Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 septembre 2009

La politique migratoire et l'Union Européenne

Drapeau européen.jpgL' association Espaces Dialogues organise le mercredi 30 septembre 2009 à 18h30 à la maison des associations, 1a place des Orphelins à Strasbourg, une conférence débat: "La politique migratoire de l'Union Européenne un cruel paradoxe".

Ce débat sera animé par Monsieur patrick Dollat, Maître de conférences à l'Institut d'Etudes Politiques de Strasbourg et spécialiste des questions européennes.Mercredi 30 septembre à 18h30.pdf

23 septembre 2009

Table ronde, l'Emploi grand format

 

La Maison de l'Emploi Strasbourg-Ortenau a organisé le vendredi 11 septembre 2009 dans le cadre de la Foire Européenne, une Table ronde sur l'emploi transfrontalier.

Cette rencontre a rassemblé différents acteurs économiques implantés sur les deux rives du Rhin. Le débat était animé par Madame Eckle, journaliste dans une radio du Bade-Wurtemberg.

Madame Trautmann, vice-présidente de la Maison de l'emploi, par ailleurs vice-présidente de la CUS et députée européenne a d'abord brièvement défini la Maison de l'emploi: "C'est une petite structure que les collectivités soutiennent, elle doit permettre la convergence en matière d'emploi [...] et se trouve reliée à l'Agentur für Arbeit d'Offenburg".

La Table ronde aAgentue für Arbet Kehl.jpg été organisée autour de trois mini débats entrecoupés du film "Jobs Story" (documentaire réalisé par la Maison de l'emploi).

Le premier débat réunissait Monsieur Piatscheck, chef du personnel et du service social chez BSW Badische Stahlwerke GMBH, Monsieur Lott, dirigeant d'une entreprise développant des logiciels dans le domaine des services en ligne ainsi que Monsieur Schmidt, DRH d'Europa Park. Les trois chefs d'entreprise se sont accordés à dire que la connaissance de la langue et de la culture du pays sont indispensables aux salariés français travaillant en Allemagne et vice-versa.

Le second débat regroupait Madame Calderoli, vice-présidente de la Maison de l'emploi et vice-présidente de la Région Alsace, Monsieur Haller, représentant du Conseil Général à la Maison de l'emploi, Monsieur Zerr, président de la Maison de l'emploi et président de Coop Alsace ainsi que Monsieur Stalter, président de la Chambre des Métiers d'Alsace; ils ont débattu de l'apprentissage. Les quatre intervenants sont convaincus que l'insertion en entreprise est d'autant mieux réussie qu'elle passe par l'apprentissage; ce type de formation est plus pratiqué en Alsace qu'ailleurs en France. En Allemagne il constitue un des piliers de la formation des jeunes. Les stages en Allemagne et en Suisse devraient se dévélopper d'avantage pour permettre aux apprentis de s'ouvrir à d'autres cultures d'entreprises et de travailler par la suite de part et d'autre du Rhin.

L'intérêt de la coopération franco-allemande en matièe d'emploi a été au centre du troisième débat. Il réunissait Madame Trautmann, Monsieur Benz, qui représentait Monsieur le Landrat Scherrer, ainsi que Monsieur Hammes, chef d'entreprise dans l'Ortenau Kreis. Ils ont tous insisté sur la nécessité d'un effort commun pour renforcer cette coopération. Une coopération qui est primordiale lorsque l'on connait l'importance du travail transfrontalier, presqu'exclusivement en direction de l'Allemagne. Pourquoi ce déséquilibre? La question a été posée par Madame Eckle à Madame Trautmann. Pour la vice-présidente de la Maison de l'emploi, les conditions salariales et de travail sont pour beaucoup de métiers meilleures en Allemagne (par exemple: plus grande proximité entre les salariés et les dirigeants d'entreprise, plus d'initiatives laissées aux salariés).

Madame Trautmann souhaite une harmonisation de la législation du travail des deux côtés du Rhin pour favoriser une réelle coopération entre nos deux pays en matière d'emploi.

 

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

20 septembre 2009

L'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, une préoccupation gouvernementale

GECT.jpg Michel Mercier, ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire est venu le 17 septembre dernier à Strasbourg  signer le contrat Ville, Etat, Région, destiné à soutenir la vocation photo Mercier.jpgeuropéenne de la ville.

