DSCF2766X2.jpg

DSCF2705X3.jpg

DSCF2773X2.jpg

DSCF2796X2.jpg

DSCF2675X2.jpg

DSCF2789 - Copie.JPG

DSCF2812X2.jpg

DSCF2794X2.jpg

Photos Forum Carolus (utilisables en mentionnant la source)

19 mai 2012

Grand débat: Entre justice et politique: quelle place pour la corruption?

Le mardi 29 mardi 2012 à 19h00 à la salle Blanche de la Librairie Kléber à Strasbourg avec:M.-Robert-Herrmann.jpg

DSCF1932.JPGPhilippe BILGER, avocat général honoraire à Paris et Robert HERRMANN (photo de droite), Premier adjoint au maire de Strasbourg. Le débat sera présenté et modéré par le professeur Eric Maulin, vice-doyen de la Faculté de droit et directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes.

Le débat est organisé par le Cercle Daniel Riot en partenariat avec le Forum Carolus et sera animé par Vincent Gouvion (photo de gauche), président du Cercle Daniel Riot.


22 mars 2012

Armand Jung et les langues régionales

Armand Jung.jpgArmand JUNG, député de la première circonscription du Bas-Rhin (photo de droite) et seul député socialiste d'Alsace a récemment publié un livre sur les langues régionales, sujet sur lequel le Forum Carolus travaille depuis sa création (groupe de travail sur ce thème, nombreuses conférences et publications...). Cet essai "Langues et cultures régionales, en finir avec l'exception française" a été rédigé avec le député du Finistère Jean-Jacques URVOAS.

Cet ouvrage que nous vous recommandons retrace la lente et progressive politique d'éradication en France des langues et cultures régionales, commencée avec l'édit de Villers-Cotteret en 1539 et dont un des points d'orgue a été consacré par la victoire des jacobins sur les girondins.

Eric Maulin - H de Grossouvre - Michel Rocard - Ambassadeur Wille.jpgArmand JUNG, comme une grande partie de la gauche alsacienne, dont le maire de Strasbourg Roland Ries, revendique justement l'héritage de la tradition girondine contre le centralisme jacobin. Jung et Ries ont d'ailleurs été influencé par la personalité et le courant de Michel Rocard. La deuxième gauche avait, on se le rappelle, privilégié dans ses travaux et ses priorités, la décentralisation et le régionalisme: "la deuxième gauche, décentralisatrice, régionaliste, héritière de la tradition autogestionnaire, qui prend en compte les démarches participatives des citoyens, en opposition à une première gauche jacobine, centralisatrice et étatique" (Michel Rocard au congrès de Nantes en 1977). Ces priorités font écho à de nombreuses valeurs de la tradition rhénane et alsacienne auxquelles le Forum Carolus est tout particulièrement attaché (photo de gauche: débat organisé par le Forum Carolus avec Michel Rocard en septembre 2009 à Strasbourg, au centre H de Grossouvre et Michel Rocard).

Armand Jung et Jean-Jacques Urvoas concluent sur la période actuelle en constatant que le débat sur l'identité nationale lancé par le président de la République a bloqué toute progression de la situation actuelle qui marginalise et fait disparaitre ce qui reste des langues régionales dans notre pays.

Henri de Grossouvre

Télécharger l'ouvrage d'Armand Jung et JJ. Urvoas sur le site de la fondation Jean Jaurès

Sur les langues régionales on peut se référer aussi à plusieurs chapitres du livre bilingue du Forum Carolus "L'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau", préfacé par Roland Ries.

12 février 2012

AG du Forum Carolus - samedi 11 février 2012

L'assemblée générale annuelle du Forum Carolus a eu lieu hier chez le président du think tank strasbourgeois, au château d'Ebnet à Fribourg en Brisgau. Après les présentations d'usage par le tréosorier du Forum Carolus, Alain Favaletto, les nouveau membres ont été présentés, Margaux Meidinger et Jean-Cyr Darby, et les projets 2012 ont été annoncés: entre autres organisation d'un débat pour présenter la publication trilingue (français, allemand, hongrois) des actes du colloque co-organisé par le Forum Carolus en Hongrie en 2011 sur les minorités en Europe. Un livre est également en préparation sur le thème "orthodoxie et libéralisme". Un nouveau stagiaire a rejoint le Forum Carolus, David Christian Ferenczi.

Après cette matinée d'AG et de présentation des projets 2012, une rencontre a eu lieu entre le Forum Carolus, "Europäische Denkfabrik in Strassburg" et la "Freiburger Denkfabrik", présidée par Maximilian Erlmeier.

Photos de l'Assemblée Générale du Forum Carolus:

Montages.jpg


Photos de la rencontre des "Denfabrik" de Strasbourg et de Fribourg:

Selection rencontre 2 Denkfabrik.jpg

Voir l'article paru sur "Deux rives - Zwei Ufer

Voir la page Facebook du Forum Carolus

02 février 2012

Invitation et AG du Forum Carolus: 11 février à Ebnet

L'Assemblée Générale du Forum Carolus aura lieu chez notre président, M. von Gayling, au château d'Ebnet, le samedi 11 février 2012, de 10 heures à 14h

***

Assemblée générale du Forum Carolus

puis préparation du programme des activités 2012

Renseignements et inscriptions auprès de Fiona Goerg: 

fiona.goerg@forum-carolus.org

ebnet.jpg


10 janvier 2012

Intervention hier du délégué général du Forum Carolus au "Kitson Club"

 Le délégué général du Forum Carolus, Henri de Grossouvre, est intervenu hier soir au Kitson Club. Il a été question de la vision allemande de la France en crise et de la vision par un pays éloigné, Taiwan, qui était représenté à cette soirée par son ambassadeur. Le vice-président du Forum Carolus, le professeur Eric Maulin a également participé à cette soirée.

090112-11.JPG

Derrière: Henri de Grossouvre, Elisa Kitson, devant: Ambassadeur Lu, Bruno Cluzel

image2012-01-10-164518-1.jpg

090112-54.JPG

02 décembre 2011

Photos du débat sur l'orthodoxie et l'Etat russe

DSCF3156 - Copie.JPG   DSCF3171.JPG

DSCF3181 - Copie.JPG

DSCF3179.JPG DSCF3196.JPG   DSCF3202.JPG

 

 

 

            

 

 

 

 

 

DSCF3143.JPG

01 décembre 2011

FASE 2011

Journée d’étude dans le cadre du

Forum Académique sur la Sécurité en Europe

Quatrième édition – Strasbourg, 05 décembre 2011

"Les relations entre l’Europe et la Russie, politique et spiritualité"

À l’Association parlementaire européenne

76 allée de la Robertsau

Le Forum Académique sur la Sécurité en Europe (F.A.S.E.) est un projet mis en place par l’Association RETE-IHEE en collaboration avec l’Institut des Hautes Études Européennes de Strasbourg et l’Association Parlementaire Européenne.

Le projet F.A.S.E. vise à promouvoir l’étude des problématiques liées au concept de « sécurité » en Europe, tout en favorisant une réflexion académique sur ce thème qui soit transnationale et interdisciplinaire.

Dans le cadre privilégié de Strasbourg, capitale démocratique de l’Europe, FASE répond à l’attente du grand public de comprendre les Organisations et Institutions internationales responsables de la sécurité du continent européen, garantes de la paix et des droits de l’homme, face aux défis des relations internationales contemporaines.

