Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 décembre 2011

Photos du débat sur l'orthodoxie et l'Etat russe

DSCF3156 - Copie.JPG   DSCF3171.JPG

DSCF3181 - Copie.JPG

DSCF3179.JPG DSCF3196.JPG   DSCF3202.JPG

 

 

 

            

 

 

 

 

 

DSCF3143.JPG

10 octobre 2011

Orthodoxie et politique - Invitations 30 novembre & 5 décembre

Poutine Patriarche.jpgLe Forum Carolus organise le mercredi 30 novembre dans l'amphithéatre de l'ITI-RI une soirée débat consacrée aux rapports entre l'église orthodoxe et la politique en Russie depuis 1989. Nous serons heureux d'accueillir ce soir là le représentant du patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l'Europe, l'hégoumène philippe (Riabych). Le père Philippe était auparavant vice-président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou et aussi secrétaire aux relations entre l'église et la société. Ce débat contradictoire (les noms des autres intervenants seront communiqués ultérieurement) est organisé par trois étudiantes de l'ITI-RI stagiaires au Forum Carolus et sera animé par le professeur Eric Maulin, directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg et vice-président du Forum Carolus et par Henri de Grossouvre, délégué général du Forum Carolus et président de l'association "Paris Berlin Moscou". Les précisions sur les programme de cette soirée seront communiquées prochainement.

Par ailleurs, nous vous invitons également à retenir la date du lundi 5 décembre à laquelle le Forumpatriarch-kirill-and-medvedev.jpg Académique sur la Sécurité en Europe (FASE) organise un colloque à l'assemblée parlementaire européenne, 76 allée de la Robertsau, ayant pour thème: "Les relations entre l'Europe et la Russie, politique et spiritualité". Ce colloque est co-organisé par le professeur Eric Maulin et par Martin Mlodecki, président de RETE-IHEE alumni (anciens de l'IHEE). Il est organisé en partenariat avec la ville de Strasbourg, l'association parlementaire européenne (dont Paul Clad est le secrétaire général), la région Alsace et l'université de Strasbourg. La première table ronde sera consacrée aux regards que portent aujourd'hui l'église orthodoxe et l'église catholique sur le libéralisme. La seconde table ronde sera consacrée aux dynamiques de développement entre l'Union Européenne et la Russie et sera présidée par le délégué général du Forum Carolus.

Ces deux événements participent à un travail de préparation d'un ouvrage à venir du Forum Carolus portant sur "Orthodoxie et libéralisme".

Vous pouvez d'ores et déjà réserver ces deux dates, les programmes complets et précisions pratiques suivront.

Le Forum Carolus

18 juillet 2010

Ein Europahaus für Strasbourg

 

union_européenne.jpg Die Projektgruppe für ein Europahaus tagte am 9. Juli im Sitzungsgebäude der CUS, um sich im Beisein von Olivier Bessin, Thierry Coltier und Alain Genel über die Fortschritte dieses Projekts auszutauschen. Wo dieses Europahaus einmal stehen soll, ist noch nicht entschieden.

Die Teilnehmer der Projektgruppe betonten noch einmal die Wichtigkeit und Notwendigkeit eines solchen Projektes. Das Europahaus ist gedacht als ein Ort der Begegnung und des Austauschs, ein Ort, der den verschiedenen europäischen Kulturen und ihren Visionen von Europa offenstehen sollte. Für Franzosen und Deutsche, die mittlerweile auf eine jahrzehntelange Zusammenarbeit zurückblicken können, ist solch ein Projekt von größtem Interesse. Um dieses Projekt zu verwirklichen, sind aber auch das Interesse und das Engagement der anderen europäischen Nationen und der entsprechenden Institutionen erforderlich. Strasbourg ist auf Grund seiner geografischen Lage und der Tatsache, dass wichtige europäische Institutionen hier ihren Sitz haben, eine ideale Stadt für solch ein Projekt.

Ein zentraler Aspekt ist auch die « attraktive » Gestaltung dieses Europahauses, das so zu einem Anziehungspunkt für Hunderttausende von Besuchern und Besucherinnen pro Jahr werden könnte.

Eine wichtige Rolle spielt natürlich das, was den Besuchern und Besucherinnen in den Räumen des Europahauses geboten wird, aber genauso wichtig ist auch die architektonische Gestaltung und ihre Symbolfunktion. Das Gebäude sollte die Modernität Europas, seine Vielfältigkeit und sein gemeinsames Streben widerspiegeln.

Eine weitere Idee ist, die Symbolkraft des Rheins miteinzubeziehen und die Möglichkeit zu schaffen, Besucher und Besucherinnen mit Schiffen zum Europahaus zu bringen.

Ein Europahaus, das zu einem Ort der Begegnung und des Austauschs für Besucher und Besucherinnen aus ganz Europa wird, könnte so zur Verwirklichung dessen beitragen, was der große Europapolitiker Jean Monnet gefordert hat : es geht nicht darum, Koalitionen zwischen Staaten zu stiften, sondern Verbindungen zwischen Menschen zu schaffen.

Teilnehmer und Teilnehmerinnen :

  • Olivier Bessin, Bereichsleiter Europäische und Internationale Beziehungen der Stadt

    Strasbourg

  • Thierry Coltier, Direktor, Kanopée Consultants

  • Alain Genel, Kanopée Consultants

  • Klaus Schumann, ehemaliger Leiter des Generaldirektorats für politische Fragen des Europarates

  • Claire-Zoë Koenig, Referentin für interkulturelle Beziehungen

  • Michel-Mattoug, Professor an der Universität Strasbourg, Vizepräsident der APR

  • Henri Mathian, Präsident der Projektgruppe für das Europahaus

  • Alexis Lehmann, Projektleiter Rhino und Eurodom

  • Christine Metzger, Vizepräsidentin des Propeller Club International

Von Franziska Heintz, coordinatrice de projets au Forum Carolus

13 juillet 2010

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

europe.jpg

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

Le comité de soutien pour un lieu d'Europe s'est réuni une dernière fois cet été, au siège de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) pour traiter, en présence de Olivier Bessin, Thierry Coltier, et Alain Genel des différentes avancées du projet de construction d'un lieu d'Europe à Strasbourg, dont l'emplacement n'est pas encore décidé.

Les différents intervenants de ce vendredi 9 juillet 2010 ont mis l'accent sur la nécessité d'un lieu ouvert aux différentes cultures et à leurs différentes visions de l'Europe. A cela s'ajoute évidemment un travail de coopération au-delà du duo franco-allemand. Il s'agit de «faire le lien entre les Institutions de la Grande Europe» rappelle Klaus Schumann, tout en projetant Strasbourg comme «un pilier en matière de gouvernance» ajoute Claire-Zoë Koenig.

Pour attirer l'attention des citoyens européens sur ce projet et les amener à «la notion d'unité dans la diversité» d'après Michel Mattoug, il est essentiel de rendre ce lieu «attractif». Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe, souligne l'aspect touristique du lieu qui pourra accueillir plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an. L'implication citoyenne et celle des différentes institutions européennes, locales, mais aussi régionales sont la clef de voûte de cette démarche d'attractivité.

Sur le plan architectural, Alexis Lehmann pointe l'importance du «contenant» du bâtiment sur son «contenu». Ce lieu, pour être dans une perspective d'attractivité, doit être «élevé» et «moderne», à l'instar de l'Europe de demain. «Tout ce qui s'élève converge», par Teilhard de Chardin, imaginons donc un projet à la pointe de l'Europe unie dans sa diversité.

Le transport vers le «lieu d'Europe» n'est pas non plus négligé : Christine Metzger oriente son discours vers l'idée d'un «lieu de passage sur le Rhin», symbole fort d'échange entre les pays européens. Des bateaux seraient mis à disposition pour amener les visiteurs vers le lieu d'Europe.

C'est peut-être grâce à un tel projet que, espérons-le les mots de Jean Monnet s'incarneront dans une véritable conscience européenne : «Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes».

  • Notes : les citations d'auteurs (Jean Monnet et Teilhard de Chardin) proviennent des intervenants lors de la table-ronde.
  • Intervenants :

Olivier Bessin , Chef de service des Relations européennes et internationales de Strasbourg;

Thierry Coltier, directeur associé de Kanopée;

Alain Genel de Kanopée Consultants

Klaus Schumann, ancien directeur général des affaires politiques du Conseil de l'Europe

Claire-Zoë Koenig, franco-allemande travaillant dans les relations inter-culturelles

Michel Mattoug, enseignant chercheur à l'Université de Strasbourg et vice-président de l'APR

Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe

Alexis Lehmann, chef des projets Rhino et Eurodom

Christine Metzger, vice-présidente de Propeller Club International

 

Franziska HEINTZ, coordinatrice de projets au Forum Carolus

24 juin 2010

Réunion du Collectif d'Europe le 9 juin 2010

 

parlement-europeen-strasbourg1.jpgLe « mai » européen de Strasbourg

 

·         Un pique nique pluvieux

 

 

La météo grisonnante du mois de mai 2010 a malheureusement trempé la convivialité du pique nique européen organisé le 25 mai par plusieurs associations de nationalités différentes. Comme le ciel ce jour là, le jardin des deux rives, où se déroulait le pique nique, était déchiré : seul le côté français accueillait les invités aventureux. Mais le mauvais temps ne semble être que subsidiaire quant à l’organisation même de l’évènement. Ce temps d’échanges autour d’un repas avait été organisé par le collectif d’Europe, bénéficiant d’un budget mince octroyé par la Ville de Strasbourg cependant la finalité même de pique nique semble remise en cause. En effet ce moment doit- il être festif ou sérieux. Le débat-réponse oscille toujours entre amateurisme de l'Europe et l'Europe solennelle.

 

 Les Etats-Généraux d'Europe


Cette manifestation organisée le 17 mai 2010 au Palais des Fêtes, réunissant une centaine d'organisations de la société civile (associations, think thank, mouvements de jeunesse, syndicats) fut, apparemment, un succès. Le seul « hic » l'absence de politiques européens venus pour accréditer les Etats- Généraux d'Europe.

 

   Le Lieu d'Europe


états généraux.jpg

      M.Henri Mathian fondateur du projet résume : «  Cela doit être un parc à thèmes, un lieu de pédagogie européenne. Il s'agit de communiquer la symbolique européenne. » Ce lieu d'Europe accueillera des scolaires, touristes ou encore europhiles pour lui attribuer le titre de Futuroscope des institutions, où chaque visiteur pourra acquérir son certificat de citoyenneté européenne. Un pas vers la démocratie européenne...