 

Monsieur Michel Arnould, journaliste à "L'Alsace" a interrogé le Ministre et lui a notamment explicitement demandé, ce qu'il comptait faire pour améliorer la vie quotidienne transfrontalière, qui comme il l'a souligné: "reste difficile en raison des barrières administratives [...]". Monsieur Mercier a répondu: "Cette question est inscrite à l'ordre du jour du prochain conseil des ministres franco-allemand qui se tiendra après les élections en Allemangne. J'ai l'intention de donner un coup de booster important à ce sujet. En particulier en ce qui concerne l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau pour faire un groupement européen de coopération transfrontalière [...].

C'est le 17 octobre 2005 qu'est né l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau par la signature de la convention du même nom. L'objectif étant de fonder une gouvernance transfrontalière innovante. La réponse de Monsieur Mercier rejoint ce qu'a exprimé le Landrat Scherrer lors de la Table ronde sur l'Eurodistrict du 3 septembre dernier: à savoir créer un Eurodistrict fort et dynamique s'inscrivant dans la logique des groupements de coopération européenne territoriale.

Les ministres français et allemands reportent les discussions sur l'Eurodistrict à l'après 27 septembre prochain (élections au Bundestag), c'est dire l'importance que les deux gouvernements accordent à cette question.

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

 

17 septembre 2009

Portes ouvertes à la Cour européenne des droits de l'Homme

Le 20 septembre 2009, à l'occasion des journées européennes du Patrimoine la Cour européenne des droits de l'Homme ouvrira ses portes au public de 09h à 18h.IG44S9CAS7PJ6VCAKJYOGSCA1EFLZLCAJ91CMFCAAMMJYWCEDH.jpg

Elle marque de cette manière deux anniversaires importants: les 60 ans du Conseil de l'Europe et les 50 ans de la Cour européenne des droits de l'Homme.

15 septembre 2009

Rheinfest - Fête sur le Rhin

Rheinfest 2.jpgLe vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 septembre 2009 aura lieu la Fête sur le Rhin - Rheinfest au Jardin des Deux rives, au coeur de l'Eurodistrict.

Pendant ces journées les villes de Strasbourg et de Kehl proposeront différentes animations au public. Pour la première année, la Rheinfest a été conçue en concertation franco-allemande. Les années passées, le vaste côté français était très calme par rapport aux activités populaires Isabelle Grussenmeyr.jpgproposées par la rive droite...

On se souvient même d'une Rheinfest avec un festival country sur la rive gauche! (sans commentaire)

Cette année les organisateurs du festival Summerlied ont été le (discret) partenaire de la ville pour organiser une Rheinfest festive et populaire. Durant le dernier festival Summerlied, le Forum Carolus était partenaire du festival et organisait les rencontres quotidiennes avec la presse et les artistes. M. Mathieu Cahn, adjoint au maire de Strasbourg, est l'organisateur pour la ville de cette Rheinfest nouvelle version...

Photo de droite: Isabelle Grussenmeyer (au programme de la Rheinfest)

plaquette_rheinfest.pdf 

13 septembre 2009

Discours de Monsieur Roland Ries lors de l'inauguration de la foire européenne à Strasbourg

MiRocard.jpgMonsieur Michel Rocard a inauguré le 4 septembre dernier la foire européenne de Strasbourg. Il a également ce même jour donné une conférence à l'ITI-RI intitulée:"Changements climatiques et coopération EU-Russie en Arctique".

Lors de l'inauguration de la foire européenne, Monsieur Roland Ries, Maire de Strasbourg a tenu un discours dans lequel il a notamment rendu hommage à Adrien Zeller:

"Il y a à peine deux semaines, le samedi 22 août, Adrien Zeller nous quittait prématurément, au moment même où il semblait se rétablir après son accident cardiaque du 14 juillet. Ce départ inattendu prive l'Alsace d'un de ses plus ardents défenseurs et laisse dans le paysage politique alsacien, mais aussi français et européen, un grand vide. Nul plus que lui n'a incarné les valeurs de la décentralisation et de la régionalisation et, bien sûr sa voix va nous manquer dans le grand débat qui s'ouvre sur l'avenir de nos institutions territoriales. (suite du discours sur:le blog de Philippe Bies)

 

12 septembre 2009

Table ronde de l'Eurodistrict du 3 septembre 2009

IMG00014.jpgLe 3 septembre 2009 s'est tenue la Table ronde de l'Eurodistrict à Kehl en présence de Monsieur Scherer, Landrat de l'Ortenau Kreis, ainsi que des deux Présidents du Bürger Forum Citoyen:Yveline Moeglen et Bernd Hatesuer.

A cette occasion, l'objectif du Bürger Forum Citoyen a été rappelé:créer une "plate forme" d'échanges entre les citoyens d'un côté et les administrations ainsi que les instances politiques de l'autre.En somme, faire réussir un Eurodistrict décidé par les élus mais aussi choisi par les citoyens.

