Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 septembre 2010

Compte-rendu de la conférence du 21 septembre

europe_defense.png« Quelle Europe de la défense à l’horizon 2020 ? »

Cette première conférence d’une série consacrée à l’Europe de la défense et de la sécurité, a fait intervenir trois riches personnalités.

Le premier d’entre eux, le général (2s) Jacques Favin Lévèque, ancien polytechnicien et membre du bureau d’Eurodéfense-France a traité à travers son expérience opérationnelle des enjeux et perspectives de l’Europe de la défense.

Il a mis en exergue la nature institutionnelle ambiguë de l’Union Européenne et le terme trompeur d’Europe de la défense, sachant que la défense de l’Europe est du ressort de l’OTAN.

Il a insisté également sur le fait que les moyens politico-militaire existant étaient limités et que le questionnement actuel sur le rôle de l’OTAN ne motive malheureusement pas la recherche d’une plus grande autonomie stratégique. Il est revenu longuement sur les avancées du traité de Lisbonne, à savoir la création d’un état major permanent ainsi que la mise en place d’une coopération structurée permanente (CSP), permettant à des États qui souhaitent et qui peuvent aller plus loin de se regrouper dans une structure de coopération permanente.

S’en est suivit l’intervention de Fabio Liberti, directeur de recherche à l’Institut des Relations Internationales et Stratégique (IRIS). Adoptant le point de vue du chercheur, il est revenu sur la relation entre l’Union Européenne et l’OTAN, en pointant le fait que les membres de l’UE le sont aussi de l’OTAN.

Son propos s'est également concentré sur la question du développement d'une industrie de défense européenne, à travers la recherche de la mise en place d'un EADS dans le domaine naval.

Il est revenu aussi sur la question de la mutualisation des moyens, et dans un cadre plus large du développement d'une recherche et d'une production commune. Il a insisté sur le fait qu'il n'est plus possible aujourd'hui de produire en Europe plusieurs équipements  du même ordre.

Enfin Arnaud Danjean, député européen et président de la sous commission défense et sécurité du Parlement Européen, a surtout concentré son propos sur la partie institutionnelle de cette problématique. Il a insisté sur le faible poids du Parlement européen en matière de défense. Il est revenu également sur le terme « d’autonomie stratégique », en pointant le fait que de nombreux Etats Européens se satisfont de la sécurité assurée par les Etats-Unis et ne cherchent n'ont donc pas forcément comme préoccupation d'être indépendants sur le plan militaire.

En parlant des relations Europe/USA, il a pointé le manque de ligne directrice de la politique étrangère actuelle américaine. L’Europe est devenue une base secondaire et non plus principale pour les activités militaires des Etats-Unis.

Les questions pertinentes posées par le public ont permis de lancer le débat sur des questions souvent éludées, notamment sur l’hypothèse d’une force nucléaire européenne. Les intervenants sont unanimes sur le fait que l’on est loin d’une mutualisation voire d’une force nucléaire européenne autonome. En effet la question se pose de savoir non seulement qui, de la France ou de la Grande Bretagne, aura la volonté de partager sa force, mais aussi qui prendra la décision de son utilisation.

La table ronde fut un grand succès. Obligés de quitter l'amphithéâtre aimablement mis à leur disposition par l'IEP, les organisateurs, leurs invités et une partie du public ont continué la soirée dans un bon restaurant strasbourgeois.

Une seconde conférence suivra bientôt cette première!

Lionel Luttenbacher

05 septembre 2010

CONFÉRENCE "Quelle défense européenne à l’horizon 2020"

QUELLE DEFENSE EUROPEENNE A L'HORIZON 2020?

Le Forum Carolus en partenariat avec Paneurope Alsace, présidée par le comte d'Andlau, vous invite à la Conférence du 21 septembre 2010 à 19h.

Ce débat est organisé par monsieur Alain FAVALETTO, trésorier du Forum Carolus et lieutenant-colonel de réserve et Fabio Liberti.jpgM. Lionel LUTTENBACHER, membre du Forum Carolus, il sera présenté le professeur Eric MAULIN, directeur de l'Institut des Hautes Etudes Européennes de Strasbourg et vice-président du Forum Carolus.

La thématique «  Quelle défense européenne à l’horizon 2020 » sera traitée autour de trois intervenants et de trois modérateurs.


favin-leveque.jpgLe Général Favin-Levèque (photo de gauche) membre du bureau d'Eurodéfense-France, polytechnicien, ancien délégué général du GICAT, vice-président de Paneurope France abordera les aspects de la coopération structurée et de l’Etat-Major européen en une quinzaine de minutes.