F.A.S.E. 2011

 

Les forces de la mondialisation suscitent aujourd’hui craintes et tremblements. Les sociétés européennes se sentent menacées par le processus qu’elles ont pourtant elles-mêmes engagées. A la recherche d’alternatives à la mondialisation sauvage, le partenariat avec la Russie, nation sœur, de civilisation européenne, parait incontournable, non seulement d’un point de vue géostratégique mais pour des raisons spirituelles. La quatrième journée de du Forum Académique sur la Sécurité en Europe tente d’explorer cette double dimension spirituelle et matérielle du partenariat de l’Union européenne avec la Russie.

La quatrième édition de F.A.S.E. est mise en place par l’Association RETE-IHEE en étroite collaboration avec l’Institut des Hautes Études Européennes de Strasbourg ainsi que l'Association Parlementaire Européenne, et le soutien des services diplomatiques russes de Strasbourg, la ville de Strasbourg et la Région Alsace.


 

F.A.S.E. 2011

"Les relations L’Europe et la Russie,  politique et spiritualité "

Strasbourg, 05 décembre 2011

Programme du Forum

 

 

9.15

Accueil et enregistrement des participants

9.20

Paul Clad

Secrétaire Général de l’Association Parlementaire Européenne

9.30

Martin W. Mlodecki

Président de RETE-IHEE Alumni

9.40

Pascal Mangin

Conseiler Régional, Représentant de la Région Alsace

9.50

Éric Maulin

Directeur de l’Institut des Hautes Études Européennes

 

 


Panel 1.

Religions et LIBERTE.

Regards des eglises catholique et orthodoxe sur les evolutions de la notion de liberte

2H00

 

 

 

 

 

 

Présidence des débats

Martin W. MLODECKI

Directeur Adjoint du Forum Académique sur la Sécurité en Europe

10.00

Monseigneur Aldo GIORDANO

Représentant du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe

Un regard catholique sur la liberté

10.30

Hégoumène Philippe RYABYKH Représentant de l’Eglise orthodoxe russe auprès du Conseil de l’Europe

Un regard orthodoxe sur la liberté  

 

 

11.00

 

Table ronde et discussion avec la salle

 

 

 


Panel 2.

Les dynamiques du développement entre l’Europe et la Russie

14H00 – 16H30

 

 

 

 

 

 

Présidence des débats

Henri DE GROSSOUVRE

Président de l’Association Paris-Berlin-Moscou

14h00

M. Henri de GROSSOUVRE

Introduction au débat

14h15

M. Igor KAPYRIN

Représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès du Conseil de l’Europe

Les piliers de la construction pan-européenne

14h45

M. Aymeric CHAUPRADE

Essayiste, Directeur de la Revue française de géopolitique

Le partenariat stratégique de l’Europe et de la Russie : regards géopolitiques

15h15

M. Jean-Claude EMPEREUR

Vice-président de la section française de PAN-EUROPE

 La souveraineté de l’Europe et le partenariat stratégique avec la Russie

 

15h45

 

Table ronde et discussion avec la salle

 

19 novembre 2011

Orthodoxie et Etat russe: dialogue ou instrumentalisation?

 

affiche1600.jpg

Programme détaillé et affiche au format 

 

Inscriptions à la soirée sur la page Facebook du Forum Carolus

10 octobre 2011

Orthodoxie et politique - Invitations 30 novembre & 5 décembre

Poutine Patriarche.jpgLe Forum Carolus organise le mercredi 30 novembre dans l'amphithéatre de l'ITI-RI une soirée débat consacrée aux rapports entre l'église orthodoxe et la politique en Russie depuis 1989. Nous serons heureux d'accueillir ce soir là le représentant du patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l'Europe, l'hégoumène philippe (Riabych). Le père Philippe était auparavant vice-président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou et aussi secrétaire aux relations entre l'église et la société. Ce débat contradictoire (les noms des autres intervenants seront communiqués ultérieurement) est organisé par trois étudiantes de l'ITI-RI stagiaires au Forum Carolus et sera animé par le professeur Eric Maulin, directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg et vice-président du Forum Carolus et par Henri de Grossouvre, délégué général du Forum Carolus et président de l'association "Paris Berlin Moscou". Les précisions sur les programme de cette soirée seront communiquées prochainement.

Par ailleurs, nous vous invitons également à retenir la date du lundi 5 décembre à laquelle le Forumpatriarch-kirill-and-medvedev.jpg Académique sur la Sécurité en Europe (FASE) organise un colloque à l'assemblée parlementaire européenne, 76 allée de la Robertsau, ayant pour thème: "Les relations entre l'Europe et la Russie, politique et spiritualité". Ce colloque est co-organisé par le professeur Eric Maulin et par Martin Mlodecki, président de RETE-IHEE alumni (anciens de l'IHEE). Il est organisé en partenariat avec la ville de Strasbourg, l'association parlementaire européenne (dont Paul Clad est le secrétaire général), la région Alsace et l'université de Strasbourg. La première table ronde sera consacrée aux regards que portent aujourd'hui l'église orthodoxe et l'église catholique sur le libéralisme. La seconde table ronde sera consacrée aux dynamiques de développement entre l'Union Européenne et la Russie et sera présidée par le délégué général du Forum Carolus.

Ces deux événements participent à un travail de préparation d'un ouvrage à venir du Forum Carolus portant sur "Orthodoxie et libéralisme".

Vous pouvez d'ores et déjà réserver ces deux dates, les programmes complets et précisions pratiques suivront.

Le Forum Carolus

16 avril 2011

Lancement du Saint Hubert Club de France ALSACE

 24 mai 2011 à 18h30 au château de Pourtalès

sthub_86_couv.jpgst_hub_87_couv.jpgst_hubert_couv91.jpgsthub_mai_couv.jpg

Chasse et développement durable - Victor Scherrer.gifLe Saint-Hubert club de France va créer des sections régionales, l'Alsace sera la première a être lancée, puis Lyon suivra.

Le Saint-Hubert Club de France a parallèlement lancé une grande réflexion sur la chasse qui associe des non chasseurs et les acteurs de l'environnement et organise par exemple régulièrement des cafés philo. La dernière invitée à été au Procope, à Paris, Chantal DELSOL qui est intervenue sur la chasse et la prédation. Au delà de la chasse c'est une conception de la nature, voire du monde que nous revendiquons et sur laquelle nous souhaitons débattre dans la convivialité.

Nous aurons la chasse d'avoir parmi nous monsieur Victor Scherrer,vscherrer.jpg président du Saint-Hubert Club de France et président de la section française du Conseil International de la Chasse et par ailleurs chef d'entreprise (notamment président des eaux de Wattwiller) et homme de culture.

Le Saint-Hubert Club de France est la plus ancienne institution cynégétique française à l'origine de nombreuse organisations de protection de la nature (ONF, LPO ! etc.) et publie une revue sans interruption depuis sa création.

Nous écouterons notre ami le professeur Maulin, directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg et vice-président du Forum Carolus qui interviendra sur le thème "la chasse, le tragique et la mort" (en susbstance dans les sociétés modernes seuls les chasseurs assument pleinement la mort). Eric Maulin est philosophe de formation, agrégé de droit public et chargé de la réflexion philosophique sur la chasse auprès de la section française du Conseil International de la France.

getpicture.php.jpgL'inscription est obligatoire auprès du secrétariat parisien du Saint-Hubert Club de France: Suzanne RACK, 01 40 20 90 70 et sainthubertclubdefrance@gmail.com (le nombre de places est limité).

