Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2006

A 2 pas de Strasbourg, le maïs et la chaleur terrestre produisent du courant

La nouvelle centrale hybride de Neuried medium_Gemeinde_Neuried.gifest une innovation en matière de production d’énergie. La combinaison d’une installation biogaz et géothermie génère, à partir de produits issus de l’agriculture locale, de l’électricité aussi bien que de l’énergie thermique à hauts rendements, tout en respectant l’environnement.

La centrale hybride Neuried GmbH & Co. KG a été créée en mars 2006 avec pour but la conception d’une centrale capable de produire de l’électricité à partir de la chaleur terrestre et du biogaz avec une rentabilité maximale.

Les sociétaires de la centrale hybride Neuried GmbH & Co. KG sont la commune de Neuried ainsi que l’entreprise d’exploitation DrillTec GUT de Deggendorf (Bavière).

Le principe hybride consiste à transférer l’intégralité de la chaleur produite par la centrale biogaz vers l’installation géothermique afin d’optimiser le rendement de l’installation. De plus, il est possible d’utiliser la chaleur dégagée par la production d’électricité à basse température ainsi que le surplus d’énergie des eaux thermales dans un système thermique ou bien encore dans l’alimentation d’un réseau de chauffage.

La technique d’accouplement et le pilotage de la centrale hybride font l’objet d’une subvention de recherche et développement du ministère fédérale de l’environnement et représentent une technologie complètement innovante résolument tournée vers l’avenir.medium_Hpim1691.jpg

En comparaison avec les autres énergies renouvelables (solaire ou éolienne par exemple) dont l’utilisation est limitée à la lumière du jour ou à certains moments de l’année et qui nécessitent des capacités de stockage importantes, la production thermique et électrique de la centrale hybride se fait de jour comme de nuit. La biomasse peut être stockée et le processus de biogaz être conduit continuellement. La chaleur terrestre représente une ressource intarissable car la croûte terrestre se trouve continuellement irriguée par un flux de chaleur issu des entrailles de la terre.

Tandis que les méthodes de production d’électricité traditionnelles par combustion d’énergies fossiles (pétrole et charbon) dans de grandes centrales sont caractérisées par l’émission de Co2 et autres oxydes de souffre et d’azote (concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère), la production électrique de la centrale hybride ne rejette pas de Co2 dans l’atmosphère. La production géothermique de l’électricité n’engendre pas de Co2 et celui issu de la combustion du biogaz est complètement réabsorbé par la croissance de la biomasse. Aucun autre gaz à effet de serre n’est dégagé dans l’atmosphère. Ainsi, l’émission d’env. 20.000 t de Co2 pourra être évitée chaque année.

Le courant électrique généré par la centrale hybride est produit à proximité des consommateurs dans une petite installation décentralisée. En comparaison avec des centrales classiques plus grandes, ceci permet d’approvisionner les utilisateurs de chauffage urbain potentiels en chaleur à l’aide d’une chaîne précise, ce qui contribue à une plus grande rentabilité de l’installation.

Ce processus est une première mondiale puisque la centrale hybride combine les énergies renouvelables biomasse et la chaleur terrestre, et donne un exemple de mariage réussi de deux technologies de production d’électricité. Après la dernière phase de construction, la centrale hybride sera en mesure de produire 6 Mégawatts et d’alimenter en électricité 20.000 foyers, sans aucune émission de Co2.

Cette toute nouvelle conception de la production d’énergie contribue à l’augmentation du rendement des énergies renouvelables tout en respectant les limites des ressources naturelles et l’environnement.

Installation biogaz

L’installation biogaz sera alimentée en céréales produites dans la région de Neuried tout en respectant les cycles de plantations. 3.000 hectares sont disponibles à Neuried pour cultiver ces matières premières maïs et céréales. Lors de la récolte, les matières premières sont hachées puis stockées en silage comme substrat.

medium_Hpim1718.jpgDans la centrale biogaz qui est une installation de décomposition à sec, le substrat injecté passe par différents cycles de fermentation. Le gaz émis est ensuite filtré et refroidi. Puis, le gaz est transféré vers des moteurs à gaz qui opèrent la conversion en électricité. Afin d’obtenir un rendement maximum, les moteurs sont continuellement refroidis (effet échangeur de chaleur). La transformation supplémentaire en électricité de la chaleur produite par les moteurs permet un rendement total du biogaz jusqu’à 60%. Ce système est unique en Allemagne et produit dans la dernière phase jusqu’à 3 mégawatts thermiques (MW th). Une autre alternative consiste à utiliser la chaleur des moteurs pour l’alimentation d’un réseau de chauffage.

La centrale biogaz se compose de différents modules. On estime la performance du premier module à 1,4 MW el et des autres modules à 3 MW el.