 

 

       Mathilde FLAUSS, coordinatrice de projets au Forum Carolus

 

07 avril 2010

Le réveil de l'Inde: 12 avril à 18h

Forum Carolus presente 3 - Copie.jpg

Le FORUM CAROLUS et ses partenaires:

L'Institut de Traducteurs d'Interprètes et de Relations Internationales (ITIRI)

de l'Université de Strasbourg

Logo-ITIRI.jpg

L'Université de Haute Alsace

L'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg (IHEES)

PANEUROPE France ALSACE

L'Association Rhin-Volga

L'Association RETE-IHEE

L'Association Inde -Alsace, Strasbourg

 

vous invitent à une conférence / débat avec:

Côme Carpentier de Gourdon

 

Le réveil de l'Inde

et les nouvelles alliances en Asie

12 avril 2010 à 18h à l’ITIRI

 

Débat animé par Henri de Grossouvre,

délégué général du Forum Carolus


Synthèse et conclusion : Professeur Eric Maulin

directeur de l’IHEE

 

Come 1.jpg

Côme Carpentier de Gourdon vit à Delhi où il est directeur de la revue "World Affairs", revue de relations internationales financée par la Fondation Kapur Surya, il est aussi directeur adjoint et cofondateur de l’Euro Asia Institute.

Inscriptions auprès de fiona.goerg@forum-carolus.org ou sur la page Facebook du Forum Carolus.

Lieu : ITIRI, Université de Strasbourg, bâtiment Pangloss, rue de Rome (en face de la maison de la presse).

Télécharger le CV et les publications du conférencier

TELECHARGER L'INVITATION AU FORMAT PDF

 

Come 3.jpg

02 mars 2010

Comment valoriser et médiatiser notre image européenne

drapeau_europeen.jpg

Pour un Lieu d’Europe à Strasbourg

 

 

Un lieu d’accueil et d’émergence d’une identité

et d’une conscience collective européennes

 

"Cueillir les fruits de nos Institutions ne suffit plus, 

il faut investir pour nous rendre crédible" ( Joseph DAUL)

 

Avec le soutien du Collectif Strasbourg Europe, nous avons de plaisir de vous convier à une conférence-débat autour du grand projet d’un ‘‘ Lieu d’Europe ’’ ouvert à tous :

 

Comment valoriser et médiatiser notre image européenne

au travers d’un Lieu d’apprentissage de notre nouvelle citoyenneté, 

une sorte de ‘‘ Futuroscope ’’ de nos institutions situé au cœur de l’Eurodistrict

 

Cette Agora dynamiserait Strasbourg et toute sa Région dans sa vocation de Capitale des Peuples,

tout en l’ouvrant à de nouvelles synergies économiques et à un fort développement touristique.

 

Cette rencontre aura lieu le

le vendredi 5 mars 2010 à 18 H 30

dans l’amphithéâtre de l’Institut Supérieur Européen de Gestion ( ISEG )

4 rue du Dôme  -  Strasbourg

 

avec la participation de Monsieur Alexis LEHMANN, co-initiateur du projet EURODOM

en présence des candidats têtes de liste :

 

Monsieur Jacques BIGOT du Rassemblement soutenu par le Parti Socialiste

Monsieur Jacques CORDONNIER d’  ‘‘ Alsace d’Abord ’’

Monsieur Jacques FERNIQUE d’  ‘‘ Europe Ecologie Alsace ’’

Monsieur Pascal MANGIN représentant Monsieur Philippe RICHERT de  ‘‘ la Majorité Alsacienne ’’

Monsieur Yann WEHRLING  du  ‘‘ Modem ’’

 

26 janvier 2010

Friedrich Hölderlin, présences du poète, du 28 janvier au 1er avril 2010 à la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg

friedrich-hoelderlin-1-sized.jpg 

 

Friedrich Hölderlin, un des poètes allemands les plus traduits au monde a été, peu compris de son vivant : l’exposition reprend, retrace et analyse ce paradoxe fondateur. Pour la première fois, le public français pourra découvrir les manuscrits originaux des plus célèbres poèmes de Hölderlin.

L’exposition s’attache également à retracer la réception de l’oeuvre du poète et témoigne de l’engouement qu’elle suscite auprès des musiciens, des philosophes, des écrivains et des artistes.

Friedrich Hölderlin (1770-1843) est aujourd’hui un des poètes allemands les plus connus - et l’un des plus populaires hors de son pays. Son destin hors normes (il a vécu 36 ans de « folie » dans une maison de la ville de Tübingen) en fait une des figures modernes du poète absolu, à l’instar d’un Arthur Rimbaud ; lui aussi « retiré » du monde occidental dans les déserts d’Abyssinie. En France, la popularité de Hölderlin est immense auprès des poètes, mais aussi des philosophes qui ont cherché à puiser dans son oeuvre des pistes de réflexion sur les traces de Heidegger dont les commentaires des poésies sont presque aussi connus que les poésies elles-mêmes. Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi : lorsque Hölderlin fut installé en 1807 dans la maison du menuisier Zimmer à Tübingen, il était peu connu du grand public allemand, et totalement inconnu hors de son pays. Il fallut attendre la génération suivante, celle des romantiques, pour qu’on s’intéresse à nouveau à la figure du poète foudroyé – et qu’on recommence à publier son oeuvre. Clemens Brentano, Achim et Bettina von Arnim virent en lui le génie porteur des élans et de l’enthousiasme du visionnaire. Une dizaine d’années plus tard, les écrivains romantiques souabes Ludwig Uhland, Justinus Kerner, Gustav Schwab et Eduard Mörike unirent leurs efforts et parvinrent à susciter une nouvelle édition du roman Hypérion, la parution d’une anthologie de poèmes en 1826 et la publication d’un choix de ses oeuvres en 1846 chez l’éditeur Cotta. Stefan George a également eu un rôle primordial dans la redécouverte de Hölderlin au XXe siècle. Norbert von Hellingrath, un de ses proches, est à l’origine de la première édition scientifique des oeuvres de Hölderlin et George lui-même a beaucoup contribué à la renaissance hölderlinienne à travers son journal Feuillets pour l’art [Blätter für die Kunst]. Et, de fait, le XXe siècle s’est bel et bien approprié Hölderlin, devenu le poète par excellence, chez qui l’oeuvre et la vie sont irrémédiablement mêlées et en qui les poètes modernes ont voulu choisir leur maître.

 En ces temps de crise et de changement de cycle, nous rappelerons cette citation du poète qui nous ouvre des perspectives, comment dirais je..., carolingiennes... "Wenn wo Gefahr ist, wächst das Rettende auch"....

13 octobre 2009

Assemblée Générale du Forum Carolus du samedi 3 octobre 2009

L'Assemblée Générale du Forum Carolus s'est déroulée le samedi 3 octobre dernier à l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg.

Monsieur de Grossouvre a introduit l'Assemblée Générale. Après avoir rappelé l'ordre du jour il nous a présenté les cinq intervenants qui ont animé cette rencontre.

Madame Marjorie Lecerf, reponsable du Master Transfrontalier à L'Ecole de Management de Strasbourg a présenté le contenu de ce Master nouvellement crée, inauguré par 12 étudiants en septembre 2009.

Madame Catherine Sarraco a présenté le projet que l'Ecole d'Architecture de Strasbourg prépare: un Master trinational.AG Carolus 3 oct 09.JPG

Monsieur Yves Bisch, historien, spécialiste de l'histoire de l'Alsace nous a présenté un de ses ouvrages. Il nous a également parlé de la préparation d'une exposition sur les langues d'Alsace, initiée par le Conseil général du Haut-Rhin et qui sera hébergé par l'Ecomusée d'Ungersheim. Parallèlement à cela Monsieur Bisch projette de publier un ouvrage sur les langues en Alsace.

Madame Sonia Pelletier-Gautier, professeur d'histoire-géographie à Guebwiller a exposé son travail d'érudition sur l'inquisition en Alsace au XIVe siècle: y sont mis en lumière les rapports des pouvoirs, du religieux, de la politique.

Monsieur Philippe Nuss, directeur de l'Institut de mathématiques à l'Université de Strasbourg a résumé la partie de l'ouvrage collectif sur l'Eurodistrict qu'il a rédigé.

Toutes ces contributions étaient fort enrichissantes et de grande tenue; elles rendent bien compte de l'esprit du Forum Carolus: à partir de réflexions sur la culture de la région, projetter des possibles pour son fonctionnement. Cette Assemblée générale a une fois de plus montré que le Forum Carolus permettait de réunir des personnes d'horizons divers (33 participants) dans un esprit prospectif et une atmosphère chaleureuse et conviviale prolongée autour d'un buffet.

                     Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

17 septembre 2009

Portes ouvertes à la Cour européenne des droits de l'Homme

Le 20 septembre 2009, à l'occasion des journées européennes du Patrimoine la Cour européenne des droits de l'Homme ouvrira ses portes au public de 09h à 18h.IG44S9CAS7PJ6VCAKJYOGSCA1EFLZLCAJ91CMFCAAMMJYWCEDH.jpg

Elle marque de cette manière deux anniversaires importants: les 60 ans du Conseil de l'Europe et les 50 ans de la Cour européenne des droits de l'Homme.

13 septembre 2009

Discours de Monsieur Roland Ries lors de l'inauguration de la foire européenne à Strasbourg

MiRocard.jpgMonsieur Michel Rocard a inauguré le 4 septembre dernier la foire européenne de Strasbourg. Il a également ce même jour donné une conférence à l'ITI-RI intitulée:"Changements climatiques et coopération EU-Russie en Arctique".

Lors de l'inauguration de la foire européenne, Monsieur Roland Ries, Maire de Strasbourg a tenu un discours dans lequel il a notamment rendu hommage à Adrien Zeller:

"Il y a à peine deux semaines, le samedi 22 août, Adrien Zeller nous quittait prématurément, au moment même où il semblait se rétablir après son accident cardiaque du 14 juillet. Ce départ inattendu prive l'Alsace d'un de ses plus ardents défenseurs et laisse dans le paysage politique alsacien, mais aussi français et européen, un grand vide. Nul plus que lui n'a incarné les valeurs de la décentralisation et de la régionalisation et, bien sûr sa voix va nous manquer dans le grand débat qui s'ouvre sur l'avenir de nos institutions territoriales. (suite du discours sur:le blog de Philippe Bies)

 

06 septembre 2009

Statut juridique imminent pour l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau...

Logo Eurodistrict.jpgLe maire de Strasbourg, M.Roland Ries, a annoncé il y a quelques jours la création imminente d'une structure juridique pour l'Eurodistrict qui rassemblera le territoire de la communauté urbaine de Strasbourg et de l'Ortenau.

Cet Eurodistrict a vu le jour le 17 octobre 2005 avec la signature de la Convention relative à la création de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.Il est actuellement représenté par deux porte-parole:Roland Ries, Maire de Strasbourg et Günther Petry, Maire de Kehl.

Le projet URBACT "EGTC" sur la gouvernance des agglomérations transfrontalières en Europe a été officiellement lancé mercredi 19 novembre 2008 par Michel Delebarre, lors d'une conférence au Parlement Européen.A cette occasion Madame Nawel Rafik-Elmrini a rappelé que la CUS et l'Ortenau ont signé une convention en 2005 qui a défini les grandes orientations et thématiques de la coopération sur ce territoire et que c'est dans ce contexte qu'est né l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.Elle a souligné que l'Eurodistrict n'est pas uniquement le signe d'une coopération franco-allemande mais bien celui de la construction du territoire commun proche des attentes des citoyens.

Aujourd'hui, Roland Ries a pour ambition de "passer de la coopération à la codécision", pour que cet Eurodistrict devienne un véritable "concentré d'Europe".