A la suite de son intervention, monsieur Luttenbacher dira quelques mots de transition pour passer la parole au second intervenant, à savoir Fabio LIBERTI (photo en haut à droite), responsable des questions européennes à l'IRIS qui interviendra principalement sur la question de l’évolution des relations UE/OTAN.

Arnaud-Danjean.jpg

Alain Favaletto en assurera la transition avant de laisser la parole au député européen Arnaud DANJEAN (photo en bas à droite), président de la commission défense du parlement européen qui abordera la prise en compte de la question de la défense européenne au sein du parlement européen notamment au plan institutionnel.

Le résumé de cette intervention et l’ouverture du débat avec le public se fera par l’intermédiaire d’un journaliste. L'entrée à ce débat est libre.

Ce débat se tiendra dans les locaux de l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg (47 av. de la Forêt-Noire)  à 19h.

Inscription au débat sur Facebook ou auprès de mathilde.flauss@gmail.com

 

Paneuropa.gif

04 mai 2009

Compte-rendu du Forum Académique sur la Sécurité en Europe 2009

Compte-rendu de la première matinée d'interventions et de débat de l'édition 2009 du Forum Académiquesur la Sécurité en Europe - 21 avril 2009

"La communauté transatlantique élargie, une garantie puissante de stabilité?"
FASE.jpg

M. Henri de Grossouvre a eu l'honneur d'ouvrir la liste des interventions au programme de cette 2ème édition du Forum Académique sur la Sécurité en Europe, après le message d'introduction du Professeur Eric Maulin. Celui-ci a félicité l'association RETE-IHEE et son comité de direction pour s'être de nouveau intéressé à un sujet aussi audacieux, avec la liberté de parole qui caractérise l'Université. C'est en effet le succès de la première édition de FASE en 2008 qui a poussé les différents protagonistes à reconduire l'expérience passée. La perspective du Sommet de l'OTAN a également orienté le choix du thème proposé pour cette édition 2009. Martin Mlodecki, directeur de la section Alumni RETE-IHEE a remercié toute l'équipe qui a soigneusement organisé l'évènement, ainsi que l'ensemble des partenaires qui ont rendu possible ces deux journées de conférence et de débat et qui seront sans doute un gage de la qualité des débats. Ceux-ci ont légitimement lieu à Strasbourg, capitale européenne et organisatrice du 60ème anniversaire de l'OTAN cette année. Martin Mlodecki a également lancé un appel à l'Université de Strasbourg pour soutenir les éditions à venir en prenant le relai de l'URS avant de présenter l'ordre du jour.

Giovanni Faleg, ancien étudiant de l'IHEE et président de FASE, a quant à lui souligné l'importance de la durabilité du projet FASE, dont l'édition 2010 est déjà en préparation (www.fase-rete.eu). Il est revenu sur le concept de stabilité -au cœur des débats- et sur celui de sécurité, avec une question : l'accroissement de la sécurité en Europe est-il compatible avec l'action de l'OTAN ?

Il ne s'agira pas durant ce colloque d'apporter des réponses définitives mais bel et bien de comprendre les enjeux réels, avec l'aide de tous les experts mobilisés pour l'occasion, et d'user de son droit de réponse lors des débats.

-----------------------------------------------------------------------------

Henri de Grossouvre a commencé son intervention en remerciant l'ensemble des organisateurs pour l'avoir invité à participer en tant qu'expert des questions d'axes stratégiques à l'échelle mondiale, puis il a salué la dimension internationale de ce colloque ainsi que la participation étrangère en français.

L'objet de l'exposé ici retranscrit a ensuite été présenté. Il s'agit de s'interroger sur les possibilités d'arbitrage au niveau international entre les intérêts divergents qui traversent l'Union Européenne - et les pays qui la composent- les États-Unis et la Russie.  L'OTAN rénovée devra nécessairement prendre en compte la nouvelle donne mondiale selon laquelle des relations économiques de plus en plus étroites se nouent entre des pays européens membres de l'OTAN (comme l'Allemagne, la France ou l'Italie) - fidèles alliés des États-Unis - et la Russie, en dehors de l'alliance (....)

Clarisse Bargain

Lire l'intégralité de l'intervention et des débats

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

16 avril 2009

FASE II : Cycle 2009 du Forum Académique sur la sécurité en Europe

Venez nombreux participer à cet évènement majeur organisé par l'association RETE-IHEE en partenariat avec l'OTAN et la Ville de Strasbourg le mardi 21 et le mercredi 22 avril 2009. Au programme, 2 jours de conférences et de débats en présence de spécialistes de l'OTAN, de l'OSCE et de l'UE, et d'universitaires, qui se dérouleront à Strasbourg, dans les locaux de l'Institut des Hautes Etudes Européennes (IHEE). Les participants tenteront ensemble de répondre à la question générale posée par ce cycle 2009 : "La communauté transatlantique élargie, une garantie puissante de stabilité?"