Installation géothermique

Il a été prévu pour le fonctionnement de l’installation géothermique de faire deux forages capables d’extraire de l’eau thermale à env. 120°C à raison de 75 litres par seconde. medium_Hpim1688.jpgLa puissance de la centrale géothermique serait alors d’env. 2,3 MW el. Une extraction plus importante permettrait d’atteindre jusqu’à 3 MW el de puissance. Tandis que le premier forage sert à pomper l’eau thermale jusqu’à la surface terrestre, le deuxième forage réinjecte l’eau refroidie dans la nappe phréatique en fin de cycle de production électrique. On estime que le réservoir géothermique se formera dans la couche de calcaire coquillier et de grès bigaré entre 2.700 et 3.000 m de profondeur.

L’énergie thermique produite par l’eau thermale ainsi que la chaleur produite par la centrale biogaz sont ensuite transférées à l’aide d’échangeurs thermiques vers le cycle secondaire de la centrale géothermique afin d’entrainer une turbine couplée à un générateur. La température des moteurs à gaz, pouvant s’élever jusqu’à 125°C, est idéale pour obtenir une température de gazéification du liquide de refroidissement atteignant un rendement maximal déjà en utilisation à charge nominale. Le courant ainsi produit et celui provenant des moteurs à gaz (centrale biogaz) sont injectés dans le réseau d’alimentation du distributeur local d’électricité.

Grâce à une augmentation de la température de 40 à 60°C par 1.000 m de profondeur, le fossé du Rhin Supérieur offre des conditions idéales pour l’exploitation de la chaleur souterraine. La tectonique de la fosse du Rhin Supérieur a provoqué de nombreuses zones de perturbations hydrauliques actives. Le forage incliné a permis de détecter nombre de ces zones.

 

 

10:00 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (5)

24 octobre 2006

Les aspects internationaux de la politique énergétique

medium_2006-02-21-xl--steinmeier-getty_56612942.2.jpg"Les aspects internationaux de la politique énergétique" - Discours prononcé par M. Frank-Walter Steinmeier, ministre fédéral des Affaires étrangères, à l'occasion du deuxième Sommet du gouvernement fédéral sur l'énergie à Berlin, le 9 octobre 2006

Il y a dix ans, expliquer en quoi consiste la "politique étrangère énergétique" aurait sans doute pris beaucoup de temps. Aujourd'hui, les préoccupations quant aux réserves de matières premières - pas seulement le pétrole et le gaz - modifient les équilibres à l'échelle mondiale. Le pouvoir et la formation de contre-pouvoirs autour des questions énergétiques développent partout dans le monde une dynamique interne dangereuse. Lire le discours en entier.

00:05 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0)

22 octobre 2006

Allemagne : sommet sur l'énergie

Le gouvernement allemand et les représentants des principales compagnies d'énergie se sont réunis, lundi 9 octobre 2006, à Berlin, dans le cadre d'un " sommet sur l'énergie ". medium_tours-et-reacteurs-centrale-nucleaire-cattenom.4.jpgLes quotidiens retiennent de ce sommet, le deuxième du genre depuis l'accession de Mme Merkel à la chancellerie, les propos de la chancelière sur le respect des termes du contrat de coalition, à savoir la non remise en cause de la sortie du nucléaire. Mme Merkel a en effet souligné que la loi prévoyant la fermeture progressive de toutes les centrales nucléaires allemandes à l'horizon 2020 restait en vigueur.  Selon la Frankfurter Allgemeine Zeitung, l'augmentation des coûts du gaz et de l'électricité ont dominé l'ordre du jour de la rencontre. Le journal en veut pour preuve les propos de la chancelière qui a déclaré qu'il fallait veiller à ce que les prix ne soient pas dictés par des monopoles. Sous le titre " le sommet sur l'énergie se heurte à de larges critiques ", la Frankfurter Rundschau fait état de la " déception " des milieux industriels et des associations de protection de l'environnement à l'égard des conclusions du sommet. Dans ses commentaires, la presse se déclare peu convaincue de l'utilité de la rencontre qualifiée par le Financial Times Deutschland de " superflue ". medium_8_23_baltic_sea_pipeline_167-1.2.jpg" Au lieu de débattre de manière constructive des voies à explorer pour permettre une économie des ressources énergétiques et une indépendance plus grande à l'égard des fournisseurs étrangers, on a assisté à un réveil de la dispute au sujet de la sortie du nucléaire ", déplore le journal économique. Le Handelsblatt fait valoir le même reproche et souligne l'urgence, pour le gouvernement, de parvenir à définir de nouvelles orientations à long terme en matière de politique énergétique. Pour la Frankfurter Rundschau, la déception était programmée. Seul le quotidien Die Welt prend la défense du gouvernement, estimant qu'à la veille de la présidence allemande de l'Union européenne et du G8, la chancelière pouvait difficilement entamer un vaste débat sur les questions énergétiques qui aurait donné à voir l'ampleur des dissensions au sein de la coalition, alors que la sécurité énergétique sera au menu de ces deux présidences.

 

Selon le journal, Mme Merkel a fait preuve d'"habileté tactique " en mettant à profit cette rencontre d'experts pour préparer au mieux les échéances de 2007.

 

00:50 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0)