L'objectif de ce projet est de créer une gouvernance transfrontalière innovante.Pour ce faire il faudra doter l'Eurodistrict de Statuts et d'une autonomie politique, opérationnelle et financière.

Différents Eurodistrict comme l'Eurometropole Lille-Kortrijk-Tournai (Belgique-France) ou encore l'Ister-Granum EGTC (Slovaquie-Hongrie) sont partenaires de ce projet "EGTC".

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

 

15 juin 2009

Un futuroscope des 27 Etats membres

La deuxième réunion du Comité de soutien à la création d'un Lieu d'Europe à Strasbourg se tiendra demain, mardi 16 juin 2009 à 19h30 dans les salons de l'Association Parlementaire Européenne (76 allée de la Robertsau).

Henri Mathian, président de l'Association le Cercle de la Cathédrale et initiateur de ce comité de soutien, vous invite à participer à la conception de ce futur lieu d'Europe à Strasbourg. Les réponses au questionnaire diffusé en février dernier (voir le compte-rendu de la première réunion du comité sur le blog du Forum Carolus en date du 26 février), ainsi que les nombreux contacts établis avec les "demandeurs" d'Europe à l'occasion des Journées Portes Ouvertes du Parlement européen le 3 mai dernier et du Pique-Nique européen le 17 mai ont révélé de nombreuses réflexions et quelques ambitieuses suggestions.

Ce Lieu d'Europe incontournable à Strasbourg, "Capitale des Peuples", pourrait-il prendre la forme d'un « Futuroscope des 47 Pays membres »?

Réponse demain à 19h30.

Kinemax-futuroscope_0228-0238.jpg


03 juin 2009

"Europe à Strasbourg, carrefour de routes notiques"

Doc3.jpgPar MARTINE HIEBEL, mai 2009

Membre du Forum Carolus

EUROPE, que de paroles, dérisoires ou sarcastiques, contradictoires et magiques, tu auras suscitées sur les deux rives du Rhin, puis au-delà sur le continent que tu as pourtant baptisé par deux fois ! Est-ce pour cela que nous trouvons si difficilement tes traces à Strasbourg, que tu disparais si vite des galeries officielles, même européennes, dans des caisses qui t'emmèneront au loin, et que ton motif a tant de mal à demeurer dans cette Communauté Urbaine parmi les noeuds lumineux d'une belle tapisserie âgée d'un quart de siècle ? Tentons donc de prendre par ses CORNES le taureau toujours en vogue au nord et à l'est de la Méditerranée depuis et par-delà les aériennes fresques de Cnossos, le taureau que tu connais bien. Car il en a plusieurs ; laissons la triste corne de brume pour ce que le même nom grec et latin désigne d'abord :

Doc4.jpg

- outre l'appendice défensif de certains mammifères, pouvant même rester fort utile aux pêcheurs portugais, il s'agit aussi

- de l'antenne ornant la proue des premiers navires phéniciens qui sont tes frères,

- des poignées qui permirent de saisir les premiers volumes nés également dans le Croissant fertile,

- et des montants de la fameuse lyre dont la caisse de résonance est tendue de peau de boeuf.

Prenons par les cornes ce taureau polymorphe et polyvalent, même dans notre cité du XXIe siècle, pour t'y héberger avec tendresse, toi notre mère qui fus PRINCESSE en orient afin de nous offrir des aurores toujours neuves : alors, dans l'Union que scelle ton nom, à Strasbourg où nous croyons parfois apercevoir ton sillage, où si souvent les facettes de ta présence scintillent et dansent, de petite Europe deviens la jeune Europe : tends-nous enfin la carte ouverte par tes papyrus comme un charisme rayonnant, comme une charte de fondation fraternelle, comme une feuille de route nouvelle.

« Carrefour de routes notiques » ... Comment attribuer à Strasbourg un titre aussi étrange ?

Pour lire l'intégralité de l'article, cliquez ici...

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

02 mai 2009

Journées portes ouvertes du Parlement Européen - dimanche 3 mai 2009

31570.jpgLe mois de mai est maintenant devenu le mois européen de Strasbourg : comme chaque année, le Parlement Européen ouvrira ses portes le dimanche 3 mai de 10h à 18h. L'entrée sera libre pour tous les visiteurs désireux de découvrir l'institution démocratique de l'Union Européenne à Strasbourg, à la veille des élections programmées le 7 juin prochain.

De nombreux stands seront installés à travers tout le bâtiment, le long d'un itinéraire fléché d'une durée d'1h30. Il sera donc possible d'aller à la rencontre des militants européens en tous genres (associations, organismes, institutions) venus présenter pour la journée leurs activités et leur engagement européen.

Parallèlement aux stands, des débats seront organisés et animés par les différents groupes politiques du PE, ainsi que de Europe à Strasbourg.jpgnombreuses manifestations (musicales, festives..) et un parcours permettant quant à lui de découvrir toutes les installations du Parlement européen (salle de presse, hémicycle, zones d'accueil, restaurants, salles de réunions).

Les visiteurs pourront rejoindre le Parlement Européen grâce aux bateaux-mouche mis gracieusement à disposition par le Parlement Européen au départ de l'embarcadère du Palais Rohan.

A noter : L'association présidée par Troy Davis "Pour la Démocratie Européenne", qui milite activement en faveur du maintien du siège du Parlement à Strasbourg, sera présente pour vous exposer ses arguments pro-strasbourgeois et recueillir vos impressions.

A noter également, la participation du Bürger-Forum-Citoyen-Eurodistrict, qui organise à cette occasion une discussion-débat de 11h à 13h, sur le thème : "Neue Dynamik für Europa! - Das Potential der Grenzregionen und wie es für die Konstruktion Europas nutzbar gemacht werden kann". Pour en savoir plus, cliquez ci-dessus!

 

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

17 avril 2009

Grand débat sur les élections européennes 2009

L'association strasbourgeoise Café Babel, présidée par Vincent Lebrou, organise le samedi 18 avril 2009 un débat sur le thème des élections européennes en juin prochain.


Visuel élections européennes.jpg

Le débat, animé par Anja Vogel, journaliste spécialiste des questions européennes, se déroulera à partir de 14h dans le cinéma le plus mythique de Strasbourg, à l'Odyssée.



15 avril 2009

Le (futur) nouveau visage du Port du Rhin

Roland_Ries.jpgM. Roland Ries s'était engagé au lendemain du Sommet de l'Otan et des destructions auxquelles celui-ci avait donné lieu dans le quartier du Port du Rhin, à remettre à flot le quartier d'une part et à faire à terme de cette zone délaissée le 2ème quartier européen de Strasbourg.

Les habitants du quartier, qui s'étaient sentis abandonnés par les autorités durant les évènements du week-end et qui réclament aujourd'hui pour la plupart la mise en place d'une commission d'enquête susceptible de leur apporter certains éclaircissements, pourront peut-être en dépit du traumatisme faire contre mauvaise fortune bon coeur grâce aux mesures d'urgence qui leur ont été présentées en personne par le Maire de Strasbourg jeudi dernier, et qui leur seront détaillées lors d'une réunion publique aujourd'hui, mercredi 15 avril à 19h dans le gymnase de l'Ecole du Rhin.

Outre l'action immédiate des services de la CUS intervenus pour sécuriser la zone sinistrée et remettre en service ce qui pouvait l'être (Pharmacie, Abribus..), le Maire de Strasbourg  leur a présenté un plan global de requalification et de développement entièrement tourné vers la transformation et l'amélioration du cadre de vie dans le quartier sur le long terme. Il s'agit véritablement de redonner vie et vitalité au quartier, c'est pourquoi les transports sont au centre de ce plan d'urgence, ainsi que les services publics, la santé, l'éducation ou encore l'enfance.

Roland Ries a également voulu mettre l'accent sur la vocation transfrontalière et bilingue de ce quartier tutoyant la rive allemande du Rhin :  l'école devra y faire figure d'exemple en devenant bilingue, et  devra être capable d'accueillir les élèves allemands souhaitant être scolarisés en France. La Maison de l'Enfance dont la réalisation a été avancée à 2010 intègrera également cette donnée binationale.althorffer.jpg

Rêves d'urbanisme

Certains militent depuis plusieurs années déjà en faveur de la rénovation du quartier du Port du Rhin, fort de son incroyable potentiel. C'est le cas de l'architecte strasbourgeois Gérard Altorffer, membre du groupe d'architectes "Coop-Urba", pour qui l'avenir de Strasbourg se situe incontestablement au coeur de la zone dite du "Triangle du Rhin". Il est l'auteur d'un livre "visionnaire" sur le quartier intitulé "Port du Rhin 2032", présenté en février 2007 à l'Ecole nationale supérieure d'Architecture de Strasbourg. Gérard Altorffer participera aux interventions du Forum Carolus et de l'APR ce vendredi de 15h à 18h au Palais du Rhin.

Pour en savoir plus, cliquez ci

Clarisse Bargain

 

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

08 avril 2009

4 avril Strasbourg brûle: où est la police?

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Strasbourg brule - photo H de Grossouvre 6 avril 09.JPG


alliot-marie2.jpg

Le samedi 4 avril a eu lieu à Strasbourg la plus importante manifestation anti-OTAN du sommet de Strasbourg-Kehl. Un bâtiment se Roland Ries.jpgtrouvant dans le quartier du port du Rhin, juste avant l'ancienne douane et dans lequel se trouvait un office de tourisme et une pharmacie et en face un hôtel Ibis, et un troisième bâtiment: l'ancienne douane, ont entièrement brûlés. Le lendemain, dimanche 5, alors que madame Alliot-Marie (photo de gauche) annonçait 300 interpellations, le maire de Strasbourg, Roland Ries (photo de droite), souligne pour sa part que les habitants du quartier ont eu l'impression d'être abandonnés. Le surlendemain, lundi 6 avril, Robert Herrmann, (photo en bas à gauche) 1er adjoint au maire de Strasbourg et responsable de l'organisation du sommet de l'OTAN, lors d'un interview matinal sur Radio Bleu demandait au représentant du pouvoir central, le préfet  Jean-Marc Rebière d'éclaircir des faits dont le déroulement demeure incompréhensible.  A l'antenne de Radio Bleu, Robert Herrmann a aussi rappelé que le préfet, lors de la préparation du sommet, était peu enclin à la coopération et mettait régulièrement en avant son "autorité". Selon le secrétaire national du syndicat de police alliance, Eric Mildenberger, les priorités sécuritaires définies par l'autorité préfectorale et le ministère de l'intérieur étaient: "la protection du sommet de l'OTAN et l'encadrement de la manifestation officielle" (DNA / pages région / mardi 7 avril). Selon certaines sources citées par les DNA du même jour, les policiers et les pompiers (alors qu'ils s'employaient à éteindre les flammes de l'hotel Ibis!) ont été appelés au centre ville puis ont été renvoyés vers le port du Rhin et sont arrivés bien évidemment trop tard.