Monsieur le Landrat Scherer (en fonction depuis novembre 2008) a insisté sur le fait que cet organisme ne peut être un organisme vivant sans les citoyens qui le composent.

Il a également souligné que dans un avenir proche, la présidence de l'Eurodistrict changera tous les deux ans.Le Conseil d'Administration sera composé de 10 à 14 membres.Une plus grande transparence, signe de confiance, sera également instaurée puisque les séances du Conseil seront ouvertes à tous et les décisions seront prises à la majorité simple.Cette structure devrait coûter entre 50 cents et 1 euro à chaque citoyen de l'Ortenau Kreis.

La participation des citoyens y sera préconisée.Ces derniers codécideront, coopérerons à l'élaboration d'idées,à la prise de décisions...

Ceci s'inscrit dans la logique des groupements de coopérations européennes territoriales existant déjà à Freiburg-im-Breisgau où, par exemple, le budget de la ville est en quelque sorte codécidé par les citoyens.

Une facette cruciale de ce projet est: l'information de  tous les citoyens de leur pouvoir de codécision.

Monsieur le Landrat Scherer a également insisté sur l'identité que doit se forger l'Eurodistrict.

Les villes de Strasbourg et de Kehl devront se compléter sur différents points (la culture, la langue, les infrastructures), ce qui engendrera une meilleure coopération et des échanges plus intenses entre les deux bords du Rhin.

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

 

10 septembre 2009

"Les dilemmes de l'Inquisiteur" par Sonia Pelletier-Gautier

 

                "Les Dilemmes de l'Inquisiteur"( éditions Pierregord)                    

  Préface d'Eric de Clermont-Tonnerre, président du Directoire des éditions du Cerf

                            Tome 1," Le Soufre et l'Encens", sept. 2008,

                            Tome 2,"L'Inquisiteur et la Sorcière", sept. 2008,

                             Tome 3," Le Brasier de l'Imparfaite", sept.2008,

                                             20 euros chaque volume.

   -Grand prix de l'Académie des Sciences, Lettres et  Arts d'Alsace 2009- 

Livre.jpgRésumé: En octobre 1489, les dominicains de Guebwiller accueillent dans leurs murs le prieur provincial de Teutonie Jacques Sprenger, également célèbre théoricien et praticien de l'inquisition.Venu spécialement de Cologne, il confie au prieur conventuel Ulrich Bichwiller la mission de confondre Christine Fritz, une des six filles de l'aubergiste du "Pas du Lévrier", que la rumeur accuse de sorcellerie, cette nouvelle hérésie de la fin du siècle. Ulrich Bichwiller va utiliser tous les moyens dont il dispose pour accomplir cette tâche, tout en gérant les problèmes internes à son couvent.Occupée par la préparation des noces de Marie, la fille aînée, la famille Fritz ne soupçonne pas un seul instant l'enfer qui l'attend.

Avec l'aide du seigneur de Murbach,Bichwiller instruit le procès avec méthode et intégrité, appliquant à la lettre les règles de l'inquisition, notamment pour l'usage éventuel de la torture.Versatile et divisée, tour à tour haineuse et compatissante, la population voit avec angoisse monter la famine et les loups entrer dans la ville. Ni les mesures du Conseil urbain ni les prières ne peuvent arrêter le fléau, aggravé par l'arrivée de la peste. Jusqu'alors estimée et sans histoire, la famille Fritz, mise en cause par l'inquisiteur et montrée du doigt pour avoir engendré une sorcière, est inexorablement aspirée par la spirale du malheur que plus personne ne peut maîtriser; le départ du fils Thibault pour Saint-Jacques de Compostelle n'est qu'un prélude à une longue série de souffrances.

Perdant peu à peu ses repères, la famille Fritz se désagrège, chacun suivant son propre destin, parfois tragique parfois porteur d'espoir.Ulrich Bichwiller, hanté par le procès, est aux prises avec sa conscience; il cherche sa vérité de Strasbourg à Cologne, en quête d'un signe divin qui sans cesse se dérobe. Tenaillé entre les idées nouvelles et la tradition de l'Eglise, comment réagira-t-il devant les "plaies de Dieu" qui baignent son époque? Saura-t-il se mettre au service des autres, au mépris des honneurs et du pouvoir?