Le Forum Carolus, en tant que lieu privilégié de discussion autour des questions stratégiques européennes, participera activement à la première journée de la rencontre à travers une intervention de son directeur, Henri de Grossouvre, sur le thème "Les intérêts stratégiques de la France et de l'UE vis-à-vis des Etats-Unis et de la Russie au sein d'une Alliance redéfinie" (mardi 21 avril à 11h45, voir dans interventions duForum).

Doc2.jpgLe Forum Académique sur la Sécurité en Europe (F.A.S.E.) est un projet mis en place par l'Association RETE-IHEE en collaboration avec l'Institut des Hautes Études Européennes de Strasbourg. Il vise à rendre accessible au grand public les problématiques liées au concept de « sécurité » en Europe, tout en favorisant une réflexion académique sur ce thème qui est transnational et interdisciplinaire. Dans le cadre privilégié de Strasbourg, capitale démocratique de l'Europe, FASE répond à l'attente du grand public de comprendre les Organisations et Institutions internationales responsables de la sécurité du continent européen, garantes de la paix et des droits de l'Homme, face aux défis des relations internationales contemporaines.

Pour en savoir plus et s'inscrire, cliquez!

Voir également l'affiche 2009

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

19 mars 2009

Robert Gates ne viendra pas au sommet de Strasbourg-Kehl

 

CRISE GRAVE AU PENTAGONE

Robert GATES, le secrétaire d'Etat américain à la défense

ne viendra pas au sommet de STRASBOURG-KEHL

 

Robert Gates.jpgLe successeur de Donald Rumsfeld au secrétariat d'Etat à la défense, Robert Gates, (photo de gauche) ne viendra pas au sommet franco-allemand de l'OTAN de Strasbourg-Kehl (dépèche Reuters du 17 mars). L'importance particulière du sommet est pourtant évidente, la France réintègre le commandement militaire intégré de l'OTAN à l'occasion du 1er sommet de l'histoire organisé conjointement par deux pays membres.

Robert Gates ne vient pas en raison de la situation d'urgence aux Etats-Unis. La situation est extrêmement tendue et pourrait aboutir à des réductions drastiques des programmes d'armement de Washington. Et pour la première fois un secrétaire d'Etat à la défense affirme sa volonté de mener à bien une telle réforme et tout indique que cette volonté est prise au sérieux: "even his closest friends acknowledge Gates is in the bureaucratic fight of his life" (Boston Globe).

"Gates va tenter de réduire la production incontrôlée du Pentagone qui est le coeur de la urgent.jpgpuissance du Pentagone (...) c'est une période de troubles paroxystiques qui s'est ouverte pour le Pentagone", or continue Philippe Grasset, "le pentagone est la principale force qui anime et inspire l'activité planificatrice et bureaucratique de l'OTAN".

Cette crise ne sera pas sans conséquences sur la nouvelle OTAN que la France s'apprête à réintégrer, car la bataille du Pentagone va "entraver voire paralyser les processus d'évaluation et de planification stratégique" de l'OTAN et donc de la rédéfinition d'un nouveau concept stratégique de l'organisation atlantique. Cet événement inattendu pourrait paradoxalement constituer une opportunité pour la France. A l'image de son rapprochement surprenant avec la Russie, le président Sarkozy est malgré lui là où on ne l'attend pas...

Voir "La bataille de sa vie" sur le site  De Defensa

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

18 mars 2009

Quel avenir pour la Crimée?

 

Par Lionel Luttenbacher

Membre du Forum Carolus

 

sebastopol pour art Luttenbacher.jpgQuel avenir pour la Crimée? Depuis 225 ans, la flotte russe mouille à Sébastopol, fondée par Catherine II, citadelle navale offrant un port à huit baies en eau profonde... Mémoire d'un siège mémorable en 1854. Une des huit Villes Héros de l'ancienne Union Soviétique... Les qualificatifs ne manquent pas pour désigner cette ville qui n'a jamais vraiment quitté le coeur et l'esprit de millions de citoyens russes.Lionel Luttenbacher.jpg

La Crimée est une presque île au sud de l'Ukraine qui plonge dans la mer noire. Cette péninsule est peuplée de 2,5 millions d'habitants, dont 60% de russophones, 23% d'Ukrainiens et 10% de Tatars. Historiquement rattachée à l'empire ottoman puis à l'empire russe, elle a été offerte à l'Ukraine par Nikita Khroutchev (lui même ukrainien d'origine) en 1954. Depuis la disparition de l'URSS, elle est la seule région autonome de l'Ukraine. Autrement dit, le même statut que l'Ossétie du Sud par rapport à la Géorgie.