Nous serons accueillis par la propriétaire du château, madame Ulrike Leibrecht, que nous remercions sincèrement de pouvoir lancer le SHCF Alsace dans ce cadre priviliégié.

autour12.jpgthe-beautiful-and-enchanting.jpgjagd_se_k_05_ii__221_.jpg

Télécharger l'invitation au format pdf

Qu'est ce que le Saint Hubert Club de France ?

L'événement sur la page Facebook du Forum Carolus

30 mars 2011

31 mars : Table-ronde "Lutte contre la violence domestique : quelles initiatives et solutions européennes ?"

   cedh.pngA l'occasion du 60ème anniversaire de la Convention Européenne des Droits de l'Homme, la Ville de Strasbourg et la Cour Européenne des Droits de l'Homme ont désigné une équipe d'étudiants pour promouvoir, par la mise en oeuvre d'actions locales, les droits de l'Homme en Europe (projet Hurry up).

 

Dans cette perspective, une table-ronde qui aura pour sujet

"Lutte contre la violence domestique : quelles initiatives et solutions européennes ?" est organisée le 31 mars prochain à 18h30 en salle 318 à l'IEP de Strasbourg (47 avenue de la Forêt Noire)

   Le sujet s'axe plus spécifiquement autour de la lutte contre les violences domestiques - harcèlement, manipulation, violence psychologique dans le milieu familial : les outils juridiques et politiques à une nécessaire prise de conscience.


   5 spécialistes interviendront lors de la table-ronde :
- Franca Sieffert (responsable lieu d'écoute - SOS Femmes solidarité);
- Sophie-Anne Dirringer (Chargée de Mission Départementale aux Droits des Femmes et à l'Egalité)
- Dorothee Von Arnim (juriste à la Cour Européenne des Droits de l'Homme)
- Lucie Veyretout (doctorante en droit public à l'Université de Strasbourg)
- Konul Gasimona, (juriste assistante à la Cour Européenne des Droits de l'Homme)
La table ronde sera animée par Me Laurent Hincker, avocat en droit pénal, droit des personnes, droit européen, et droit de l'Homme


Franziska Heintz, responsable des actions locales "Hurry Up" de Strasbourg

 accueil?ItemID=1634179507

16 mars 2011

Un colloque en Europe centrale

DSC07031.jpgSous le Haut Patronage du Secrétaire général du Conseil de l’Europe, dans le cadre du programme officiel de la Présidence hongroise de l’Union européenne, le Forum Carolus organisait avec la Fondation Joseph Karolyi et l’Institut français de Budapest, dans l'ancienne résidence d'été de la famille Karolyi, dont une aile abrite aujourd'hui la bibliothèque de François Fejto, un colloque international sur « Les minorités ethniques et linguistiques en Europe. Richesses et défis » les 10 et 11 mars 2011.

A l’heure où les petites nations d’Europe occidentale sortent d’un long sommeil et revendiquent la reconnaissance de leur identité culturelle et linguistique, de leur autonomie politique voire de leur indépendance, le détour par l’expérience plus que séculaire de l’Europe centrale n’est sans doute pas inutile. Le concept de minorité nationale y est en effet non seulement courant mais banal. Pratiquement toutes les constitutions des Etats d’Europe centrale reconnaissent des droits à leurs minorités nationales, dans un système d’obligations réciproques entre les Etats plurinationaux et de nations pluriétatiques. Le colloque a été l’occasion de confronter les points de vue occidentaux et orientaux.

Le colloque a été ouvert par le vice-premier ministre de la Hongrie, M. Zsolt Semjen. Tout en soulignant les efforts consentis par la Hongrie dans la reconnaissance des minorités nationales, efforts qui ne sont pas tout à fait désintéressés puisqu’un tiers de Hongrois vivent en dehors des frontières de l’Etat et attendent la reconnaissance et la protection de leurs droits minoritaires, le vice-premier ministre a clairement mis en évidence les risques de dérives qui résulteraient d’une reconnaissance trop large du droit des minorités. Il a plaidé pour une claire distinction entre les minorités anciennes, autochtones, nationales, qui contribuent à la constitution historique de l’Etat et tirent de ce fait des droits à la reconnaissance, des minorités nouvelles ou opportunistes qui n’espèrent retirer que des avantages d’une revendication historiquement sans fondement.


DSC07040-1.jpgSon Excellence, M. René Roudaut, ambassadeur de France auprès de la République de Hongrie, a exprimé un point de vue moins tranché. Insistant sur la dimension volontaire de l’appartenance à une minorité ethnique, linguistique ou culturelle, en ce sens au moins que l’individu peut toujours choisir de n’en pas revendiquer les droits, il a fondé l’appartenance communautaire à la revendication subjective dans une tradition qui n’est guère éloignée des conceptions libérale de l’appartenance à la communauté.

Le ton était donné et cette distinction est souvent revenue dans les débats.

Après les exposés plutôt théoriques de messieurs Kantor Zoltan, Yves Plassereau, Eric Maulin et Alexey Kozhemyakov, lequel a exposé les standards et pratiques du Conseil de l’Europe dans le domaine de la protection du droit des minorités, Jean-Marie Woehrling a donné un brillant exposé de la philosophie de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et Henri Giordan, l’un des premiers rapporteurs sur un projet de reconnaissance des langues minoritaires en France, en 1982, a traité de la stratégie de reconnaissance des langues minoritaires.

Puis c’est à l’analyse de cas concrets, de cas particuliers, qu’ont été consacrées les conférences. La plupart des intervenants ne se sont pas contentés d’une simple description mais ont proposé la définition d’un modèle. Ont ainsi été successivement présentés les modèles germano-danois (Ulrike Barten), suisse (Uli Windisch), Europe-centrale (Bela Borsi-Kalman), Sud-Tyrol (Beate Sibylle Pfeil). Puis les cas des minorités françaises ont pu être analysés avec la Corse (André Fazi), la Catalogne du Nord (Martine Camiade), l’Alsace (Pierre Klein). Le sort et la reconnaissance des droits des Allemands de Russie (Klaus Harer), de la communauté germanophone de Belgique (Karl-Heintz Lambertz, ministre-président), de la Communauté turco-tartare de Roumanie ont aussi été analysés et comparés.

32.JPGDeux moments particulièrement poignants ont marqué ce colloque. Le premier était l’essai de micro-histoire de Janos Pérényi sur le destin tragique des villages de Kisszelmenc et Nagyszelmencde  á la frontière slovako-ukrainienne et de Perén en Slovaquie tout près de la frontière hongroise, coupés en deux par les hasards des tracés des frontières. Le professeur Popovic, directeur de l’Institut d’études ruthènes de Hongrie a ensuite évoqué le destin tragique de cette nation sans Etat, dont une minorité est installée en Hongrie, rendant hommage aux grandes familles, aux Karoyi, aux Pérényi pour leur contribution à la construction d’un Etat hongrois plurinational et à leur bienveillance toute particulière vis-à-vis des minorités de ruthénie subcarpatique.

Au cours du dernier repas André Fazi nous a spontanément interprété quelques très beaux chants corses, dont "A Serva", qu’il donne habituellement dans le cadre du groupe de chants modernes et traditionnels Voce Ventu.

Les actes de ces deux belles journées, dont la presse écrite et la télévision honrgoises se sont largement fait l'écho, seront prochainement publiés et le Forum Carolus rendra bien entendu compte de cette publication.

Un prochain colloque, sur les coopérations transfrontalières, en Europe occidentale et en Europe centrale, sera organisé en Hongrie, par le Forum Carolus et ses partenaires au printemps 2012.