Quelques heures plus tard, lundi soir, le préfet Rebière s'expliquait à l'occasion d'une conférence de presse: "Il fallait rassembler suffisamment de forces de l'ordre pour pouvoir intervenir sans mettre en difficulté les policiers et les pacifistes" (DNA 7 avril). Et les DNA de commenter la photo des forces de l'ordre casquées: "Certains fonctionnaires présents en bordure, lors de la destruction du poste frontière, ont demandé immédiatement l'autorisation d'intervenir. Autorisation refusée".

Les élus verts de la ville de Strasbourg dont certains ont participé pacifiquement à la manifestation anti-OTAN ont quant à eux demandé la mise en place d'une commission d'enquête. Certains élus alsaciens laissent entendre en privé que l'Elysée et le ministère de l'intérieur auraient pu avoir intérêt à laisser faire les casseurs pour décrédibiliser les manifestations anti-OTAN.

Etonnamment, dans l'Hôtel Ibis qui a été pillé puis brûlé (grande photo en haut) étaient hébergés des gendarmes dont on n'a pourtant pas vu le bout du nez. Certes les casseurs professionnels avait leur cagoules noires dans des sacs à dos et se sont ensuite rapidement changés sur place après avoir brûlé leur tenues noires. La veille, le vendredi 300 interpellations avaient eu lieu dans un quartier périphérique de Strasbourg où se trouvaient le village anti-OTAN.

Robert Herrmann.jpgDans tout malheur il y a des côtés positifs. La casse a été limité à un petit secteur, n'a pas fait de victimes,  Rebiere.jpget s'est concentrée sur une zone qui a besoin d'un grand ravalement. L'ancienne douane ressemblait plus à un poste frontière soviétique des années staliniennes les plus sombres qu'au carrefour franco-allemand d'une capitale européenne moderne. Le moment est enfin venu de prendre en main rapidement le réaménagement de cette zone frontalière dont le potentiel inouï pour Strasbourg mais aussi pour l'Eurodistrict reste à ce jour encore inexploité. Il est temps d'avoir un "Gesamtkonzept" pour cette zone qui tôt ou tard deviendra un des centres de Strasbourg et de l'Eurodistrict. Aujourd'hui Strasbourg est encore confinée sur l'Ill, demain, la capitale européenne sera à nouveau sur le Rhin. Lentement la ville se déplace vers l'Est. Ce "demain" sera t'il dans 5 ans, 10 ans, ou 50 ans? Cela ne dépend que de la volonté des Strasbourgeois et de ses élus. Le Forum Carolus pense quant à lui qu'il est dans l'intérêt de la capitale européenne de la France et dans l'ordre des choses que nous puissions dire  le plus rapidement possible "Strasbourg am Rhein" et "Eurodistrict am Rhein" !

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, accompagné d'une délégation du conseil municipal sera reçu prochainement par le président de la République. Il entend lui présenter la facture. Cela pourrait se faire par une réévaluation du contrat triennal. Le but du maire de Strasbourg est ambitieux: faire de de cette zone délaissée le 2e quartier européen. Espérons que la République sera généreuse envers la capitale européenne de la France...

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Batiment pharmacie brule - Strasbourg- Photo H de Grossouvre.JPG


24 mars 2009

Rede von Herrn Posselt: "Plaidoyer pour l'Europe de Strasbourg"

 

Bernd POSSELT: "Plädoyer für Strassburg"

Bernd Posselt.jpgNous publions ici l'important discours de M. Bernd Posselt, membre du Parlement Européen, membre du comité de patronage du Forum Carolus et président de Paneuropa Union Deutschland, tenu le 22 septembre 2008 au Parlement Européen à l'occasion de la création de Paneurope Alsace à Strasbourg. La transcription a été réalisée par "Troy Davis consulting" que nous remercions que nous avoir transmis ce texte. M. Posselt est un des plus ardents défenseurs de l'Europe de Strasbourg et du respect des traités fixant le siège du Parlement Européen dans cette capitale.

Meine heutige Anwesenheit hier ist für mich eine Demonstration der Solidarität mit Strassburg. Sie wissen, dass einige der schärfsten Kritiker von Strassburg Engländer sind. Sie wissen, dass auch einige Engländer - nicht alle aber einige, quelques Anglais - die deutlichsten Kritiker Strasbourg cathedrale.jpgder deutsch-französischen Zusammenarbeit sind. Deshalb möchte ich an zwei Engländer erinnern, die sehr klug waren, und das Gegenteil gesagt haben.

Der eine, nach dem dieses Gebäude heisst, war Winston Churchill. Ich habe gestern - wieder einmal - seine berühmte Zürcher Rede von 1946 gelesen, wo er damals gesagt hat, "wir brauchen so etwas wie die vereinigten Staaten von Europa. Damit hat er nicht gesagt, dass wir die USA imitieren sollen, aber er hat das gemeint, was wir heute ein Souveränes Europa nennen. Und er hat sich in seiner Rede ausdrücklich auf den Grafen Coudenhove-Kalergi und die Paneuropa Bewegung bezogen. Interessanteweise fehlt diese Pasage in den meisten Dokumentationen der Zürcher Rede. Und er hat vor allem gesagt, dass dieses Europa nicht entstehen kann, ohne eine enge deutsch-französische zusammenarbeit. Er meinte wörtlich: "der Wiederaufbau der Europäischen Völkerfamilie muss mit Deutschland und Frankreich begonnen werden."

WEITER LESEN...

Herr Posselt ist Präsident der Paneuropa Union Deutschland und Aussenpolitischer Sprecher der CSU im Europäischen Parlament.

04 mars 2009

La pétition anti-strasbourg : analyse des résultats

troydavis.jpgDepuis le 15 janvier dernier (date de cloture) et après plusieurs mois de campagne, le résultat des signatures de la déclaration anti-strasbourg est maintenant connu.

Le projet de déclaration écrite visant à supprimer le siège du Parlement européen à Strasbourg avait été soumis par le camp anti-Strasbourg au Parlement européen en 2008. Le Conseil municipal de Strasbourg n'avait pas tardé à réagir en adoptant lundi 22 septembre 2008 à l'unanimité une motion « demandant instamment que les traités internationaux faisant de notre ville le siège officiel du Parlement européen, soient respectés » et « que l'ensemble des travaux du Parlement se déroulent à Strasbourg ». (voir la déclaration de Roland Ries sur le blog du Forum Carolus)

Vous trouverez ici les chiffres ainsi qu'une analyse des résultats menée par l'association Pour la démocratie européenne, portée par Troy Davis, qui mène une campagne indépendante d'information et de lobbying pour maintenir le siège du Parlement à Strasbourg depuis 2006. La pétition a finalement récolté 36% des voix des députés au lieu des 50% nécessaires à son adoption. "Néanmoins, une analyse précise de ce résultat est vitale car la situation est plus grave que les chiffres ne le disent. Elle nous aidera de cette manière à mieux cerner nos adversaires et donc à trouver des arguments plus pertinents pour Strasbourg".

L'analyse permet en effet de faire émerger les tendances à la fois par pays et par groupe politique (dix pays  et deux groupes politiques, les Libéraux et les verts apparaissent en majorité anti-Strasbourg), et de mettre en évidence certaines contradictions, notamment entre la philosophie officielle du groupe politique et la proposition de centraliser les institutions. Comme le remarque Troy Davis, les Verts, qui sont historiquement favorables à la décentralisation, sont en tête du peloton anti-Strasbourg, faisant courir un risque bien connu à tous les citoyens européens : celui de la concentration du pouvoir contraire aux règles de bonne gouvernance communément admises aujourd'hui. De plus, les initiateurs du projet ont pour la plupart moins de 40 ans, il s'agit avant tout pour eux "d'exister" à travers cette initiative controversée.

L'Association Pour la démocratie européenne s'est récemment réunie à Kehl, en présence de Troy Davis, Norma Serpin, Petra Drevillon, ou encore Josef Fuckerieder, pour définir une stratégie destinée à contre-attaquer sur le terrain des détracteurs de Strasbourg et du "mythe des 200 millions d'euros". L'association préfère quant à elle rester dans les champs historiques et politiques, qui justifient à eux seuls le rôle actuel de capitale que joue Strasbourg sur la scène européenne..

La question est simple : faut-il privilégier l'Europe économique en recherchant des gains de productivité à travers de sordides calculs "d'épiciers" ou bien faut-il tirer les leçons de la crise financière actuelle et tenter de réaffirmer l'Europe politique? Strasbourg doit conserver son rôle de gardienne des valeurs européennes; peut-être le faible taux des partisans de la rationalisation pro-Bruxelloise (seulement 36%)  appuie-t-il secrètement un changement de paradigme rendu nécessaire et visible par la crise.

Les arguments des anti-Strasbourg s'abritent derrière une prétendue objectivité basée sur les chiffres. Troy davis considère qu'un tel raisonnement est tendancieux car s'il s'agit vraiment de ménager l'argent des contribuables, il faudrait pousser le raisonnement à son terme en s'attaquer également à Luxembourg...

Consulter ici les résultats: par groupe politique & par pays.

Lire l'article des DNA de Celia Sampol (Bruxelles) du samedi 7 mars 2009

Consultez aussi l'Agenda du Forum Carolus & l'agenda des partenaires du Forum Carolus

Clarisse Bargain

26 février 2009

Quel "Lieu d'Europe" pour Strasbourg?

 

Compte-rendu du débat sur la création d'un "Lieu d'Europe à Strasbourg" : un phare pour la liberté et la démocratie.

henri Mathian.jpgLe public est venu nombreux assister à la première réunion du Comité de soutien à la création d'un "Lieu d'Europe" à Strasbourg, qui s'est tenue le mardi 24 février entre 19h30 et 21h dans les salons de l'Association Parlementaire Européenne. Le projet est porté par Henri Mathian qui a animé le débat de mardi soir. Henri Mathian est président de l'association strasbourgeoise le "Cercle de la cathédrale". Il a donné la parole tour à tour aux différents responsables d'organisations dédiées à la promotion de "l'Europe de Strasbourg", invités à s'exprimer sur le contenu du projet, tous acquis à l'idée d'un lieu identifiable entièrement consacré à l'Europe à Strasbourg et la nécessité d'accroître la conscience et la visibilité européenne de la ville en tant que "capitale des peuples".

"Le consensus est clair sur le besoin d'un tel lieu à Strasbourg et d'une collaboration étroite avec les pouvoirs publics autour du projet", a souligné Henri Mathian en préambule.