Selon le traité "Paix et amitié" de 1997, la marine russe en mer noire est située à Sébastopol, grâce à un bail signé entre les deux parties et pour une durée de vingt ans. Moscou a toujours eu une certaine difficulté à reconnaître la souveraineté ukrainienne sur Sébastopol, ainsi que sur toute la région environnante de la Crimée, prétextant que la ville n'avait pratiquement jamais intégré la république socialiste soviétique ukrainienne...

Lire la suite de l'article

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

10 juillet 2008

Publications Egmont sur la défense européenne

3d29ebcf83b8938a047a2b2bd40d766d.jpgEGMONT, Institut Royal des Relations Internationales et "think tank" basé à Bruxelles, est heureux de vous annoncer la publication de 3 nouveaux "Egmont papers" disponibles en ligne et traitant de la défense européenne et du traité de Lisbonne:
Egmont Paper 21 European Defence in the Wake of the Lisbon Treaty 
Egmont Paper 23 Balancing Defence and Security Efforts with a Permanently Structured Scorecard                     http://www.egmontinstitute.be/paperegm/ep23.pdf.
Egmont Paper 24 The Lisbon Treaty and ESDP: Transformation and Integration                                           
fb5a42d5e4071864772fd77cc0f93fa5.jpgDans le contexte du débat en cours sur la révision de la stratégie européenne de sécurité,  The EU and the European Security Strategy – Forging a Global Europe, édité par Jan Joel Andersson et Sven Biscop, est maintenant disponible en format papier: http://www.egmontinstitute.be/news/08/Flyer-Biscop-Anders....

10 mars 2008

La sécurité en Europe

8de21b3876a74f94951bc7fb5f64a193.jpgLe Forum Carolus a le plaisir de vous informer de l'organisation d'un important colloque sur la sécurité en Europe par l'association RETE-IHEE, les 24 et 25 avril à l'IHEE.

La présentation du colloque ainsi que les renseignements utiles figurent dans le document joint.

Les places étant limitées, l'inscription au colloque est indispensable.

7cb2401f6bd5953cb91191590105397e.jpg

27 novembre 2007

Pour une armée européenne

A l'aune des usages de la force armée les plus récemment opérés par les pays européens, deux nouveautés saillantes ressortent. En termes de moyens, ces interventions sont de plus en plus collectives et rassemblent en général au moins plusieurs pays européens. Quant aux finalités, il s'agit le plus souvent d'opérations à vocation pacifique ou humanitaire non seulement affichée, mais aussi effectivement poursuivie. On est loin des siècles de la conquête coloniale, où la fin humanitaire proclamée poursuivait des objectifs réels de domination autrement plus prosaïques. Les démocraties occidentales d'Europe apparaissent désormais plus sincères, bien que plus prudentes, dans leurs engagements. Les opérations dans l'ex-Yougoslavie comme en Afghanistan en deviennent une sorte de modèle, non par leur succès qui n'est pas toujours au rendez-vous, mais par leur relative acceptation.

A contrario, les exemples de déploiement des forces armées européennes qui échappent à ce modèle s'avèrent soit sur le déclin, soit aller à l'encontre des opinions publiques. La France, longtemps gardienne de son pré carré africain, s'y fourvoie de plus en plus, comme en témoigne ces dernières années l'échec de son intervention en Côte d'Ivoire. De moins en moins de Français se reconnaissent dans les interventions auprès de régimes souvent douteux et pour défendre des causes peu évidentes ou contre productives, pour ne pas dire plus si l'on songe au Rwanda en 1994. Dépourvue de soutien populaire en France, cette politique à l'ancienne se heurte en Afrique à des forces militaires locales capables de s'opposer à une armée conventionnelle terrestre, même plus moderne, ou de lui infliger des pertes suffisamment dissuasives de nature à entraîner son retrait. Quant à la Grande-Bretagne, l'Espagne ou l'Italie, qui avaient choisi d'intervenir aux côtés des Etats-Unis en Irak dans le cadre d'une guerre directe "contre le terrorisme", elles eurent ensuite toutes les raisons de le regretter et de débattre à volonté des justifications maladroites du lancement de cette opération comme de sa prolongation.

Dans ces conditions, le maintien des armées nationales au sein de l'UE devient peu justifiable, alors même que les citoyens européens n'imaginent plus une guerre entre les membres de l'union et au fond militent plutôt pour un même type d'intervention. La persistance de budgets de la défense distincts condamne les Etats européens à des ambitions d'équipement modestes voire lilliputiennes. Elle empêchent d'amortir en volume des biens par définition très sophistiqués et onéreux à concevoir, indépendemment même de la culture du secret qui les entoure. La gabegie paraît dès lors évidente. L'exemple des Etats-Unis, qui avec un budget double de celui de l'UE disposent d'une puissance décuplée, est là pour le rappeler cruellement. Tout plaide donc pour le rassemblement en une seule et même armée des forces militaires européennes.