 

Récemment mis à jour2.jpg

 

08 mars 2011

Colloque en Hongrie - Internationales Kolloquium in Ungarn

01_chateau02.jpgL'Institut français de Budapest, la Fondation Joseph Karolyi et le Forum Carolus organisent les 10 et 11 mars un colloque international en Hongrie, à la fondation Karloyi: "Les minorités ethniques et linguistiques en Europe, richesses et défis".

Avec le soutien de la fondation Hanns Seidel de Budapest, de la fondation Robert Schuman de Paris, de l'Institut culturel tchèque, de l'Institut Goethe, de l'Institut culturel slovaque, de l'Institut culturel roumain, de l'ambassade de Suisse de Budapest, et du centre européen pour les Questions de Minorités (ECMI). Avec la participation de M. Zsolt Semjen, vice-premier ministre de Hongrie (photo en bas à droite).

Avec la participation d'une délégation strasbourgeoise du Forum Carolous de cinq personnes: professeur Eric Maulin, Pierre Klein, Jean-Marie Woehrling, Professeur Kozhemyakov et Henri de Grossouvre.

Internationales Kolloquium "Ethnische und Sprachminderheiten in Europa Zsolt Semjén- Reichtum und Herausforderung". Organisiert durch die Stiftung Joseph Karolyi, dem Institut Français in Budapest und dem Forum Carolus. Unter der Schirmherrschaft des Generalsekretärs des Europarates, Thorbjorn Jagland und Teil des offizielen Programms der ungarischen EU-Präsidentschaft. Unter besonderer Teilnahme von Herrn Zsolt Semjen, Vizepremierminister.

Langues officielles du colloque: français, hongrois, allemand

Sprachen des Kolloquiums sind Französisch, Ungarisch, und Deutsch.

PROGRAMME EN FRANCAIS ET HONGROIS

PROGRAMM (Deutsch)

04 mars 2011

Les frontières fiscales des Etats européens peuvent-elles changer?

Le rapprochement fiscal franco-allemand
Absolute_Strasbourg_Europe_07.jpgDans notre ouvrage sur l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, paru il y a plus d'un an, nous propositions de remettre sur le métier l'étude d'un rapprochement des fiscalités française et allemande. Avons nous été entendus? On pourrait le penser, à lire le gros volume que la Cour des comptes met en ligne aujourd'hui. Intitulé sobrement Les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne, ce gros rapport, commandé par le Gouvernement à l'automne dernier, est le fruit d'un travail d'équipe et de nombreuses consultations.Une réunion a eu lieu à Strasbourg avec cinq entreprises allemandes et françaises. Un séminaire s’est tenu  avec le Conseil d’experts économiques allemand (Conseil des « Cinq  sages »), et des contacts ont eu lieu sur le sujet avec l’homologue allemand de la Cour, le Bundesrechnungshof. Des experts du Forum Carolus ont été consultés. Cet important travail est maintenant disponible sur le site de la Cour des comptes ou sur notre propre site, en suivant ce lien. Nous proposons à présent de commencer à mettre en oeuvre ces idées en appelant à la constitution d'un véritable serpent fiscal européen, à l'image du serpent monétaire européen, afin de conduire progressivement les Etats de l'Union à l'harmonisation de leurs politiques fiscales.

Voir aussi de Alain Fabre, "Les enjeux d'une stratégie fiscale européenne", La lettre de la fondation Robert Schuman, mars 2011.

12 février 2011

Intervention de Jaume ROURE au débat du Forum Carolus du 15 décembre

Texte de l'intervention de Jaume ROURE au débat du Forum Carolus

Les frontières de l'Europe vont elles changer?

Mercredi 15 décembre à l'université de Strasbourg, débat organisé par le Forum Carolus

 

Jaume 1.jpgLes frontières de l’Europe peuvent-elles changer ? Le simple fait de poser la question dans une enceinte politique et institutionnelle, donc supposée sérieuse a quelque chose de surréaliste. J’y vois même une sorte de baroud d’honneur, une dernière volonté de justifier par l’absurde un ordre établi et basé sur le rapport de forces. Il suffit de regarder dans le rétroviseur à l’échelle justement, de la communauté européenne pour voir défiler la chute du mur de Berlin et les séismes qui l’ont suivi : révolution de velours, partition de la Yougoslavie par exemple, à laquelle l’establishment a assisté avec une totale impuissance. La vraie question, me semble-t-il, qui est sous-jacente à la première est la suivante : Y-a-t-il encore un avenir pour les états-nations ? Et donc, d’autres questions se posent : Le modèle d’état peut-il être autre que fédéral et encore selon quel dosage d’autonomie ? Peut-on battre en brèche, fût-ce pour des raisons soi-disant objectives de bien-être économique le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ?  Comment appeler cette mise sous le boisseau de nos vieilles nations européennes autrement que du colonialisme ? Comment justifier l’éradication de nos langues millénaires en se référant sans cesse aux vertus de la biodiversité ? Ne s’est-on pas  trompé d’unité de construction en escamotant les régions de l’enjeu européen ? Voilà les vraies questions, et elles fâchent.

Elles fâchent parce qu’à l’évidence, rien n’est résolu. Je suis citoyen français et ma P1000023.JPGnation est la Catalogne. C’est un fait aussi irréductible que le rythme solaire. Les 9/10ème de mon peuple sont sous domination espagnole en proie à des tentatives violentes de restriction de leur identité, principalement dues au fait – mes amis flamands et écossais me comprendront- qu’ils sont la puissance économique de l’Espagne. Côté nord, nous sommes pauvres comme des rats d’église, mais là encore, le peu qui nous reste est à défendre âprement, jacobinisme oblige. Et pourtant, nous sommes encore là, ni espagnols ni français.

Je crois que les frontières de l’Europe sont en marche partout parce que nous sommes encore sous l’inertie de la guerre froide et de Yalta, et sur la queue de comète des empires. Je crois que la Belgique va droit à la partition, tout simplement parce qu’elle n’a jamais réellement existé. Quand on explique à un catalan du sud que ses impôts vont augmenter parce qu’il y a du chômage en Extramadure, il ne peut pas se sentir concerné au premier chef. Les Flamands ne sont pas des Wallons, Les Ecossais sont britanniques mais ils n’ont jamais été, ne sont pas et ne seront jamais anglais. Vouloir construire l’Europe sans prendre en compte ces réalités, c’est raisonner avec un temps politicien au lieu de raisonner à l’aune de l’histoire. Je crois fermement que nous verrons un temps ou le pays basque, la Catalogne, les Flandres, l’Ecosse, une Hongrie redessinée et reconstruite avec la totalité de ses populations verront le jour. Je n’en connais pas la forme. Ce que je sais c’est que le centralisme a montré ses limites, et que l’heure est aux interdépendances.

P1000007.JPGA ceux qui pensent que ce sont des combats d’un autre âge, je réponds : ne faisons pas les mêmes erreurs avec l’immigration. A la porte étroite qui sépare Balkanisation et organisation fédérale répond une autre porte étroite, celle qui sépare l’assimilation du communautarisme. Dans les deux cas, il est de notre responsabilité de trouver et de définir le troisième terme. Et ce troisième terme, c’est l’équilibre entre le respect de l’identité et l’adhésion à une citoyenneté. Encore faut-il que cette dernière existe et soit déjà partagée par l’ensemble de la population du pays d’accueil.