L'ensemble des acteurs de la promotion du projet étaient présents, notamment Madame Nawel Rafik-Elmrini, Adjointe au Maire en charge des relations internationales, qui a réaffirmé à cette occasion le soutien politique du Maire de Strasbourg, Roland Ries, au projet puis présenté les différentes pistes envisagées pour celui-ci ainsi que les réflexions préalables à sa mise en place. L'intervention d'Alexis Lehmann, considéré comme le père du projet Eurodom, a été également particulièrement remarquée et appréciée. Il a notamment souligné la légitimité historique, géographique et culturelle de Strasbourg pour devenir une  "capitale des peuples d'Europe" riche en potentiel économique et en visibilité internationale. Rafik.jpg

Nawel Rafik-Elmrini a tout d'abord mis en avant le contraste existant entre le manque de visibilité actuel de Strasbourg en tant que capitale européenne d'une part, et la plus-value pourtant réelle dont elle dispose en terme d'identité spécifique d'autre part, notamment grâce à l'omniprésence d'institutions porteuses de démocratie, de justice et de droits de l'homme, et d'une conception paneuropéenne propre à soutenir l'identité européenne de Strasbourg comme capitale des "peuples". L'Adjointe au Maire a ensuite énuméré les projets mis en place à ce jour par sa voisine bruxelloise, comme le centre des visiteurs du Parlement Européen et le Musée de l'Europe, et a insisté sur l'importance des moyens déployés par la concurrente pour communiquer autour de sa vocation européenne.  Le renforcement de la visibilité européenne de Strasbourg s'impose en premier lieu en raison des conditions actuelles d'accueil et d'information qui ne sont ni à la hauteur des ambitions de la ville ni à la hauteur des attentes des visiteurs en demande d'un lieu d'accueil vivant et ouvert au public y compris en dehors des sessions. Le succès du projet reposera quant à lui en grande partie sur l'étude qui doit être préalablement et rigoureusement menée concernant son contenu exact, ses structures et ses conditions de réalisation, le tout guidé par des objectifs clairement définis assignés à ce Lieu d'Europe. Les interrogations doivent donc porter ainsi aussi bien sur le choix du site censé accueillir le projet que sur la superficie du lieu, la structure architecturale choisie pour l'abriter et ses sources de financement. L'Adjointe  au Maire a insité à cet égard sur la valeur symbolique du site à sélectionner, qui pourrait se situer au coeur du quartier européen plutôt qu'au centre ville, et plus précisément près de la Cour Européenne des Droits de l'Homme afin de refléter au mieux sa vocation citoyenne. Elle a également mis l'accent sur l'opportunité d'élargir les sources de financement aux mécènes, aux collectifs d'associations, et surtout aux partenaires allemands de manière à inscrire le projet dans la dynamique binationale actuelle liée à l'EURODISTRICT.

Cette intervention a finalement été l'occasion d'évoquer les différentes pistes envisagées par la municipalité concernant le Lieu d'Europe. Celui-ci pourrait prendre la forme d'un centre d'informations des visiteurs sur les institutions, intégrant l'actuel Centre d'Information sur les Institutions Européennes (CIIE) et permettant aux citoyens de s'approprier réellement la présence des institutions. grâce à cette structure permanente. La deuxième option concernerait la création d'une maison des citoyens fédérant l'ensemble des associations ayant vocation à promouvoir l'identité européenne de Strasbourg, y compris internationales, afin de favoriser les synergies et l'attractivité touristique de Strasbourg. Enfin, ce Lieu d'Europe pourrait être un centre d'interprétation sur l'Europe, à la fois pédagogique et interactif à travers l'organisation d'expositions, de débats, et d'échanges, plus vivant qu'un musée au sens strict du terme.

Christophe Kieffer, président du mouvement Strasbourg Pour l'Europe et directeur du CESA, a quant à lui pris la parole pour présenter le collectif d'associations "Strasbourg-Europe" créé en décembre 2008 pour fédérer les actions menées dans la région concernant la coopération transfrontalière et l'Europe, préoccupation omniprésente lors du débats. Une charte du collectif Strasbourg-Europe est également en devenir, qui se veut l'expression de la société civile européenne à Strasbourg.

Henri de Grossouvre, directeur du Forum Carolus, a affirmé le soutien du Forum au projet de Lieu d'Europe, considéré comme une mission d'intérêt général. L'accent a été mis, en écho aux paroles de Nawel Rafik-Elmrini, sur la nécessité de mieux canaliser une partie des visiteurs  qui sont actuellement laissés à l'abandon au lieu d'être redirigés vers des activités ou des lieux susceptibles de faire émerger chez eux une perception plus large de l'identité européenne de Strasbourg et donc d'accroître son attractivité vis-à-vis du public européen au sens large. L'avenir européen de la ville repose aussi sur la capacité qu'auront les associations nombreuses agissant dans ce domaine à se regrouper et à adopter une approche interdisciplinaire. Il faudrait par ailleurs retrouver dans ce projet  de Lieu d'Europe la double dimension  interrégionale et internationale qui coexiste à Strasbourg, en le faisant reposer d'une part sur l'EURODISTRICT et  en le reliant d'autre part au projet de Région Métropolitaine du Rhin supérieur. La spécificité du rôle européen de Strasbourg tient aussi au fait qu'il incarne la grande Europe continentale, l'Europe des 27 mais aussi et surtout l'Europe des 47 du Conseil de l'Europe et de l'Assemblée des Régions d'Europe.  Il nous faut nous ouvrir à l'Est d'une manière générale car Strasbourg est la porte de l'Europe centrale et la capitale d'une Europe ouverte aujourd'hui jusqu'au Pacifique. Ce "lieu d'Europe" serait au final à la fois un lieu du passé et un lieu d'avenir, attentif aux questions liées à la mémoire et vitrine du potentiel technologique de la région métropolitaine du Rhin supérieur.

Henri Mathian - A Lehmann.jpg

Alexis Lehmann est ensuite intervenu en fervent défenseur de Strasbourg pour rappeler qu'aucune capitale d'aucun pays européen ne peut aujourd'hui revendiquer le statut de capitale des peuples. Cette identité appartient en propre à Strasbourg et doit servir d'appui incontestable à son ambition européenne. L'extansion binationale du projet de Lieu d'Europe est également fondamentale pour en renforcer le symbolisme au delà de la mythologie  strasbourgeoise traditionnellement liée à la réconciliation franco-allemande. L'initiateur du projet Eurodom a mis l'accent sur les peuples, sur la réalité de la demande et sur le besoin de connaissance et de reconnaissance qu'éprouvent les 20 pays non membres de l'Union Européenne mais institutionnellement présents à Strasbourg à travers le Conseil de l'Europe. Le futur Lieu d'Europe pourrait à cet égard inclure un bureau de représentation pour les déléguations de chacun de ces pays.

La jeunesse européenne a également été mise à l'honneur par Jean-Luc Fournier, journaliste à l'Agence Strasbourgeoise de presse, et Michel Mattoug, directeur de Steinbeis - Transferzentrum de Fribourg en Brigsau et co-président de l'APR (Association de Prospective Rhénane). Le premier a évoqué la possibilité de créer sur le Rhin un grand festival susceptible d'attirer les jeunes, et un Institut des cultures européennes soutenu par les nouvelles technologies de l'information et de la communication grâce auxquelles les jeunes pourraient médiatiser et partager leurs cultures. Le second est revenu sur la nécessité d'aller à la rencontre des élus européens et de favoriser les échanges culturels entre jeunes européens.

Petra Drevillon est quant a elle revenue sur la nécessité de mettre en réseau les associations agissant dans le domaine de l'Europe.

Chacun des intervenants a ainsi apporté sa pierre à l'édifice d'un futur Lieu d'Europe à Strasbourg.

La période est propice, comme l'a souligné René Eckhardt, vice-président du cercle Relatio Europe, car l'Europe n'est plus en panne de projets et renaît aujourd'hui à Strasbourg à travers l'Eurodistrict et le franco-allemand. Avec un effort de communication à la hauteur, l'avenir européen de Strasbourg sera tout tracé, selon Troy Davis, président de l'Association de soutien à l'Ecole de la démocratie et Secrétaire général de “Pour la démocratie européenne", car la ville dispose des meilleurs arguments. Elle pourra en tout cas compter sur ce futur Lieu d'Europe qui devra quant à lui savoir profiter de l'effervescence actuelle autour des questions européennes en agissant de pair avec l'Eurodistrict et la future Région métropolitaine, dans la perspective des élections européennes de Juin 2009, et en créant les passerelles indispensables au sein du monde associatif et entre le monde associatif, institutionnel et économique, comme l'a rappelé à juste titre Philippe Metzenthin, président du Mouvement Européen Alsace, lors de son intervention.

Si vous acceptez de vous prononcer sur ce projet de ‘’Lieu d’Europe’’, veuillez prendre connaissance du document intitulé ‘’Projet’’ puis reportez vos choix sur le document intitulé ‘’Propositions’’ sans oublier de les pondérer en valorisant sur la partie droite l’importance que vous souhaitez donner à chacune de vos propositions.

Pour façonner le futur Lieu d'Europe à l'image des citoyens, le comité de soutien a élaboré un questionnaire portant sur le contenu à donner au projet, où chacun peut exprimer sa vision du futur Lieu d'Europe. Le questionnaire est à retourner par mail au comité de soutien et servira à élaborer des propositions concrètes pour le projet : Projet de Lieu d'Europe à Strasbourg.doc et Propositions sur le projet de Lieu d'Europe.doc

Consultez aussi l'Agenda du Forum Carolus & l'agenda des partenaires du Forum Carolus

Clarisse Bargain

09 février 2009

La promotion de l'Europe à Strasbourg doit changer son fusil d'épaule...

henri mathian.jpg

C'est du moins ce que préconise Henri Mathian, président de l’association strasbourgeoise « Le Cercle de la Cathédrale », dans une interview donnée aux DNA le 25 janvier dernier. Il y présentait sa vision de l'avenir européen de Strasbourg, en écho aux ambitieux projets énoncés pour la ville par Roland Ries pendant sa campagne.

Pour l'actuel maire de Strasbourg, l'Europe est l'un des paramètres principal du destin de la ville, c’est pourquoi il faut œuvrer au renouvellement de la mythologie européenne à Strasbourg, par exemple en élargissant la base essentiellement symbolique sur laquelle reposait jusque là l’identité européenne de la ville, la réconciliation franco-allemande, qui parle peu aux nouvelles générations.

Le renforcement du positionnement européen de Strasbourg passerait donc par la création d’un « Lieu d’Europe », plus que jamais nécessaire, depuis longtemps évoqué par le Cercle de la Cathédrale et décliné à travers de nombreuses appellations porteuses de projets divers. Ce lieu serait ouvert au grand public, pourrait être bâti autour d’une identité, celle de Strasbourg, en tant que capitale des peuples. C'est  du moins le contenu du projet défendu par Henri Mathian.

Cette orientation serait aussi l’occasion d’associer à ce projet des citoyens européens plus concernés et par ailleurs assez largement représentés à Strasbourg, cet empire du « glocal » dont la double dimension régionale et mondiale s’exprime quotidiennement.

Sans le concours de la population, rien de structurant ne pourra se faire, c’est pourquoi le Cercle de la cathédrale a créé un comité de suivi et de soutien destiné à accueillir toutes les formes d'aides et de propositions  formulées pour faire émerger ce projet.

De plus, chacun des pays membres du Conseil de l'Europe, l'organisation paneuropéenne basée à Strasbourg, serait invité une fois par an pendant une semaine dans ce Lieu d'Europe afin d'alimenter et de promouvoir cette nouvelle conscience collective.

Voir également l'allocution de M. Alexis Lehmann au Cercle de la cathédrale de mars 2008.