Cela, ne signifie pas pour autant une disparition des unités ou des traditions nationales. A Strasbourg, l'Europcorps en est une illustration intéressante. Chacun parvient en effet à y préserver son identité. Les soldats conservent ainsi les drapeaux, les uniformes ou le rythme des pas des armées nationales dont ils sont issus. Cela ne les empêche nullement de s'exercer ou de combattre derrière une même bannière. Par contre, l'armée européenne suppose un minimum d'adaptations:

  • la mise en place de règles hiérarchiques et techniques, de langage et de codes communs, ce qui fonctionne déjà sur le terrain pour de nombreuses opérations;
  • la création d'un état-major européen unique et d'une chaîne de commandement le reliant à l'ensemble des unités, mais après tout cela a d'ores et déjà été réa lis é pour l'essentiel par la plupart des pays européens, qui se retrouvent au sein du commandement intégré de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN): ce qui est acceptable en termes de souveraineté vis à vis d'une alliance militaire dominée par les Etats-Unis, l'est a fortiori au profit d'une union plus restreinte à vocation fédérale entre des pays européens déjà plus étroitement liés par leurs choix, leurs droits et leurs politiques publiques;
  • l'affirmation d'une autorité politique légitimée directement ou indirectement par le suffrage universel commandant cet état-major; le parlement européen, comme le haut-représentant de la politique étrangère et de sécurité commune ou les présidents de l'union ou de la commission forment déjà les pierres de cette autorité politique commune: il convient de les assembler pour bâtir un pouvoir décisionnel adapté à tous les usages possibles des forces armées, et bien sûr démocratiquement contrôlé.

Au fond, ces changements ne constituent pas une révolution. Il s'agit simplement de tirer les conséquences logiques des impuissances ou des dysfonctionnements actuels. Personne ne peut aller contre la recherche de l'efficacité et de l'efficience au profit des citoyens européens, vers laquelle les obstacles et circonstances de l'actualité poussent déjà naturellement les pays de l'UE les plus intégrés. Dans les faits, l'unification des armées européennes est déjà en marche, car c'est leur seule évolution rationnelle. Il ne reste plus qu'à l'assumer publiquement devant une opinion qui y est préparée.
 
                        Frédéric Le Jehan
                        Conseiller municipal UDF de Strasbourg
                        Conseiller de la Communauté urbaine

 

22 février 2007

Europolitique / Entretien avec le directeur exécutif de l’Agence européenne de défense, Nick Witney

medium_Drapeu_EU.jpgL’Agence européenne de défense (AED) et la Commission européenne s’efforcent d’aider les États membres à développer une Base industrielle et technologique de défense européenne (European Defence Industrial Technology Base ou EDITB).

Suite à une récente conférence européenne sur l’EDTIB, réunissant plus de 300 participants des sphères gouvernementales, industrielles et universitaires, le quotidien européen Europolitique a interrogé le directeur exécutif de l’AED, Nick Witney, sur l’utilité de l’EDITB.

Pour plus d'informations, nous vous invitons à consulter le site internet d'Europolitique.

30 novembre 2006

Le président du SPD, l'Europe de la Défense et la Russie

medium_Beck_Kurt.jpgDans son discours sur la "présidence allemande de l'Union Européenne en 2007" Kurt Beck, le président du parti social-démocrate allemand, plaide pour une armée européenne unifiée et un renforcement de la coopération avec la Fédération de Russie. Il a notamment déclaré que " Notre objectif à long terme devrait être de mettre sur pied [...] des groupes militaires intégrés sous l'égide d'un Etat-major européen unique". Il met également en avant le fait que  l'intégration des moyens militaires permettrait à chaque Etat-membre de faire des économies budgétaires sans que, pour autant, la qualité des forces armées en pâtisse. A propos de la Russie il souhaiterait que la présidence allemande du Conseil de l'Union Européenne soit l'occasion de donner une "impulsion" en faveur de la coopération avec la Russie en matière de politique extérieure et de sécurité.

Pour en savoir plus, cliquer ici. 

28 novembre 2006

Intervention de M. Chirac dans la FAZ

 

Voici un extrait de l'Intervention du Président Chirac dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans lequel il rapelle sa volonté d'une europe de la défense forte et qui parlerait d'une seule voix au sein de l'OTAN.

medium_chirac_luftwaffe.jpg"Ein stärkeres Europa der Verteidigung

Mit der Transformation berücksichtigen wir nicht zuletzt die neue Realität der Europäischen Union, deren Mitglieder mehrheitlich auch zur Nato gehören. Das Europa der Verteidigung hat seit dem Gipfeltreffen von Saint-Malo mehr Fortschritte gemacht als in den vergangenen fünfzig Jahren.