Critique: "Les Dilemmes de l'Inquisiteur" se déroulent d'octobre 1489 à août 1490, à l'aube de l'humanisme rhénan. A l'aide notamment du célèbre ouvrage "Le Marteau des sorcières" des frères prêcheurs Jacques Sprenger et Henri Institoris - le passage avéré de Jacques Sprenger au couvent des dominicains de Guebwiller en octobre 1489 a été le point de départ de l'action du roman -, ils mettent en scène l'impact sur toute une société d'un procès en sorcellerie. L'inquisition est traitée essentiellement - mais pas seulement! - du point de vue du juge, Ulrich Bichwiller, permettant ainsi de faire le contrepoint de la vision partisane de l'excellent "Nom de la Rose" d'Umberto Eco, particulièrement hostile aux dominicains. Mais le roman ne porte aucun jugement. Il essai d'apporter tous les éclairages possibles sur la scène du tribunal, laissant au final le lecteur se forger sa propre opinion. Le rôle de l'historien consiste à présenter les faits, pas à les juger. Le procès est donc le fil conducteur de la narration, mais il est aussi et surtout le pretexte à dresser une peinture de la vie quotidienne, des mentalités et de la culture des élites et du peuple dans une petite ville germanique à la fin du moyen âge. De plus, si le roman se situe clairement à une époque donnée, il traite pourtant d'un problème qui reste d'actualité, celui du fardeau que représente pour un homme le fait d'assumer seul la responsabilité de son jugement.

A noter: La trilogie se veut historiquement le plus honnête possible et a pour cadre le Saint Empire romain germanique au 15ème siècle. C'est donc bel et bien tout un pan de l'histoire du Rhin supérieur qui est ainsi révélé. La plupart des personnages ont réellement existé et le contexte historique décrit est sérieusement documenté et validé par le professeur Francis Rapp, membre de l'Institut. Ce dernier a d'ailleurs accepté de rédiger la préface de la trilogie suivante ("Pierre ou le souffle d'une vie") dont le cadre géographique est le même que celui des "Dilemmes de l'Inquisiteur".

L'auteur

Sonia Pelletier-Gautier a poursuivi ses études à l'université Marc Bloch de Strasbourg, se spécialisant dans l'histoire médiévale et régionale, Sonia Peltier.jpgsous la direction du professeur Francis Rapp. A ce titre, elle a écrit de nombreux articles dans des revues spécialisées ou des journaux locaux, et son mémoire de maîtrise "L'Eglise et la vie religieuse à Guebwiller à la fin du moyen âge", a été primé par le Conseil général du Haut-Rhin et publié en 1988 par la Société Savante des Régions de l'Est. Membre de la Société d'Histoire de Guebwiller, elle a participé à la création du musée du Florival (actuellement musée Théodore Deck) et s'est engagée dans de nombreuses fouilles archéologiques dans le Haut-Rhin. Elle est également intervenue au colloque international sur les dominicains en Alsace, organisée en 1994.

Professeur d'histoire-géographie au lycée Théodore Deck de Guebwiller (Haut-Rhin), elle a mené un nombre important de projets pédagogiques, dont l'étude des journaux télévisés, un travail conséquent sur le dessinateur Jean Plantu avec la participation de l'interessé, et sur la découverte des institutions françaises à travers la sécurité routière. Les deux derniers projets cités ont débouché sur des ouvrages et des films documentaires.

08 septembre 2009

Les changements climatiques et la coopération EU-Russie en Arctique

5.jpgVendredi 4 septembre 2009, s'est tenu un débat avec Michel ROCARD sur les changements climatiques et la coopération UE-Russie en Arctique à l'Université de Strasbourg. Ce débat était proposé par Henri de Grossouvre, délégué général du Forum Carolus et par le professeur Eric Maulin (directeur de l'IHEE) en partenariat avec l'ITI-RI (représenté par M. Madjid Bouzar et madame Bianca Polo Del Vecchio), RETE-IHEE (représentée par M. Marcin Kulczyk), le Strasbourg Club International (présidé par M. Bouzar), le Consulat général de Russie à Strasbourg (M. Konstantin Klimovskiy), et l'association Rhin-Volga (notamment représentée par M. Herbert Wehr, membre du bureau et madame Vanessa Brosius).

Monsieur Michel Rocard, nommé par le Président Sarkozy Ambassadeur de France chargé des négociations internationales sur les pôles arctique et antarctique ainsi que Messieurs Wille (représentant permanent de la Norvège auprès du Conseil de l'Europe), Kapyrin (représentant adjoint de la Fédération de Russie auprès du Conseil de l'Europe) et Oldenburg (représentant permanent du Danemark auprès du Conseil de l'Europe) étaient invités. Le débat était animé par monsieur Henri de Grossouvre.