Contact : Clarisse Bargain, coordinatrice du projet "Eurodistrict" au sein du Forum Carolus.

03 février 2009

Conférence à l'APE le 5 février sur le rôle du médiateur européen dans la construction d'une démocratie citoyenne en Europe

médiateur.jpg

31 janvier 2009

Le Patriarche Cyrille, Strasbourg et le Vatican...

Patriarche Cyrille.jpgCyrille de Smolensk et de Kaliningrad (photo de gauche) a été élu à la tête de l'église orthodoxe russe le mardi 27 janvier 2009. Il est le premier patriarche orthodoxe russe élu depuis la chute du communisme et la fin de l'Union soviétique en 1991. Il prendra ses fonctions demain, dimanche 1er février. Il était chef du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou depuis novembre 1989 et est perçu comme étant ouvert sur l'Occident et partisan d'un rapprochement avec Rome et les catholiques. Il est un intellectuel brillant et relativement jeune pour la fonction (62 ans). Il est connu internationalement et populaire en Russie où il anime une émission de télévision hebdomadaire à Moscou et a lancé le site Internet du Patriarcat. Il avait été nommé en 1971, dès l’âge de 25 ans représentant de l’Église orthodoxe russe au Conseil œcuménique des Églises.

Au sein du monde orthodoxe russe il est en revanche perçu comme étant trop libéral et trop proche de l'Occident. En l'an 2000, Cyrille a été le principal auteur d’un texte de l’Église orthodoxe russe sur la doctrine sociale du christianisme ; publié en français en 2006 aux éditions du Cerf.

Nous avions déjà attiré l'attention sur le rôle privilégié de Strasbourg pour les discussions en cours sur les rapprochements entre les Orthodoxes et les Catholiques (Lire l'article de Henri de Grossouvre: "Le choix des Russes: Strasbourg", paru dans "Rot un wiss / Vivre l'AlPere Philarete - Photo H de Grossouvre.JPGsace").

Depuis 2005, le père Philarète (photo de droite) est le représentant officiel du patriarcat de Moscou et de toutes les Russies auprès du Conseil de l'Europe à Strasbourg. Le représentant orthodoxe russe à Strasbourg est un émissaire de haut vol. Le père Philarète est recteur de la paroisse de la rue de Niederbronn à Strasbourg. Cette modeste chapelle a été aménagée dans un ancien garage alors qu'une demande d'autorisation de construction d'une plus grande église orthodoxe est engagée depuis plusieurs années auprès de la mairie de Strasbourg. Compte tenu de l'importance des relations avec la Russie pour Strasbourg et l'Europe en général, et compte tenu de la forte représentation de ressortissants orthodoxes à Strasbourg, ce projet serait amplement justifié.

Le mercredi 18 février à 18h à Strasbourg se tiendra une conférence publique sur "l'orthodoxie russe" en la paroisse orthodoxe russe de Tous les Saints, 4 rue de Niederbronn (près de la place de Haguenau, au coin de l'avenue des Vosges).

Cette conférence est ouverte au public et est organisée par l'Association Rhin-Volga. En voici le programme:

-Accueil par le Père Philarète, recteur de la paroisse et représentant du Patriarcat de Moscou auprès du Conseil de l'Europe.

-"Historique sur les origines de l'orthodoxie et ses différences par rapport au catholicisme" et "signification de l'iconostase et de la place de la liturgie dans la tradition orthodoxe" par le père Daniel, recteur de la paroisse francophone orthodoxe Saint Grégoire Palamas et Sainte Attale du Patriarcat de Moscou à Strasbourg.

-"L'influence de l'orthodoxie en Europe" par le professeur Alain Cormont, conférencier, chevalier du Grand Prieuré russe de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La chorale de la Paroisse de Tous les Saints interprétera quelques chants liturgiques.

Forum Carolus

 

18 janvier 2009

Mais pourquoi l'Eurodistrict fait il si peur à madame Bollmann?

Le Forum Carolus prépare un livre collectif sur l'Eurodistrict et suit attentivement tous les événements et publications  traitant de ce projet. Les DNA du samedi 18 janvier 2009 annonçant une conférence de Pierre Hillard et Yvonne Bollmann sur l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, nous nous sommes donc déplacés, en compagnie de Philippe Nuss (membre du conseil d'administration du Forum Carolus) sachant par ailleurs que madame Bollmann mène campagne contre le projet d'Eurodistrict et tente depuis plusieurs années de dévoiler le pangermanisme et l'impérialisme viscéral qu'elle croit déceler chez les dirigeants politiques d'Outre-Rhin, non pas chez les membres du NPD mais au sein des partis actuellement au pouvoir, à la SPD et à la CDU-CSU.

On pouvaient lire dans les DNA de samedi 18: "Eurodistrict, quels enjeux pour Strasbourg et l'Alsace?, à l'ISEG, 4 rue du Dôme, de 14h à 17h. Au programme "Eurodistrict, de quel histoire serait il le prolongement?", par François Bunner, président du RCR; "Eurodistricts aspects linguistiques" par Yvonne Bollmann, essayiste; "Influence de l'Allemagne dans les coopérations transfrontalières en Europe" par Pierre Hillard, professeur de relations internationales."

Initialement le débat devait avoir lieu rue du Dôme dans les locaux de l'école de commerce l'ISEG, mais en raison de pressions exercées sur la direction de l'école, nous ont expliqué les organisateurs, le débat s'est déroulé au deuxième étage du sympathique pub Dubliners. On nous a alors annoncé que Pierre HILLARD, en raison de ce changement, ne viendrait pas et avait préféré aller se promener dans Strasbourg.

Hillard Bollmann B.jpgCe débat était organisé par François BUNNER, président du Rassemblement des Citoyens pour la République. M. Bunner s'est présenté aux dernières élections législatives dans la deuxième circonscription du Bas-Rhin et a obtenu un score de 0,28 % (77 voix). Etaient également présents parmi les organisateurs, trois autres membres de ce parti souverainiste, Jean Freyburger, Thomas Lavarenne, enseignant de Physique-Chimie à Strasbourg et Christophe Bord, informaticien originaire de Wissembourg. Disons tout de suite que nous nous sommes retrouvés à 13 (soit 8 participants en dehors des quatre organisateurs du RCR et de l'intervenante). Qu'à cela ne tienne, "klein aber fein" espérions nous encore...

François Bunner (photo de gauche, au milieu Mme Bollmann, à droite, Pierre Hillard réapparu miraculeusement à 17h) est intervenu le premier pendant une dizaine de minutes. Il était visiblement ému Jacques Kotoujansky.jpget avait du mal à rassembler ses idées et nous  du mal à comprendre où il voulait en venir. Il considérait avec étonnement les quelques feuilles de notes étalées devant lui et préparées pour son intervention. Il a tout de même réussi a nous dire que l'Eurodistrict était un déni de l'histoire de l'Alsace et que les Alsaciens, dès le XVIIe siècle, étaient las de faire partie du Saint Empire et espéraient déjà se rattacher à la France et à la pérennité de ses institutions protectrices! Et M. Bunner de convoquer le Bundschuh alsacien comme preuve de cette francophilie naissante, certes, mais déjà sincère... François Bunner évoque ensuite la construction idéologique d'une langue alsacienne unique comme une instrumentalisation des régionalistes alors qu'historiquement, cette construction a été à l'inverse faite par les milieux nationalistes français anti-allemands à la veille de la guerre franco-allemande de 1870. Les régionalistes qui se penchés sur la question savent bien sur qu'il y a différents dialectes germaniques (alémaniques et franciques) parlés en Alsace mais qu'il n'y a pas de langue alsacienne homogène (voir notamment Eugène Philipps, "Les luttes linguistiques en Alsace jusqu'en 1945", Salde, Strasbourg 1975). Aujourd'hui encore, les hommes politiques alsaciens opposés au bilinguisme présentent justement l'Alsacien comme un dialecte homogène distinct de l'allemand. Robert Grossmann, l'ex-président de la CUS laissait souvent entendre que l'Alsacien n'a absolument rien à voir avec les dialectes d'Outre-Rhin et le Schriftdeutsch. Mais l'alsacien serait il donc un rameau oublié du provençal?

Mais François Bunner n'arrivant toujours pas à retrouver ses esprits, sans doute était il vidé par sa précédente fulgurance historique, un participant qui le connaissait, Jacques KOTOUJANSKY (photo de droite) médecin et ex-responsable pour l'Alsace du Mouvement pour la France, vola à son secours en proposant d'interrompre l'intervention de son camarade et de faire un tour de table de présentation des participants. Mon voisin, qui connaissait également M. Bunner pour s'être présenté sur une liste concurrente aux dernières élections suggéra qu'il avait du trop préparer son intervention et en était surement très fatigué. Vous remarquerez qu'il n'avait toujours pas été question du sujet annoncé, l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. Jacques Kotoujansky fut la seule personne (avec bien sur votre serviteur du côté du public) à avoir plusieurs fois essayé, de manière constructive, de recentrer le débat sur le sujet annoncé: l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.

A la fin du tour de table, François Bunner a brièvement repris la parole pour vite la transmettre à madame Bollmann. Cette dernière, fidèle à la thématique sur laquelle elle travaille depuis de nombreuses années, a commencé par longuement dénoncer la conception ethnique allemande du peuple, en faisant notamment référence à son livre "La bataille des langues en Europe". Madame Bollmann, ex-maître de conférence à l'Université de Paris XII et aujourd'hui retraitée y enseignait la civilisation germanique. Elle nous expliquera qu'elle est devenue bien malgré elle germaniste, ayant été orientée vers la langue de Goethe par ses professeurs en raison de sa seule qualité d'alsacienne. Depuis les années 1990, madame Bollmann traque la germanophonie alsacienne et surtout les conceptions ethniques qu'elle impliquerait. Elle signe à la même époque un manifeste sur "le retour du crapaud" et dénonce pêle-mêle la montée du FN et le mouvement autonomiste "rot un wiss". Ferdinand Moschenross, figure haute en couleurs de l'autonomisme alsacien, lui donne alors la réplique à l'occasion de débat animés à la librairie Kleber. Les lecteurs attentifs auront tout de suite remarqué la contradiction: le FN relève d'une filiation nationale, centralisatrice et jacobine, comme madame Bollmann, tandis que "rot un wiss" s'y oppose.

Selon madame Bollmann, le président du parlement européen lui même, Hans-Gert Pöttering serait partisan de droits en faveur de groupes collectifs. Na, und? Est ce suffisant pour le soupçonner de racisme? Pour madame Bollmann qui fait un grand bond, en lieu et place des intéressés, un grand bond des groupes collectifs à une conception brune de la politique, cela semble être suffisant. La notion même de droit à la différence ouvrant la porte à la différence des droits, est pour madame Bollmann problématique. Autre preuve de l'ethnicisme incorrigible des barbares allemands: "Volkswagen", la voiture du peuple, créée sous le national-socialisme, madame Bollmann est scandalisée que la marque n'ait pas changé de nom au lendemain de la seconde guerre mondiale. Je lui demande alors si elle soupçonne tous les conducteurs de Volkswagen d'être des nostalgiques du IIIe Reich, "mais bien sur que non" répond elle, en revanche sa suspicion se porte sur la "Gesellschaft für bedrohte Völker", créée à l'origine, nous dit elle, pour soutenir le Biafra! Comprend qui peut... Je suis intervenu de nombreuses fois, sans succès, pour savoir s'il était possible d'aborder le sujet annoncé: l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. Madame Bollmann a seulement précisé, sans plus d'explications, que l'Eurodistrict serait bien sur allemand (sic) et que la coopération transfrontalière n'était pas possible en raison de la différence d'organisation administrative des communes des deux côtés du Rhin.