Nous n’avons toujours pas réglé le Congrès de Vienne. Or, quand je regarde une carte d’Europe, deux choses me sautent aux yeux : d’abord, les vieilles nations sont en réémergence économique et culturelle, portées par les dynamiques même qui les ont fait naître, ensuite, elles sont souvent situées aux points d’articulation que sont les frontières d’état actuelles, puisque souvent elles ont sombré sous les coups de puissances voisines plus fortes. Alors oui, les premières frontières qui doivent bouger en Europe, sont des frontières intérieures.

Il ne faut pas à mon sens, chercher ailleurs l’explication de cette boulimie d’absorption de nouveaux pays au risque de déliter totalement le beau message des fondateurs. En lieu de place du souffle qui portait les pionniers nous avons maintenant un guichet automatique dont le centre de gravité se déplace vers l’est sur fond de plongée brutale dans une logique capitaliste peu acceptée par les populations de l’ancien bloc soviétique. La question des frontières extérieures est censée cacher la problématique des frontières intérieures de l’Europe. C’est ce qu’ont toujours fait les pouvoirs en expansion, à savoir coloniser en gelant toute forme de conflit intérieur. Tout le monde sait que cela ne marche pas, mais comme  l’unité de réflexion se limite à la longévité politique, on avance quand même en espérant que le mur sera pour le prochain.

Vous le voyez, l’enjeu auquel nous faisons face en Catalogne, au pays Basque, dans les Flandres ou en Ecosse ne se limite pas à des querelles culturelles et territoriales localisées et enkystées dans des antagonismes historiques. C’est dans le sort qui nous sera fait qu’est à lire la capacité de l’Europe à se regénérer et surtout, à exister en tant que telle, c'est-à-dire, une force, une citoyenneté supérieure à celle des états membres. Je voudrais juste rappeler qu’il y a une monnaie, une armée et une justice européennes. Les conditions sont réunies pour une réflexion d’un autre ordre.

L’Europe est la plus belle chose qui soit jamais arrivée à l’Occident. A nous de la maintenir vivante, évolutive, réactive. Capable d’autocritique et de projet.

Je le redis, l’enjeu des frontières intérieures est le chemin obligé vers l’effacement des frontières au profit de l’Europe, effacement que j’appelle de tous mes vœux en tant que pacifiste convaincu, en tant qu’humaniste et en tant que Catalan.

Jaume ROURE, président d'Unitat Catalana, vice-président de Perpignan-Méditerranée

CATALOGNE.gif

 

Photos : Jaume Roure, panneaux bilingues à Perpignan, drapeau catalan

 

17 décembre 2010

Assemblée générale Forum Carolus samedi 18 décembre 2010

Prochaine AG du Forum Carolus

samedi 18 décembre 2010 à 10H

à l'Institut des Hautes Études Européennes

10 rue Schiller à Strasbourg

 

Ordre du jour

Professeur Eric Maulin.JPG- Rapport moral et d'orientation 

- Renouvellement du Conseil d'administration (M. Michel Mattoug & M. Alain Boos) 

- Accueil des nouveaux membres 

- Présentation des comptes par le trésorier (M. Alain Favaletto) 

- Bilan des activités 2009-2010 :

- Bilan pour le livre « Eurodistrict » présenté par _NKB7061.jpgM. Henri de Grossouvre

- Bilan Summerlied et Ebneter Kultursommer avec Cantores Rhenani , présenté par M. Alain Favaletto

- Débat sur « l'Europe de la défense » et conférences à venir, présenté par M. Lionel Luttenbacher, membre du Forum Carolus

- Colloque sur les minorités en Europe en partenariat avec l'Institut français de Budapest et la Fondation Karolyi (mars 2011), présenté par M. Henri de Grossouvre

- Débat sur « les autonomistes et indépendantismes des régions en Europe », présenté par M. Edmond Laska et Melle Marie Chastanet (stagiaires du Forum Carolus, université de Strasbourg, ITI-RI)

 

* * *

Interlude musical

Alain Favaletto, baryton

* * *

 Intervention

"Genèse et structure de la Constitution pour l'Alsace et la Lorraine de 1911"

Alsace-Lorraine-Drapeau.gif

par le professeur Eric Maulin, agrégé de droit public

 

Il sera servi en fin de matinée de la bière, du vin et des saucisses

08 décembre 2010

Les frontières de l'Europe vont-elles changer?

Le Forum Carolus, en partenariat avec l’ITI-RI (université de Strasbourg)

le RETE-IHEE (association des anciens de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg)

a le plaisir de vous convier à la conférence-débat :

 

« Les frontières de l’Europe vont-elles changer ? »

Les exemples flamand, catalan et alsacien.

 

 

Le mercredi 15 décembre 2010, de 19 à 21 heures

logo carolus.jpg

Amphithéâtre de l’ITI-RI

 

22 rue René Descartes, Bâtiment du Pangloss, Strasbourg (en face du McDonald’s de l’Esplanade, en venant de l'arrêt de tram Esplanade, en face de l'aile gauche de la faculté de droit place Athènes)

 

 

Dans un contexte de renforcement du poids des régions en Europe, la conférence abordera le sujet des mouvements autonomistes et indépendantistes et leurs répercussions sur les frontières de l’Union européenne. La première partie consistera en des présentations de plusieurs intervenants des régions flamande, catalane et alsacienne :

 

M. Philip Claeys, député européen séparatiste flamand membre du Vlaams Belang,

M. Jaume Roure, Vice-Président de la Communauté d’agglomération Perpignan-Méditerranée et Président du parti Unitat Catalana (parti autonomiste)

M. Jacques Cordonnier, Président du mouvement régionaliste Alsace d’Abord

M. Pierre Klein, Président de l’Initiative Citoyenne Alsacienne (ICA 2000)

 

La soirée se clôturera par un débat avec le public et par un verre de l’amitié.

 

Pour toute information complémentaire, nous vous prions d’adresser vos questions à M. Edmond Laska (mondilaska@yahoo.it) ou Melle Marie Chastanet-Buge (marie.chastanet02@orange.fr).

***

Note à l'attention du public sur le caractère et l'esprit de la soirée que nous organisons:


Madame, Monsieur,

Le Forum Carolus organise le 15 décembre une soirée de conférences autour de la question suivante :

" Les frontières de l’Europe vont-elles changer ?

Les exemples flamand, catalan et alsacien. "

Notre objectif est de donner la parole et d’inviter à la discussion avec les acteurs favorables à une telle évolution parce que nous constatons que le sujet n’est jamais abordé sous cet angle. Nous souhaitons cependant préciser que nous ne sommes pas pour autant partie prenante. Le Forum Carolus est un acteur neutre et apolitique au sens où il n’appartient, ne dépend ou ne défend aucune idéologie, aucune ligne de parti. Soucieux d’organiser des débats sur des sujets d’actualité en recherchant des angles inédits, le Forum Carolus entend sortir des sentiers battus et contribuer à un approfondissement de la réflexion politique, sans tabou ni interdit, sur des sujets fondamentaux qui engagent l'avenir de l'Europe.

Le sujet que nous aborderons le 15 décembre est un sujet difficile. Les frontières de l’Europe de l’Ouest n’ont pas bougé depuis 1945, invitant à croire qu’elles étaient naturelles. Le mythe de la fin de l’histoire a même pu nous faire penser qu’elles étaient éternelles. L’actualité nous montre qu’il n’en est rien et que les territoires politiques sont des constructions de l’histoire.

C’est dans cet esprit que nous vous invitons à venir entendre nos invités et à débattre avec eux.