Ich freue mich, daß die Europäer gemeinsame Waffensysteme entwickeln wie das Transportflugzeug A400 M oder den Tiger-Hubschrauber oder daß wir zusammen mit Großbritannien an einem gemeinsamen Flugzeugträger arbeiten. Fortschritte machen wir, wenn wir unsere Mittel zusammenlegen, das gilt vor allem für den strategischen Transport und für die Offiziersausbildung. Wir müssen jetzt daran denken, unseren gemeinsamen Kommando- und Einsatzführungsstrukturen mit dem Operationszentrum der EU einen permanenten Rahmen zu geben.

Eine solche Entwicklung ist notwendig, weil die Europäische Union in zunehmendem Maße an der Friedenssicherung mitwirken wird. Ein stärkeres und effizienteres Europa der Verteidigung, das mit gesicherten Mitteln ausgestattet ist, verstärkt die Fähigkeit der Nato insgesamt und trägt zum Gleichgewicht in der Welt bei. Zwischen Europa und der Nato entsteht eine Komplementarität, die allen Nutzen bringt. Da, wo Europa aus geographischen oder historischen Gründen oder aufgrund der Art des Einsatzes besser eingreifen kann, wird die Europäische Union entsprechend Verantwortung übernehmen."

Pour lire l'article en entier, cliquer ici.  

18 octobre 2006

Armée 2050

medium_eufor2_p.4.jpgUn rapport de l'Agence européenne de défense, diffusé lors du conseil informel des ministres de la défense, identifie les problèmes de recrutement de l'armée, confrontée à la hausse des coûts et au vieillissement de la population.  Cette étude souligne que, dans un monde de plus en plus dangereux pour elle, l'Union européenne devra employer prudemment des ressources toujours plus limitées, afin de s'appliquer à contrer de manière effective les menaces les plus essentielles à sa sécurité. Lire le rapport au format PDF.

 

 

14 octobre 2006

Juris Europe Défense

Le ministère français de la Défense propose désormais "Juris Europe Défense", une lettre medium_allemand_ue.2.jpgd'information  électronique mensuelle élaborée par la direction des affaires juridiques qui traite de l'actualité juridique et institutionnelle de l'Union européenne intéressant la défense. Cette lettre offre aussi une vue d'ensemble des publications sur l'Europe et la défense.

Lire la lettre du 1er octobre 2006 et voir les modalités d'inscription électronique.

28 juillet 2006

MESSIER-BUGATTI

medium_C_17_avion.jpgAgrandissement de son usine américaine de Cincinnati par Messier-Bugatti

article.pdf

Source: La Lettre de l'Expansion, 24 juillet 2006, n° 1815

26 juillet 2006

Parlement: Sécurité

medium_von_Wogau.jpg

Le 13 juillet, le Parlement européen a tenu une audition consacrée aux défis posés à la sécurité et à la défense de l'Europe. Cette audition précède un rapport que Karl von Wogau (PPE-DE,DE), président de la sous-commission de la défense et de la sécurité du Parlement, rédige sur l'avenir de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD). Ce rapport dresse l'état des lieux de la défense européenne, son bilan et analyse les domaines dans lesquels l'Union européenne doit être davantage efficace. Lire l'article entier... 

Source: Parlement Européen

 

24 juillet 2006

EU High Representative for CFSP Solana at Israel

 

medium_Solana_et_Livni.jpgJerusalem, 19. July 2006

Javier SOLANA, EU High Representative for CFSP (Common Foreign and Security Policy),
and Tzipi LIVNI, Israeli Foreign Minister : Remarks to journalists at a joint press confernce..

Read the EU document.....

Source: The European Commission's Delegation to Israel


07 juillet 2006

Stratégies Industrielles & Europe de la Défense

medium_europeglobe.jpgColloque "Quelles stratégies industrielles pour l'Europe de la Défense". Compte rendu du séminaire organisé à Bruxelles le 15 mai 2006 par la fondation Robert Schuman. Lire le Compte rendu....

24 juin 2006

La France et l'Allemagne: Une mission globale de paix

medium_jung_alliot_security_2006-s.jpgDans le contexte du Conseil européen des 15 et 16 juin, les ministres français et allemand de la défense, Michèle Alliot-Marie et Franz Josef Jung ont publié une tribune commune dans le Figaro et le Tagesspiegel dans laquelle ils rappellent que les forces armées européennes ont une mission globale de paix. La coopération des deux Etats est centrale dans l'envoi de forces armées européennes dans le cadre de la mission EUFOR en République Démocratique du Congo. > Lire la tribune entière...