Madame Bollmann trouve enfin choquant que l'on puisse être "de gauche" sans être jacobin et selon elle Roland Ries, l'execution de Eulogius Schneider.jpginitiateur du projet actuel d'Eurodistrict, se discrédite en osant revendiquer une tradition girondine et non jacobine. Yvonne Bollmann nous lit alors un passage d'un livre de M. Ries qui lui fait dresser les cheveux sur la tête: "c'est bien à une gauche girondine, autochtone, attachée à défendre de façon pragmatique les spécificités de cette région, que les populations de cette région sont disposés à faire confiance, et non à une gauche nationale, jacobine, et anticléricale, pièce rapportée sur le tissu régional" (Roland Ries, L'Alsace et la gauche, Le Verger, 2007). Je lui fais alors remarquer que l'Alsace a souffert du jacobinisme, en guise de réponse, elle souligne qu'il y avait aussi à ses yeux de bons allemands, venus en Alsace défendre ce jacobinisme, comme ... devinez qui ? Comme Eulogius Schneider! Connu pour avoir amélioré le rendement des massacres jacobin en inventant la "fahrbare Guillotine", la guillotine ambulante qu'il transportait de village pour éradiquer le droit à la différence des alsaciens récalcitrants. Eulogius Schneider a également fini raccourci (photo de gauche). Cette phobie de la différence est malgré tout compréhensible voire cohérente si l'on se place dans  la logique du paranoïaque, en effet comme l'écrit François Roustang (in "Comment faire rire un paranoïaque?"), le parano craint la différence, mais la différence, madame Bollmann, c'est la vie! Cette logique portée à son terme sombre inévitablement dans la terreur et la répression de l'ennemi perçu radicalement différent, comme en France en 1793 et en Russie en 1917. Aristos, bourgeois, ou péquenauds  osant persister à parler la langue de leurs pères : même combat! Un participant au débat (en veste rouge près du miroir, photo ci-dessus) a alors témoigné des vestiges, dans la deuxième moitié du XXe siècle, de la terreur jacobine en décrivant les punitions corporelles qu'il subissait enfant s'il osait parler sa langue maternelle avec son propre frère, dans l'enceinte de l'école.

Pierre Hillard que l'on croyait reparti pour Paris est finalement réapparu vers 17h, heure à laquelle les débats devaient se terminer. Il a commencé à intervenir sur le projet allemand de domination de l'Europe par une Allemagne utilisant l'outil de la régionalisation.  Il n'était toujours pas question de l'Eurodistrict mais le discours de Pierre Hillard était au moins fluide, argumenté et illustré de sources vérifiables, mais j'étais fatigué d'avoir presque plus parlé que les orateurs, fatigué et surtout attendu. Je suis parti.

La vision obsessionnelle et fantasmatique de l'Allemagne de madame Bollmann et théorique et parisienne de monsieur Hillard (il écrit sur l'impérialisme germanique mais ne parle pas l'Allemand et connait très mal le pays) sont évidemment à des années lumières de la réalité allemande de la république fédérale d'aujourd'hui. Cette vision anachronique est proche de celle du provençal Charles Maurras qui avait traversé le pont de Kehl une fois dans sa vie. La repentance des années sombres et l'ouverture humaniste sur le monde sont quasiment la règle générale en Allemagne et la loi fondamentale veille efficacement à réprimer les nostalgiques de la grande Allemagne largement minoritaires et marginaux.

Nous constatons quant à nous que l'Alsace a connu, depuis le moyen-âge, des époques économiquement prospères et son apogée culturelle General de Gaulle et Adenauer.jpglorsqu'elle était un centre, un lieu de passage, et non le glacis stérilisateur tourné contre l'Allemagne de la France jacobine. "Berge trennen, Wasser verbindet", ne l'oublions pas, l'idéologie ne peut rien contre la géographie. Nous pensons que l'Alsace et Strasbourg sont  naturellement placés pour rayonner à l'est comme à l'ouest et qu'une Alsace coupée de la rive droite du Rhin est comme une pomme coupée en deux, cela saute aux yeux lorsque l'on regarde une carte géographique. Il est donc temps que Strasbourg reprenne sa place et son rôle sur le Rhin et ne soit plus cantonnée sur l'Ill. Nous pensons aussi que le bilinguisme alsacien est un atout inestimable à préserver, à sauver, à faire fructifier. Enfin,  nous savons qu'un Eurodistrict Strasbourg-Ortenau donnera à notre capitale européenne la masse critique qui lui fait aujourd'hui défaut et lui donnera aussi la force opérationnelle franco-allemande qui a toujours fait ses preuves, de Charlemagne jusqu'à la construction européenne.  Ce n'est pas un hasard si le général de Gaulle, visionnaire géopolitique s'il en est, et qui avait pourtant participé à deux guerres contre l'Allemagne, prépara la réconciliation franco-allemande dès avant la fin des combats, l'ancien prisonnier  de la prison d'élite d'Ingolstadt et futur chef d'Etat appela même en 1943 de ses voeux, à l'occasion d'une discussion avec l'archiduc Othon de Habsbourg, "la réunion des Francs de l'Ouest et des Francs de l'Est"! Attractivité et prospérité économique, rayonnement culturel, richesse linguistique et développement institutionnel international, tels sont les enjeux de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.

Henri de Grossouvre

 

13 janvier 2009

Libre compte rendu de l'intervention de M. VATANEN le 12 janvier 2009 à Strasbourg

Ari_Vatanen 1.jpg

L'Association Parlementaire Européenne de Strasbourg et l'Association RETE-IHEE recevaient hier le député européen finlandais Ari Vatanen. RETE-IHEE est l'association des étudiants et anciens étudiants de l'Institut Européen des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg dirigé par le professeur Eric Maulin qui se trouve être président du comité stratégique du Forum Carolus. A la demande d'un vice-président de l'association étudiante, le Forum Carolus avait publié l'affiche (voir ci-dessous) de la conférence sur son site de débat et avait invité ses membres et habitués intéressés par les questions stratégiques européennes et les relations avec la Russie. Le titre de l'intervention du député européen était en effet prometteur: "Les futures relations de l'Union avec le monde PESC/PESD: PSDC, OTAN, ONU".

L'ex champion de courses automobiles s'est aujourd'hui reconverti dans la politique européenne. Ari Vatanen avait été notamment champion du monde des rallyes en 1981 avec l'équipe Ford, après avoir été champion d'Angleterre. Monsieur Vatanen est député européen depuis 1999, année de son élection en Finlande sur la liste d'un parti finlandais conservateur. Il travaille alors d'abord surtout sur les questions liées aux taxes automobiles et aux règles de trafic. Ayant acquis une maison près d'Aix en Provence, il s'est alors présenté en France en 2004 et a été réélu. Il suit depuis lors les affaires étrangères de l'Union et prend régulièrement position sur les relations de l'Union avec la Russie et avec les Etats-Unis. Il est membre de la Commission des Affaires Etrangères du Parlement Européen et de la sous-commission défense et sécurité, présidée par M. Karl von WOGAU, par ailleurs membre du Comité de patronage du Forum Carolus.

Après avoir fait attendre plus d'une demi-heure le public réuni dans une salle du bel hôtel particulier situé 67 allée de la Robertsau, Ari Vatanen est intervenu pendant un peu plus de trente minutes. Il a commencé par avouer qu'il n'avait pas préparé cette conférence sur la politique mondiale de l'UE et a enchainé par l'éloge du bon sens et du pragmatisme en citant plusieurs fois comme référence la société Nokia (sic) et en donnant l'exemple suivant: "Quand vous avez un trou dans le toit de votre maison, vous ne commencez pas par faire refaire la moquette de vos chambres... eh bien en politique c'est différent !"

A suivi un relativement long discours sur les bienfaits de la démocratie, de la paix dans le monde, de la justice, de la dignité huimposteur.jpgmaine et des droits de l'homme. Ce discours général n'était pas illustré d'exemples liés au titre annoncé de l'intervention, ni construit autour d'un raisonnement quelconque qui aurait pu être, par exemple, sur ces questions essentielles, d'ordre philosophique pour les droits de l'homme, historique et/ou technique pour la démocratie, ou enfin programmatique pour la paix dans le monde.

Puis monsieur Vatanen s'est attardé sur le cas de la Russie en commençant par constater que ce pays était par essence totalitaire non sans avoir auparavant informé l'auditoire que sa mère était originaire de la partie de la Carélie rattachée à l'Union soviétique au lendemain de la seconde  guerre mondiale et que sa famille en avait beaucoup souffert. Ari Vatanen a alors également avoué qu'il ne s'était rendu qu'une fois dans sa vie, en compagnie de Michel Barnier, en Carélie russe, d'où est originaire sa famille maternelle, à moins de 70 km de l'endroit où il a grandi. Nous avons d'ailleurs ultérieurement appris en discutant avec lui, un verre à la main après la conférence, qu'il connaissait très mal la Russie et ne s'y rendait presque jamais. Il avait été pourtant annoncé lors de la présentation de l'intervenant par le président de l'association étudiante qu'Ari Vatanen prendrait position sur la crise gazière ukraino-russe. Le niveau d'argumentation de la diabolisation de la Russie était le même que celui de la défense de la justice et de la paix dans le monde: au pire inexistant, au mieux incantatoire. Lorsque le délégué général du Forum Carolus a demandé à Ari Vatanen d'éclairer sa lanterne sur la crise russo-ukrainienne, le député européen a alors répété qu'il était très mal de la part de la Russie d'utiliser la force pour faire pression sur son voisin, sans pouvoir citer aucun fait précis et trahissant ainsi son ignorance totale du dossier. Nous constatons par ailleurs que les informations sur la Russie se trouvant sur son site internet n'ont pas été renouvelées depuis au moins 2006 (on y parle de 2006 au futur).

Tous les participants avec qui nous avons discuté après la conférence, universitaires, écrivains, militaires ayant occupé des responsabilités dans des  postes de défense des ambassades françaises en Europe centrale et en Russie... étaient atterrés par le simplisme du discours et le niveau général de l'intervention. Autant de naïveté et d'angélisme prêteraient peu à conséquence chez un citoyen européen lambda, mais il se trouve que le député européen Vatanen, par ses discours, ses prises de positions et ses votes au sein du Parlement Européen, engage la sécurité et le sort de près de 500 millions d'Européens.