Le comité stratégique du Forum Carolus

15 novembre 2010

BBC, bâtiments bien construits? ou BBCS: bâtiments à bas coût sanitaire?

 Europe et Environnement organise en partenariat

 avec la Communauté Urbaine de Strasbourg 

 

drapeau pour Eur et env.jpg

Strasbourg, le samedi 4 décembre 2010, de 9h30 à 12h30

BBC, bâtiments bien construits ? ou BBCS : bâtiments à bas coût sanitaire ? L’usager, la santé et le bons sens ….

Conférence animée par le Dr Suzanne DEOUX

 ENSAS - Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg,

8 boulevard Wilson, 67000 Strasbourg

 Le bâtiment est notre premier environnement. Son influence sur la santé ne peut plus être négligée en raison de l'augmentation de fréquence et de gravité de certaines affections. La technicité et les performances à atteindre pour les logements neufs ou réhabilités posent question. Comment réconcilier BBC et bon sens ? Et quid de la protection de la santé de l’usager ?

Qualité de l’air intérieur, matériaux, systèmes de ventilation et leur entretien, polluants …

Parlons-en ensemble avec Suzanne Déoux, docteur en médecine, spécialiste en Oto-Rhino-Laryngologie, expert et consultant en ingénierie de santé dans le cadre bâti et urbain, professeur associé à l'Université d'Angers. Suzanne Déoux vient de publier un ouvrage de référence Bâtir pour les enfants.

Avec l’aimable participation d’Andrée Buchmann, présidente de l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur, vice présidente de la CUS à l'Ecologie, au Plan Climat et au Développement Durable et de Docteur Alexandre Feltz, vice président de la CUS à la Santé.

Publics ciblés :

-         les usagers, associations de locataires, de consommateurs

-         les acteurs du cadre bâti (architectes, bureaux d’études, maîtres d’ouvrages privés et publics etc.) 

-         les bailleurs sociaux

-         le personnel médical et paramédical (pédiatres, infirmiers, personnel aide-soignant, etc.) 

-         le personnel qui œuvre  dans le milieu scolaire et périscolaire 

-         les associations qui participent à l’élaboration du Plan climat et Plan santé de la CUS

Organisateur : Europe et Environnement

Cette conférence fait suite à la réunion d’information du 12 juin dernier « La Qualité de l’Air Intérieur dans les bâtiments : Quel impact sur la santé des usagers ? »  et de la journée de formation du 3 décembre « Les Bâtiments Basse Consommation et la santé des usagers – concilier les enjeux énergétiques et sanitaires ? », organisés par Europe et Environnement.

cid:image002.gif@01CADD44.BBB0EF10Inscription et informations complémentaires 

Pour des raisons d’organisation, merci de nous informer de votre venue avant le 1er décembre 2010 (mail ou courrier postal)

05 novembre 2010

Débat sur la défense européenne

Débat sur la défense - 5 novembre

 

L'Institut autrichien pour la politique européenne et de sécurité (AIES) organise le 5 novembre à Vienne une conférence sur l'avenir de la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD) dans le cadre du traité de Lisbonne à laquelle participera Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman.

Voir ici le programme détaillé.

28 septembre 2010

Compte-rendu de la conférence du 21 septembre

europe_defense.png« Quelle Europe de la défense à l’horizon 2020 ? »

Cette première conférence d’une série consacrée à l’Europe de la défense et de la sécurité, a fait intervenir trois riches personnalités.

Le premier d’entre eux, le général (2s) Jacques Favin Lévèque, ancien polytechnicien et membre du bureau d’Eurodéfense-France a traité à travers son expérience opérationnelle des enjeux et perspectives de l’Europe de la défense.

Il a mis en exergue la nature institutionnelle ambiguë de l’Union Européenne et le terme trompeur d’Europe de la défense, sachant que la défense de l’Europe est du ressort de l’OTAN.

Il a insisté également sur le fait que les moyens politico-militaire existant étaient limités et que le questionnement actuel sur le rôle de l’OTAN ne motive malheureusement pas la recherche d’une plus grande autonomie stratégique. Il est revenu longuement sur les avancées du traité de Lisbonne, à savoir la création d’un état major permanent ainsi que la mise en place d’une coopération structurée permanente (CSP), permettant à des États qui souhaitent et qui peuvent aller plus loin de se regrouper dans une structure de coopération permanente.

S’en est suivit l’intervention de Fabio Liberti, directeur de recherche à l’Institut des Relations Internationales et Stratégique (IRIS). Adoptant le point de vue du chercheur, il est revenu sur la relation entre l’Union Européenne et l’OTAN, en pointant le fait que les membres de l’UE le sont aussi de l’OTAN.

Son propos s'est également concentré sur la question du développement d'une industrie de défense européenne, à travers la recherche de la mise en place d'un EADS dans le domaine naval.

Il est revenu aussi sur la question de la mutualisation des moyens, et dans un cadre plus large du développement d'une recherche et d'une production commune. Il a insisté sur le fait qu'il n'est plus possible aujourd'hui de produire en Europe plusieurs équipements  du même ordre.

Enfin Arnaud Danjean, député européen et président de la sous commission défense et sécurité du Parlement Européen, a surtout concentré son propos sur la partie institutionnelle de cette problématique. Il a insisté sur le faible poids du Parlement européen en matière de défense. Il est revenu également sur le terme « d’autonomie stratégique », en pointant le fait que de nombreux Etats Européens se satisfont de la sécurité assurée par les Etats-Unis et ne cherchent n'ont donc pas forcément comme préoccupation d'être indépendants sur le plan militaire.

En parlant des relations Europe/USA, il a pointé le manque de ligne directrice de la politique étrangère actuelle américaine. L’Europe est devenue une base secondaire et non plus principale pour les activités militaires des Etats-Unis.

Les questions pertinentes posées par le public ont permis de lancer le débat sur des questions souvent éludées, notamment sur l’hypothèse d’une force nucléaire européenne. Les intervenants sont unanimes sur le fait que l’on est loin d’une mutualisation voire d’une force nucléaire européenne autonome. En effet la question se pose de savoir non seulement qui, de la France ou de la Grande Bretagne, aura la volonté de partager sa force, mais aussi qui prendra la décision de son utilisation.

La table ronde fut un grand succès. Obligés de quitter l'amphithéâtre aimablement mis à leur disposition par l'IEP, les organisateurs, leurs invités et une partie du public ont continué la soirée dans un bon restaurant strasbourgeois.

Une seconde conférence suivra bientôt cette première!

Lionel Luttenbacher

05 septembre 2010

CONFÉRENCE "Quelle défense européenne à l’horizon 2020"

QUELLE DEFENSE EUROPEENNE A L'HORIZON 2020?

Le Forum Carolus en partenariat avec Paneurope Alsace, présidée par le comte d'Andlau, vous invite à la Conférence du 21 septembre 2010 à 19h.

Ce débat est organisé par monsieur Alain FAVALETTO, trésorier du Forum Carolus et lieutenant-colonel de réserve et Fabio Liberti.jpgM. Lionel LUTTENBACHER, membre du Forum Carolus, il sera présenté le professeur Eric MAULIN, directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg et vice-président du Forum Carolus.

La thématique «  Quelle défense européenne à l’horizon 2020 » sera traitée autour de trois intervenants et de trois modérateurs.


favin-leveque.jpgLe Général Favin-Levèque (photo de gauche) membre du bureau d'Eurodéfense-France, polytechnicien, ancien délégué général du GICAT, vice-président de Paneurope France abordera les aspects de la coopération structurée et de l’Etat-Major européen en une quinzaine de minutes.

