Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 juillet 2010

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

europe.jpg

Projets et perspectives pour un «Lieu d'Europe»

Le comité de soutien pour un lieu d'Europe s'est réuni une dernière fois cet été, au siège de la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) pour traiter, en présence de Olivier Bessin, Thierry Coltier, et Alain Genel des différentes avancées du projet de construction d'un lieu d'Europe à Strasbourg, dont l'emplacement n'est pas encore décidé.

Les différents intervenants de ce vendredi 9 juillet 2010 ont mis l'accent sur la nécessité d'un lieu ouvert aux différentes cultures et à leurs différentes visions de l'Europe. A cela s'ajoute évidemment un travail de coopération au-delà du duo franco-allemand. Il s'agit de «faire le lien entre les Institutions de la Grande Europe» rappelle Klaus Schumann, tout en projetant Strasbourg comme «un pilier en matière de gouvernance» ajoute Claire-Zoë Koenig.

Pour attirer l'attention des citoyens européens sur ce projet et les amener à «la notion d'unité dans la diversité» d'après Michel Mattoug, il est essentiel de rendre ce lieu «attractif». Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe, souligne l'aspect touristique du lieu qui pourra accueillir plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an. L'implication citoyenne et celle des différentes institutions européennes, locales, mais aussi régionales sont la clef de voûte de cette démarche d'attractivité.

Sur le plan architectural, Alexis Lehmann pointe l'importance du «contenant» du bâtiment sur son «contenu». Ce lieu, pour être dans une perspective d'attractivité, doit être «élevé» et «moderne», à l'instar de l'Europe de demain. «Tout ce qui s'élève converge», par Teilhard de Chardin, imaginons donc un projet à la pointe de l'Europe unie dans sa diversité.

Le transport vers le «lieu d'Europe» n'est pas non plus négligé : Christine Metzger oriente son discours vers l'idée d'un «lieu de passage sur le Rhin», symbole fort d'échange entre les pays européens. Des bateaux seraient mis à disposition pour amener les visiteurs vers le lieu d'Europe.

C'est peut-être grâce à un tel projet que, espérons-le les mots de Jean Monnet s'incarneront dans une véritable conscience européenne : «Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes».

  • Notes : les citations d'auteurs (Jean Monnet et Teilhard de Chardin) proviennent des intervenants lors de la table-ronde.
  • Intervenants :

Olivier Bessin , Chef de service des Relations européennes et internationales de Strasbourg;

Thierry Coltier, directeur associé de Kanopée;

Alain Genel de Kanopée Consultants

Klaus Schumann, ancien directeur général des affaires politiques du Conseil de l'Europe

Claire-Zoë Koenig, franco-allemande travaillant dans les relations inter-culturelles

Michel Mattoug, enseignant chercheur à l'Université de Strasbourg et vice-président de l'APR

Henri Mathian, président du Comité de soutien pour un lieu d'Europe

Alexis Lehmann, chef des projets Rhino et Eurodom

Christine Metzger, vice-présidente de Propeller Club International

 

Franziska HEINTZ, coordinatrice de projets au Forum Carolus

Les commentaires sont fermés.