Or il nous semble que non seulement monsieur Vatanen n'est pas qualifié pour intervenir et légiférer sur la politique étrangère de l'Union mais qu'il y a même dans ses déclarations, à y regarder de plus près, une cohérence et une logique contraire aux intérêts de l'Europe. Comme les membres de l'Union opposés à la création d'un Europe Politique, pourtant conforme aux ambitions des pères de l'Europe, Ari Vatanen est partisan de l'adhésion de la Turquie à l'Union, c'est à dire d'un élargissement illimité diluant le pouvoir politique européen naissant. En revanche il s'exclame spontanément "nous avons besoin de gouvernance mondiale". Il fait donc partie de ce courant idéologique pour lequel il n'y a pas de projet européen spécifique, ce dernier n'étant qu'une étape vers un gouvernement mondial. Le patriotisme constitutionnel d'Habermas et Derrida relève de cette mouvance. S'il connait mal la Russie et ne s'y rend qu'exceptionnellement, il connaît en revanche bien les Etats-Unis et y voyage volontiers. Il a par exemple participé en 2005 à un séminaire à New-York organisé par la Commission des Affaires étrangères du Sénat des Etats-Unis: "Democracy in retreat in Russia", ses positions anti-russes sont sans doutes aussi issues de ce type de séminaires, il en a malheureusement oublié l'argumentaire en traversant l'Atlantique. S'il ne perd jamais une occasion de diaboliser la Russie ou de prôner l'adhésion de la Turquie, il n'oublie pas non plus d'insister sur l'importance du lien transatlantique (sans plus de raisonnement ni d'argumentation) et du rôle privilégié de l'OTAN. Il ne conçoit naturellement pas de défense européenne en dehors de l'OTAN. Il brise ainsi facilement une lance pour voler au secours de l'OTAN en se fendant d'une tribune dans les colonnes du célèbre quotidien new-yorkais Wall Street Journal dans laquelle il déclare qu'une Finlande membre de l'UE sans adhérer à l'OTAN équivaudrait pour une femme à être moitié enceinte! image délicate et riche en clés multiples (L'Europe attend d'être prise par les Etats-Unis...) Dans cette tribune il déclare, fidèle à son niveau de réflexion et d'argumentation: "Il est temps pour la Finlande de rejoindre l'OTAN (...) alors qu'en Russie la démocratie est en train de sombrer comme le Koursk" (consultable sur le site de M. Vatanen).

Malgré son sourire permanent et ses bons sentiments l'action de monsieur Vatanen au Parlement Européen est nocive, il défend en effet naïvement mais ardemment des positions opposées aux intérêts européens les plus évidents. Nous pensons quant à nous que la construction de l'Europe politique dont être prioritaire, que les relations avec notre voisin russe sont trop importantes économiquement, culturellement et politiquement pour être réduites à une diabolisation simpliste. Il nous semble enfin que les relations avec notre allié américain doivent être rééquilibrées d'urgence. Washington finance, avec l'épargne du reste du monde, d'imprudentes guerres servant à assurer son propre approvisionnement  énergétique, tout en instrumentalisant la démocratie, la paix et la justice en fonction de ses intérêts biens compris. Les pays européens, s'il s'engagent dans des actions militaires devant toujours demeurer l'alternative ultime, auront de plus en plus la possibilité de le faire en fonction de leurs valeurs et de leurs intérêts propres, pour peu qu'ils sachent le vouloir. En avril 2009 aura lieu à Strasbourg-Kehl le 1er sommet de l'histoire de l'OTAN organisé conjointement par deux pays membres. Les axes de travail du Forum Carolus tiennent leurs promesses...

Henri de Grossouvre

08 janvier 2009

12 janvier à 19.30 - Conférence de Ari Vatanen: Les futures relations de l'UE avec le monde

Conference Ari Vatanen 12 jan.jpeg

13 octobre 2008

Le Forum Carolus vous donne la parole!

Le Forum Carolus vous donne la parole!

Sie haben das Wort!

 

Micro.JPG

 

Invitation - Einladung

à intervenir aux comités stratégiques du Forum Carolus

drapeau français.jpgLe comité stratégique du FORUM CAROLUS souhaite accueillir des invités intéressés par nos travaux pour une intervention en français ou en allemand de 10 à 15 minutes sur un sujet d’actualité européenne ou un sujet lié à nos thématiques de travaux (Rhin supérieur, Eurodistricts, bilinguisme… voir les sites du Forum Carolus). Les interventions seront publiées sur les sites du Forum Carolus.


Si vous êtes intéressé, merci d’envoyer votre demande par courrier électronique avec vos coordonnées et le sujet de votre intervention à grossouvre@forum-carolus.org .

 

deutsche fahne.jpg

Das Comité Stratégique des FORUM CAROLUS wünscht sich Gäste einzuladen, die an unseren Arbeiten interessiert sind, indem sie 10-15 MInuten über ein aktuelles europäisches Thema oder ein Thema, das mit unserer Arbeit verbunden ist, vorstellen (siehe die beiden Internetseiten von Forum Carolus).

 

Wenn Sie interessiert sind, schicken Sie doch bitte das Thema Ihres evtl. Beitrages und Ihren Namen/ Institution per E-Mail an grossouvre@forum-carolus.org."

 

Calendrier des réunions

un déjeuner dans le village suit la réunion

Lieu : Neuried (D), 20 mn de Strasbourg, 40 mn de Fribourg

 

Samedi 6 décembre 2008 – 10h à 12.30

Samedi 7 février 2009 – 10h à 12.30

Samedi 4 avril 2009- 10h à 12.30

Samedi 13 juin 2009 - 10h à 12.30

Samedi 3 octobre 2009 - 10h à 12.30

Samedi 5 décembre 2009 - 10h à 12.30

26 septembre 2008

Communiqué de presse

 

Strasbourg, le 23 septembre 2008

 

images[7].jpgCommuniqué de presse

 

Déclaration de Roland RIES sur la tenue à Strasbourg
de l’ensemble des séances plénières du Parlement européen

 

Le Maire de Strasbourg, Roland RIES, a pris connaissance du projet de déclaration écrite anti-Strasbourg soumise par la Campaign for Parliamentary Reform au Parlement européen et visant à supprimer le siège du Parlement européen à Strasbourg.

 

Roland RIES a rappelé la déclaration du Premier ministre François FILLON en mai 2008, selon lequel « si on ne veut pas déplacer autant de personnes, c’est très simple, il suffit de faire siéger le Parlement européen à Strasbourg de manière définitive ».

Le Conseil municipal de Strasbourg a ainsi adopté lundi 22 septembre 2008 à l’unanimité une motion « demandant instamment que les traités internationaux faisant de notre ville le siège officiel du Parlement européen, soient respectés » et « que l’ensemble des travaux du Parlement se déroulent à Strasbourg ».

Roland RIES a également estimé que si le siège du Parlement européen devait être remis en cause, c’est l’ensemble des sièges des institutions européennes qui devrait être réexaminé. Il s’est ainsi déclaré pleinement en accord avec le député européen Jean-Marie BEAUPUY, selon lequel « la vraie question à poser [est] celle du fonctionnement de l’ensemble des institutions européennes. » (Dernières Nouvelles d’Alsace du 23/09/2008)

Le maire de Strasbourg a ainsi jugé que, « à l’heure des technologies de la communication, toutes les institutions supranationales n’ont pas à être situées dans la même ville. L’Afrique du Sud le démontre au quotidien, où le Parlement est à deux heures de vol du siège du gouvernement. »

Notant que les députés signataires de la déclaration reconnaissaient à la Ville de Strasbourg « d’importants efforts pour accueillir les institutions européennes », Roland RIES a indiqué qu’à ses yeux, « aucune compensation ne pourrait jamais venir atténuer l’impact d’un hypothétique départ du Parlement européen. Au-delà du seul impact économique, seule Strasbourg constitue dans l’imaginaire populaire le symbole de la démocratie et de l’unité européenne. »

« C’est à Strasbourg que se rencontrent la grande Europe du Conseil de l’Europe et celle de l’Union européenne. C’est à Strasbourg que bat le cœur de la démocratie parlementaire du continent et que sont garantis la démocratie et les droits de l’Homme. »

Aux partisans d’un lieu de travail unique pour le Parlement européen, toute la Ville de Strasbourg rappelle que les bords du Rhin constituent son berceau et son foyer.

 

 

Contact presse : Sophie Balland - 03 88 60 97 49

Direction de la Communication – fax 03 88 43 66 42

Centre administratif – 1 parc de l’Etoile – 67076  Strasbourg cedex

www.strasbourg.fr

 

 

 

14 juillet 2008

PFUE et actualité de l'Europe à plusieurs vitesses

f51c146afbc4177cf3a6cc88a4263783.jpgLe président en exercice de l'Union Européenne a présenté jeudi dernier au Parlement Européen les priorités de la PFUE (Présidence Française de l'Union Européenne). Un vice-président du Forum Carolus et le Délégué Général ont assisté à cette présentation et aux débats avec les députés. Le Forum Carolus est officiellement enregistré comme organisation lobbyiste au Parlement Européen.

Nicolas Sarkozy a retenu quatre priorités:

1. Le paquet Energie Climat. N. Sarkozy a précisé qu'il ne fallait pas importer des produits qui ne respectent pas les règles  du paquet énergie climat.

2. Le pacte européen pour l'immigration

3. Défense Européenne: "L'Europe ne peut être une puissance politique parlant fort sans moyens militaires". La PFUEdfb860fa0a09368db948e5d64c98d373.jpg souhaite concilier l'OTAN avec une défense européenne autonome.

4. La PAC: il ne faut pas que l'UE arrête sa production agricole alors que les besoins mondiaux en nourriture croissent. Le président français souhaite que l'Union instaure des quotas agricoles pour que les règles que nous imposons à nos agriculteurs s'appliquent aussi aux produits que nous importons.

Ces références au protectionnisme nous rappellent que Nicolas Sarkozy le libéral est décidément pragmatique. Ces mesures sont préconisées par des groupes de travail avec lesquels des membres du Forum Carolus sont en contact régulier (voir notamment: "pour un protectionnisme européen".) De la même manière, en politique étrangère, le discours officiel est atlantiste mais les coopérations avec la Russie engagées sous Chirac et Villepin s'approfondissent.

La question du protectionnisme est liée à la protection sociale. Nicolas Sarkozy s'est attiré la critique de plusieurs députés européens lorsqu'il a affirmé que le social devait relever des politiques nationales. En revanche il a été particulièrement apprécié que le président français prenne le temps de répondre à chaque question individuelle des députés.

e3bbb21487683e5ee569605ea20d5753.jpgEnfin la député allemande Silvana Koch-Mehrin a rappelé à Nicolas Sarkozy que l'Europe fonctionne d'ores et déjà à plusieurs vitesses. Le Forum Carolus plaide pour une relance de la construction politique européenne par une Avant-Garde alliant des pays rhénans à des pays de l'Europe danubienne. La plupart des analystes lucides savent qu'une Europe politique véritable comptant sur la scène internationale ne peut passer que par un nombre restreint de pays décidant ensemble d'aller de l'avant tout en laissant la porte ouverte ultérieurement à ceux qui voudront les rejoindre. L'Europe à plusieurs vitesses reste d'une actualité brûlante...