A la suite de son intervention, monsieur Luttenbacher dira quelques mots de transition pour passer la parole au second intervenant, à savoir Fabio LIBERTI (photo en haut à droite), responsable des questions européennes à l'IRIS qui interviendra principalement sur la question de l’évolution des relations UE/OTAN.

Arnaud-Danjean.jpg

Alain Favaletto en assurera la transition avant de laisser la parole au député européen Arnaud DANJEAN (photo en bas à droite), président de la commission défense du parlement européen qui abordera la prise en compte de la question de la défense européenne au sein du parlement européen notamment au plan institutionnel.

Le résumé de cette intervention et l’ouverture du débat avec le public se fera par l’intermédiaire d’un journaliste. L'entrée à ce débat est libre.

Ce débat se tiendra dans les locaux de l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg (47 av. de la Forêt-Noire)  à 19h.

Inscription au débat sur Facebook ou auprès de mathilde.flauss@gmail.com

 

Paneuropa.gif

16 août 2010

Tous derrière le Parlement, une véritable mascarade !

image-bat2.jpg

http://www.one-city.eu/

Qui ne songe à défendre le parlement Européen à Strasbourg. Son départ serait une catastrophe pour la Région. Une association locale a été crée dans le seul but de promouvoir une Europe polycentrique dont la représentation parlementaire ne serait plus située qu’à Strasbourg.

Jusque là rien à dire.

Un jour la triste nouvelle d’un possible départ de nos chers Parlementaires parvint à l’ouïe de jeunes Picards qui, n’écoutant que leur courage, ouvrirent un site en 23 langues pour la défense du lointain Parlement.

Pourquoi diable se lancer dans pareille aventure lorsqu’on habite à une heure de Bruxelles ? Pourquoi relever le défi d’une pétition suédoise ‘‘Cecilia Malmström’’ qui avait obtenu 1 200 000 signatures en faveur du Parlement dans la capitale belge ? Pourquoi de lointains Hasebock volaient-ils au secours de notre belle Alsace ?

Pour obtenir la réponse il suffit de contacter les auteurs, Pierre SAVREUX, Fabrice HINSCHBERGER - et Brigitte FOURE, Maire d’Amiens de 2002 à 2007 - ...ou de visiter leur site www.one-city.eu !

Un tel exemple aurait du nous enchanter, nous faire rêver, nous ouvrir aux bienfaits de la fraternité et de l’entraide avec l’espoir de mobiliser de la sorte toutes les Régions de France et de Navarre !

Tous les Alsaciens auraient du signer la pétition de ces gentils Hasebocks. Chaque épicier, bourgmestre ou marchand de sommeil aurait du dérouler le tapis rouge en remerciement de cette attention fort utile en ces temps difficiles !

Mais point du tout. Rien de tout cela.

L’Alsacien seul vaincra, nenni ma foi … en s’accrochant à l’accord d'Edimbourg comme une patelle à son rocher !

Plus triste, tu meurs !!!

En octobre 2008, One-City comptait 1 700 signatures … il en compte aujourd’hui 5 071 … contre 1 266 544 pour ‘‘ oneseat.eu ’’ de Cecilia Malmström !

J’avais oublié que nous ne sommes que 1 820 000 Elsasser !

Aint Wànderer

13:31 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : parlement, europe, europa

Marcus Obrecht, nouveau pionnier dans l'Eurodistrict

 

m-obrecht-2-72-dpi.jpgPremier secrétaire général de l'Eurodistrict depuis le 1er août, Marcus Obrecht âgé de 42 ans, professeur à l'Université de Fribourg-en-Brisgau a été nommé parmi 102 autres candidats, pour ses nombreuses implications dans la coopération franco-allemande.

Il a notamment écrit une thèse comparative entre les deux parlements nationaux, il s'est largement investi dans le réseau Eucor et a également travaillé sur un processus de concertation publique dans l'Eurodistrict.

Il devrait être l'un des piliers pour l'élaboration de nouveau projets dans l'Eurodistrict, ou selon les mots de Roland Ries, président et de Frank Scherrer, vice-président, il « permettra à l'Eurodistrict de passer à la vitesse supérieure».

Franziska Heintz, coordinatrice de projets au Forum Carolus

L'Eurodistrict s'étoffe davantage avec le sport !

Un nouveau souffle (sportif) est donné du côté de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau avec l'inauguration de la nouvelle piste inauguration.jpgcouverte d'athlétisme à Offenbourg.

La construction n'a duré qu'un an, signe d'un travail déterminé et véloce entre la ville Offenbourg, la Ligue d'athlétisme de l'Ortenau, et la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS).

A l'image d'une première pierre posée -prémices d'une coopération franco-allemande forte dans le domaine du sport- le hall est doté d'un équipement moderne et est mis à la disposition des athlètes de la CUS et de l'Ortenau.

« Il n’est pas de gloire plus grande pour un homme que de montrer la légèreté de ses pieds et la force de ses bras… » Homère

Franziska Heintz, coordinatrice de projets au Forum Carolus

 

11 août 2010

Rencontres Carolus à Summerlied


homepage-summerlied.jpg

www.summerlied.org


Lire le communiqué de presse des rencontres Carolus à Summerlied:


-----



18 juillet 2010

Ein Europahaus für Strasbourg

 

union_européenne.jpg Die Projektgruppe für ein Europahaus tagte am 9. Juli im Sitzungsgebäude der CUS, um sich im Beisein von Olivier Bessin, Thierry Coltier und Alain Genel über die Fortschritte dieses Projekts auszutauschen. Wo dieses Europahaus einmal stehen soll, ist noch nicht entschieden.

Die Teilnehmer der Projektgruppe betonten noch einmal die Wichtigkeit und Notwendigkeit eines solchen Projektes. Das Europahaus ist gedacht als ein Ort der Begegnung und des Austauschs, ein Ort, der den verschiedenen europäischen Kulturen und ihren Visionen von Europa offenstehen sollte. Für Franzosen und Deutsche, die mittlerweile auf eine jahrzehntelange Zusammenarbeit zurückblicken können, ist solch ein Projekt von größtem Interesse. Um dieses Projekt zu verwirklichen, sind aber auch das Interesse und das Engagement der anderen europäischen Nationen und der entsprechenden Institutionen erforderlich. Strasbourg ist auf Grund seiner geografischen Lage und der Tatsache, dass wichtige europäische Institutionen hier ihren Sitz haben, eine ideale Stadt für solch ein Projekt.

Ein zentraler Aspekt ist auch die « attraktive » Gestaltung dieses Europahauses, das so zu einem Anziehungspunkt für Hunderttausende von Besuchern und Besucherinnen pro Jahr werden könnte.

Eine wichtige Rolle spielt natürlich das, was den Besuchern und Besucherinnen in den Räumen des Europahauses geboten wird, aber genauso wichtig ist auch die architektonische Gestaltung und ihre Symbolfunktion. Das Gebäude sollte die Modernität Europas, seine Vielfältigkeit und sein gemeinsames Streben widerspiegeln.

Eine weitere Idee ist, die Symbolkraft des Rheins miteinzubeziehen und die Möglichkeit zu schaffen, Besucher und Besucherinnen mit Schiffen zum Europahaus zu bringen.

