Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2006

Conférence "The sound of Europe"

La Présidence autrichienne du Conseil de l’UE organise les 27 et 28 janvier 2006, en collaboration avec la Commission européenne, une conférence sur le futur de l’Europe intitulée "The Sound of Europe". Le lieu de la rencontre est le "Centre de congrès de Salzbourg", ville où naquit, exactement 250 ans plus tôt, Mozart.
Cette conférence sera l’occasion d’aborder des questions fondamentales sur le futur de l’Europe, telles que les valeurs européennes, l’identité et la culture européenne. (…)medium_channelstart_weltkulturerbe.jpg
Quelque 300 personnalités du monde politique, scientifique, artistique et médiatique feront part de leurs perspectives et propositions sur le futur du projet européen face aux défis de la mondialisation. Il s’agira également de discuter du malaise et des craintes ressentis vis-à-vis de l’Europe et d’en analyser les causes.
Un débat de clôture aura lieu, samedi 28 janvier, en présence de leaders politiques européens. Il sera intitulé "Faire résonner l’Europe" et sera retransmis en direct sur ORF2, dès 11h.
http://www.eu2006.at/fr/The_Council_Presidency/Conference...

11 janvier 2006

Nouveau départ pour l'Europe?

"Europe, un nouveau départ?" tel est le titre de l'éditorial de Jean-Claude KIEFER, responsable des questions européennes aux DNA (mercredi 11 janvier, page 3). L'auteur rappelle que l'Allemagne vient de lancer un programme de croissance de 25 milliards d'Euros (voir notamment: Wachstumsprogramm wird laut Müntefering nicht aufgestockt), "ce plan qui ne fait pas l'unanimité outre-Rhin a le mérite d'exister. Il témoigne d'une réelle volonté politique tout en soulignant, sans que ce soit l'intention de Berlin, les abyssales carences de l'Europe". Jean-Claude KIEFER propose un plan de relance européen, "ce qui serait logique pour 25 Etats vivant en marché unique voire en union monétaire pour douze d'entre eux".

La veille le président Chirac avait souhaité un nouveau départ à l'Union en présentant ses voeux traduits dans vingt langues sur les sites internet des ambassades de France aux citoyens des vingt-cinq Etats membres. La réforme institutionnelle était le principal objet de cette nécessaire relance et le président Chirac pense que la zone Euro pourrait, dans cette entreprise, jouer un rôle moteur. Il se prononce ainsi clairement une nouvelle fois, au risque de la controverse, mais comme de nombreux responsables politiques, de droite et de gauche, en faveur d'une relance par une Avant-garde. Malheureusement, il est vraisemblable que l'échéance électorale de 2007 obligera le gouvernement français à un certain attentisme, c'est pourquoi il est important que d'autres pays et la société civile française s'emparent de ce projet. En attendant, le ministre français des affaires étrangères se rendra demain, jeudi 12 janvier, à Berlin pour rencontrer son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, cette réunion sera principalement consacrée à l'avenir de l'Union et à l'élargissement.

H. de Grossouvre

10 janvier 2006

France, Autriche, Europe

"La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Mme Ursula Plassnik, effectue une visite en France le 10 janvier. medium_plassnik.jpgElle s'entretiendra à cette occasion avec le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, et avec la ministre déléguée aux Affaires européennes, Mme Catherine Colonna. Cette visite, qui intervient au tout début de la présidence autrichienne de l'Union, sera l'occasion d'aborder tous les dossiers européens d'actualité, en particulier la réflexion sur l'avenir de l'Union en vue du Conseil européen des 15 et 16 juin. (...) la France apportera tout son concours à l'Autriche pour faire de sa présidence un succès et donner ainsi un nouvel élan à l'Europe."  Source: Point de presse du porte parole du Quai d'Orsay.

Durant les négociations européennes sur la Turquie en septembre dernier, malgré de fortes pressions, madame Plassnik était restée ferme et avait réussi à lier le dossier turc à l'entrée de la Croatie dans l'Union. Voir: RFI: Les négociations d'adhésion à la Turquie sont ouvertes, Info Turk n°326. Lors de cette crise, en Russie, gazeta.ru titrait quant à elle: "L'Amérique a fait entrer la Turquie dans l'Europe" (allusion au rôle joué par madame Rice).

A propos de l'accord russo ukrainien sur le gaz, madame Plassnik a accueilli favorablement l'accord passé entre les groupes russes Gazprom et ukrainien (Naftogas Ukrainy), pour madame Plassnik, "les deux groupes ont trouvé ensemble une solution à cette situation difficile et ont démontré leur volonté de respecter leurs obligations en matière d'approvisionnement énergétique de l'Europe" (voir: Autriche 2006).

L'Autriche a toujours partagé le projet politique européen des pères fondateurs. Succédant à la présidence britannique, l'Autriche va s'efforcer de sortir l'Union de la crise qu'elle connait depuis les non français et néerlandais et la supsension du referendum britannique. La personalité de son ministre des affaires étrangères qui a su donner récemment des preuves concrètes du rôle de lien toujours joué par l'Autriche entre l'Europe occidentale et l'Europe centrale tout en se faisant l'avocat des plus petits pays de l'Union sont assurément des atouts.

07 octobre 2005

Après le Non: présentation du débat

Le Forum Carolus, nouveau think tank européen à Strasbourg lance, en collaboration avec le Réseau Carolusle débat: "Après le non". Le Forum Carolus propose une relance politique par une Avant-garde de six pays européens: la France, l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, la Hongrie et l'Autriche (voir: Alternative au non), mais nous souhaitons ouvrir le débat à toutes les alternatives envisageables et comptons sur vous pour nous aider à les recenser.

La Fondation Bertelsmann, par exemple, étudie ce qui pourrait être récupéré du traité constitutionnel. Son "Center for Applied Policy Research", CAP, écrit: "The considerable improvements made by the Constitution with regard to efficiency, democracy and transparency have note been called into question. The central features ougth to be preserved even if the ratification should fail."  (Source: "Treaty amending the Treaty of Nice", June 2005).

Bientôt, nous ouvrirons un autre débat sur le déficit budgétaire et le pacte de stabilité.

Forum Carolus, Strasbourg, le 11 octobre 2005