12 juin 2006

Nouvelle parution

medium_logonew.jpg"NATO, ESDP And The Riga Summit: No Transformation without Re-Equilibration" est le titre d'une nouvelle parution de l'Institut Royal des Relations Internationales de Bruxelles. >Plus d'informations sur l'EGMONT PAPER N°11 de Sven Biscop...

29 mai 2006

Bundeswehr: Opération au Congo

La Bundeswehr participera à une opération au Congo menée par l'Union européenne (UE): elle devra aider au bon déroulement des premières élections libres depuis plus de quarante ans.
La mission EUFOR RD CONGO soutient la mission de maintien de la paix des Nations Unies (MONUC). À ce titre, il a été convenu que la Bundeswehr déploie jusqu'à 500 soldats, hommes et femmes, comme forces d'intervention et jusqu'à 250 soldats comme base de soutien. Il est prévu que l'opération de l'UE se concentre sur Kinshasa. La capitale du Congo est le siège des institutions gouvernementales ainsi que des chaînes publiques de radio et de télévision et, de ce fait, le centre politique du pays. Les forces de la MONUC stationnées dans la capitale sont en nombre limité (environ 1 500 soldats et le quartier général de la mission). Ces forces assurent en première ligne la protection sur le terrain des locaux des Nations Unies.

Source : www.bundesregierung.de

23 mai 2006

Nouvelle parution

Les progrès accomplis ces dernières années par l’Union européenne dans la définition d’une structure de défense commune contrastent avec la crise qui affecte actuellement les autres éléments de la construction européenne. Ayant proclamé en décembre 1999 sa volonté de se doter d’une « capacité d’action autonome soutenue par des forces militaires crédibles », l’Union européenne a depuis lors mis en oeuvre un, puis deux « Objectif Globaux » (Headline Goal) définissant de manière précise des capacités militaires communes, encouragé la consolidation et le renforcement de ses industries de défense et entrepris d’intégrer ses moyens civils et militaires dans le cadre de missions d’intervention extérieures de plus en plus exigeantes. Cette Politique Européenne de Sécurité et de Défense a culminé avec la création, en 2004, de l’Agence Européenne de Défense. Avec l’entrée en vigueur d’un Code de Conduite au 1er juillet 2006, cette Agence devrait jouer un rôle décisif dans le renforcement continu des capacités militaires de l’Union européenne, tant sur le plan industriel que technologique. 

 

La 33ème note de la Fondation Robert Schuman fait le point sur ces évolutions en cours et souligne les forces, mais aussi les carences, de cette « Europe de la défense ». L’ouvrage, rédigé par Edouard Pflimlin, souligne notamment l’insuffisance des moyens budgétaires consentis par les Etats membres de l’Union pour mener à bien leurs ambitions déclarées et plaide pour un accroissement de cet effort financier au cours des prochaines années. Il s’attache, en outre, à démontrer la nécessité d’une plus grande intégration des politiques de défense des Etats membres. Seule la poursuite de ce processus d’intégration permettra de réduire au maximum les duplications, d’accroître les investissements dans la recherche et l’innovation et de mener à son terme le processus d’interopérabilité des forces européennes, notamment grâce à une spécialisation accrue d’un certain nombre de pays sur des capacités militaires spécifiques.

Note disponible sur simple demande (10 Euro) auprès de la Fondation Schuman : c.antonini@robert-schuman.eu

22 mai 2006

Pour un Schengen militaire

Lors d’un séminaire organisé par la Fondation Robert Schuman, à Bruxelles, le 15 mai, la discussion a été bon train à propos des questions de défense européenne. On parla notamment et d’une façon générale des effets du blocage institutionnel actuel sur l’évolution de l’Europe de la défense, pourtant la partie la plus prometteuse de la dynamique européenne. On parla précisément de la notion de “préférence européenne” pour les produits et systèmes aérospatiaux et de défense, pour voir confirmée la division régnant parmi les pays européens à cet égard. > Lire la note paru sur le site web dedefensa.org...

16 mai 2006

Partenariat pour la sécurité

medium_prokop.jpg« Ce jour nous avons conclu avec plus de 50 pays et organisations un Partenariat pour la sécurité entre l'UE et les pays tiers intéressés, partenariat qui commence à prendre forme avec notamment les pays des Balkans occidentaux », a déclaré ce vendredi la ministre autrichienne de l'Intérieur, Liese Prokop. La Déclaration de Vienne relative à un partenariat pour la sécurité a été adoptée lors de la Conférence internationale sur la sécurité intérieure ces 4 et 5 mai 2006 à Vienne, de même qu'une convention sur la coopération policière en Europe du Sud-Est a été signée.

> Lire le communiqué de presse de www.eu2006.at...

12 mai 2006

Quelles stratégies industrielles pour l'Europe de la Défense?