Ein Europahaus, das zu einem Ort der Begegnung und des Austauschs für Besucher und Besucherinnen aus ganz Europa wird, könnte so zur Verwirklichung dessen beitragen, was der große Europapolitiker Jean Monnet gefordert hat : es geht nicht darum, Koalitionen zwischen Staaten zu stiften, sondern Verbindungen zwischen Menschen zu schaffen.

Teilnehmer und Teilnehmerinnen :

  • Olivier Bessin, Bereichsleiter Europäische und Internationale Beziehungen der Stadt

    Strasbourg

  • Thierry Coltier, Direktor, Kanopée Consultants

  • Alain Genel, Kanopée Consultants

  • Klaus Schumann, ehemaliger Leiter des Generaldirektorats für politische Fragen des Europarates

  • Claire-Zoë Koenig, Referentin für interkulturelle Beziehungen

  • Michel-Mattoug, Professor an der Universität Strasbourg, Vizepräsident der APR

  • Henri Mathian, Präsident der Projektgruppe für das Europahaus

  • Alexis Lehmann, Projektleiter Rhino und Eurodom

  • Christine Metzger, Vizepräsidentin des Propeller Club International

Von Franziska Heintz, coordinatrice de projets au Forum Carolus

13 juillet 2010

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

europe.jpg

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

Le comité de soutien pour un lieu d'Europe s'est réuni une dernière fois cet été, au siège de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) pour traiter, en présence de Olivier Bessin, Thierry Coltier, et Alain Genel des différentes avancées du projet de construction d'un lieu d'Europe à Strasbourg, dont l'emplacement n'est pas encore décidé.

Les différents intervenants de ce vendredi 9 juillet 2010 ont mis l'accent sur la nécessité d'un lieu ouvert aux différentes cultures et à leurs différentes visions de l'Europe. A cela s'ajoute évidemment un travail de coopération au-delà du duo franco-allemand. Il s'agit de «faire le lien entre les Institutions de la Grande Europe» rappelle Klaus Schumann, tout en projetant Strasbourg comme «un pilier en matière de gouvernance» ajoute Claire-Zoë Koenig.

Pour attirer l'attention des citoyens européens sur ce projet et les amener à «la notion d'unité dans la diversité» d'après Michel Mattoug, il est essentiel de rendre ce lieu «attractif». Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe, souligne l'aspect touristique du lieu qui pourra accueillir plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an. L'implication citoyenne et celle des différentes institutions européennes, locales, mais aussi régionales sont la clef de voûte de cette démarche d'attractivité.

Sur le plan architectural, Alexis Lehmann pointe l'importance du «contenant» du bâtiment sur son «contenu». Ce lieu, pour être dans une perspective d'attractivité, doit être «élevé» et «moderne», à l'instar de l'Europe de demain. «Tout ce qui s'élève converge», par Teilhard de Chardin, imaginons donc un projet à la pointe de l'Europe unie dans sa diversité.

Le transport vers le «lieu d'Europe» n'est pas non plus négligé : Christine Metzger oriente son discours vers l'idée d'un «lieu de passage sur le Rhin», symbole fort d'échange entre les pays européens. Des bateaux seraient mis à disposition pour amener les visiteurs vers le lieu d'Europe.

C'est peut-être grâce à un tel projet que, espérons-le les mots de Jean Monnet s'incarneront dans une véritable conscience européenne : «Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes».

  • Notes : les citations d'auteurs (Jean Monnet et Teilhard de Chardin) proviennent des intervenants lors de la table-ronde.
  • Intervenants :

Olivier Bessin , Chef de service des Relations européennes et internationales de Strasbourg;

Thierry Coltier, directeur associé de Kanopée;

Alain Genel de Kanopée Consultants

Klaus Schumann, ancien directeur général des affaires politiques du Conseil de l'Europe

Claire-Zoë Koenig, franco-allemande travaillant dans les relations inter-culturelles

Michel Mattoug, enseignant chercheur à l'Université de Strasbourg et vice-président de l'APR

Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe

Alexis Lehmann, chef des projets Rhino et Eurodom

Christine Metzger, vice-présidente de Propeller Club International

 

Franziska HEINTZ, coordinatrice de projets au Forum Carolus

24 juin 2010

Réunion du Collectif d'Europe le 9 juin 2010

 

parlement-europeen-strasbourg1.jpgLe « mai » européen de Strasbourg

 

·         Un pique nique pluvieux

 

 

La météo grisonnante du mois de mai 2010 a malheureusement trempé la convivialité du pique nique européen organisé le 25 mai par plusieurs associations de nationalités différentes. Comme le ciel ce jour là, le jardin des deux rives, où se déroulait le pique nique, était déchiré : seul le côté français accueillait les invités aventureux. Mais le mauvais temps ne semble être que subsidiaire quant à l’organisation même de l’évènement. Ce temps d’échanges autour d’un repas avait été organisé par le collectif d’Europe, bénéficiant d’un budget mince octroyé par la Ville de Strasbourg cependant la finalité même de pique nique semble remise en cause. En effet ce moment doit- il être festif ou sérieux. Le débat-réponse oscille toujours entre amateurisme de l'Europe et l'Europe solennelle.

 

 Les Etats-Généraux d'Europe


Cette manifestation organisée le 17 mai 2010 au Palais des Fêtes, réunissant une centaine d'organisations de la société civile (associations, think thank, mouvements de jeunesse, syndicats) fut, apparemment, un succès. Le seul « hic » l'absence de politiques européens venus pour accréditer les Etats- Généraux d'Europe.

 

   Le Lieu d'Europe


états généraux.jpg

      M.Henri Mathian fondateur du projet résume : «  Cela doit être un parc à thèmes, un lieu de pédagogie européenne. Il s'agit de communiquer la symbolique européenne. » Ce lieu d'Europe accueillera des scolaires, touristes ou encore europhiles pour lui attribuer le titre de Futuroscope des institutions, où chaque visiteur pourra acquérir son certificat de citoyenneté européenne. Un pas vers la démocratie européenne...

 

 

       Mathilde FLAUSS, coordinatrice de projets au Forum Carolus

 

01 juin 2010

La crise financière : stop ou encore?

PourLesNulsW-e7bd8.jpgLa crise financière, stop ou encore?

 

Comprendre la crise ... Comment en est-on arrivé là?

Comment expliquer que les gouvernements et les grandes institutions internationales chargées de réguler le fonctionnement de l'économie et de la finance, n'aient rien vu venir?

Pour répondre à ces questions, le Fonds de Dotation CAPEC (Crises, Analyses, Propositions, Expérimentations et Communications), sous la responsabilité éditoriale de Jean-Luc Schaffhauser, son Délégué général, a mobilisé un groupe d'experts venant d'horizons et de disciplines variés.

S'appuyant sur une somme d'informations souvent inédites, ils montrent que, loin de constituer un accident de parcours, la crise actuelle était inéluctable. Pourquoi? Tout simplement parce que, initiée par la faillite des grandes institutions financières américaines, elle correspond à l'effondrement d'un système devenu inique car fondé sur une mondialisation dérégulée au profit de la finance et au détriment de l'humain.

Toutefois, au-delà de cette critique, leur ouvrage ouvre la voie à de nouvelles perspectives. En effet, si la crise actuelle a des causes, elle a aussi des solutions. Une autre économie est possible, redonnant leur place à l'homme mais aussi à la France et à l'Europe.

 

Corédigé par MM. Jean-Luc SCHAFFHAUSER, Alain d' IRIBARNE, Nicolas de LORGERIL, Laurent HINCKER, Thomas OSWALD 

EDITION DU CAPEC

COLLECTION JE VEUX COMPRENDRE