L'offre industrielle en matière de défense et la création d'un marché de défense européen seront au centre d'une rencontre organisée le 15 mai à Bruxelles par la Fondation Robert Schuman. Cette rencontre se tiendra en présence de plusieurs industriels, de responsables européens, de parlementaires. Michèle Alliot-Marie, ministre français de la défense, sera présente ainsi que plusieurs autres ministres européens de la défense.

> Lire le programme...

29 mars 2006

Mission militaire de l’UE

medium_europeanflag.jpgLe Conseil a approuvé le 23 mars le concept d'un éventuel soutien de l'Union européenne à la mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) pendant le processus électoral et décidé de lancer la planification et les préparatifs militaires sur cette base. L'opération de l'UE visera à fournir en temps utile à la MONUC un soutien ciblé. medium_bundeswehr2.4.jpgLe concept prévoit le déploiement d'un élément avancé à Kinshasa d'environ 400 à 450 personnels militaires et la disponibilité d'une force en attente, de la dimension d'un bataillon, située "au-delà de l'horizon" hors du pays, mais rapidement déployable.

Source: http://www.eu2006.at/fr/News/Press_Releasaes/March/2303Ko...

Lire l'article entier...

01 mars 2006

Etude européenne

medium_defenseeurope.jpgColomban Lebas, directeur de recherche au CEREMS et chercheur associé au centre de géostratégie de l'ENS, est l'auteur d'un ouvrage - rédigé en collaboration avec Christian Houdet et Gérard Dréville - sur le renouveau de la défense globale. Après une étude prospective de la menace, cet essai aborde d'une manière originale et selon un angle résolument européen, les grands thèmes-clés pour l'évolution de la défense contemporaine : medium_fighter.jpgPESD, espace, terrorisme, révolution dans les affaires militaires. Un livre utile pour comprendre les enjeux considérables que l'Europe de demain devra affronter en matière de défense. Lire...

 

27 février 2006

Rencontre ESA-ALSACE à l'International Space University

medium_esa_corv_92.jpgLe Forum Carolus et l’Agence de Développement de l’Alsace (ADA), l’International Space University (ISU), les pôles de compétitivité et autres pôles et réseaux économiques d’Alsace, organisent la conférence de M. Michel Courtois, Head of ESA’s European Space Research and Technology Centre (ESTEC) in Noordwijk/Netherlands, qui interviendra sur le thème Tendances technologiques du secteur spatial et potentiels de synergie intersectorielle - L’Europe spatiale après la conférence ministérielle de Berlin - , mardi, 28 février 2006 à 17h30 à l’International Space University (ISU) Parc d’Innovation ● 1 rue Jean-Dominique Cassini ● 67400 Illkirch

 

 

24 février 2006

Security Research Conference 2006

Vienne, 20/02/2006

MM. Gorbach, Verheugen, De Vries et von Wogau appellent au renforcement de la coopération transfrontalière en matière de recherche en sécurité

medium_src_index.jpgOuvrant lundi matin les travaux de la conférence de Vienne sur la recherche en matière de sécurité (Security Research Conference, SRC'06) qui réunit les 20 et 21 février plus de 1000 représentants des gouvernements des Etats membres, de l'industrie et de la recherche en Europe pour discuter des défis que l'Union doit medium_verheugen.4.jpgrelever dans les secteurs de la recherche et des nouvelles technologies face aux nouvelles menaces à la sécurité, le ministre autrichien des Transports et de l'Innovation et Président du Conseil de l'UE, Hubert Gorbach et le Commissaire à l'Industrie Günter Verheugen ont souligné la nécessité de renforcer la coopération entre les Etats membres pour répondre aux besoins des citoyens en matière de sécurité. Lire l'article entier...

Source: Agence Europa

14 février 2006

Participation de l'Allemagne à une mission européenne au Congo

Le quotidien Die Welt rapporte que la Bundeswehr participera à une mission européenne au Congo. medium_bundeswehr2.jpg" Ceci est la volonté claire de la chancelière Angela Merkel qui veut donner un signal de coopération avec la France ", écrit le journal. Selon des informations recueillies par Die Welt auprès de la commission de défense du Bundestag, plusieurs scénarios possibles concernant cette participation allemande sont à l'étude. L'un d'entre eux prévoit l'envoi de 300 à 500 soldats, ce qui représenterait un contingent aussi important que celui qu'envisage de fournir la France, précise le journal en indiquant que la contribution allemande ne comporterait pas de troupes de combat, mais se bornerait à un support essentiellement logistique et sanitaire. Rapportant des informations similaires, la Berliner Zeitung explique que l'ONU a demandé l'aide de l'UE pour assurer un bon déroulement des élections générales dans le pays.

 

 

(Source : Service de presse de l'Ambassade de France à Berlin)