Contrairement à l'Antarctique qui a été déclaré "Terre de sciences et patrimoine commun de3.jpg l'humanité" et qui a fait l'objet d'accord internationaux, l'Arctique est sujet à bien des tensions et discordes. En effet, l'Arctique est ceinturé de près par cinq Etats: la Norvège, la Russie, le Groenland (représenté par le Danemark), le Canada et les Etats-Unis (Alaska).

Cette région du globe va devenir pour l'ensemble des Etats un espace d'importance primordiale dans un proche avenir pour au moins trois raisons:

-Elle recèle d'importantes réserves naturelles, en particulier en hydrocarbures (30% des ressources mondiales en gaz et 30% des réserves de pétrole sur la seule zone côtière russe), accessibles à partir des techniques actuelles.

1.jpg-Elle est en passe de devenir une voie de passage du transport maritime: la réduction de la surface de la banquise du fait du réchauffement climatique permet déjà de racourcir de plus de la moitié les liaisons Europe et Côte Est de l'Amérique. Ainsi pour aller de Londres à Tokyo, les bateaux peuvent réduire leur trajet de 5000 à 8000 km par rapport aux passages par le canal de Suez et le canal de Panama. "Il pourrait ainsi devenir rentable d'exporter le blé par bateau vers l'Asie" (Henri de Grossouvre) 

 -Elle va aussi, toujours avec la disparition de la banquise, voir affluer les flottes de pêche internationales à la poursuite des bancs de poissons qui remontent déjà vers les régions polaires.

L'Arctique est donc une zone du globe où les enjeux geopolitiques, environnementaux et4.jpg géostratégiques se posent avec le plus d'acuité et de manière contradictoire. D'une part, c'est un espace déjà affecté par le changement climatique et qui le subit avec des conséquences négatives: la fonte du pergélisol (sol toujours gelé en profondeur) qui fragilise les infrastructures sur toutes les terres circum-arctique, le réchauffement induit la diffusion de grosses quantités de méthane (gaz à effet de serre). Les zones de pêche sont modifiées en même temps que la circulation maritime est facilitée par la fonte des glaces.

L'exploitation de cet espace risque d'accentuer les effets du réchauffement à l'échelle de la région arctique tout entière. On sait par exemple que la fonte de l'inlandis groenlandais ferait remonter les eaux de 7 mètres partout dans le globe. Il y a donc pour les riverains de l'arctique (la Norvège,le Canada, l'Alaska, le Groenland, la Russie) une nécessité d'utiliser cet espace avec les plus grandes précautions.

Par ailleurs, cet espace aujourd'hui placé sous la coopération des pays qui l'entourent dans le cadre du Conseil Arctique (s'y rassemblent depuis 1996 les cinqs pays riverains, plus l'Islande, la Suède et la Finlande), va subir de plus en plus une pression internationale, tant pour l'accès à ses zones de pêche ou de transport maritime.

8.jpgLes membres du Conseil Arctique n'ont aucun intérêt à voir cet espace s'internationaliser, d'autant que sa configuration géographique tant terrestre (zone d'exclusivité de 200 milles marins) que sous-marine (extension du plateau continental), garanti aux pays riverains une quasi-exclusivité de son exploitation.

Même si monsieur Rocard a souligné la nécessité d'anticiper à travers une reglementation mondiale les questions de sécurité qui se poseront en matière de sécurité du transport maritime ou en matière de gestion des zones de pêche, les réponses des trois représentants de la Russie, de la Norvège et du Danemark ont bien montré la volonté des pays du Conseil Arctique de continuer à restreindre la coopération aux seuls pays riverains. Les réprésentants russe et norvégien se sont félicités de la qualité de la coopération russo-norvégienne dans l'Arctique.

Le débat s'est terminé par quelques questions du public de l'amphithéatre universitaire bondé. Monsieur Rocard a pris le temps de répondre à chacune de ces questions.

Le Forum Carolus et ses partenaires organisera prochainement une suite à la série de débats consacrée à la coopération UE-Russie.

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

Lire l'article sur le débat paru dans le JOURNAL L'ALSACE sous la plume de Michel ARNOULD 

7.jpg

06 septembre 2009

Statut juridique imminent pour l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau...

Logo Eurodistrict.jpgLe maire de Strasbourg, M.Roland Ries, a annoncé il y a quelques jours la création imminente d'une structure juridique pour l'Eurodistrict qui rassemblera le territoire de la communauté urbaine de Strasbourg et de l'Ortenau.

Cet Eurodistrict a vu le jour le 17 octobre 2005 avec la signature de la Convention relative à la création de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.Il est actuellement représenté par deux porte-parole:Roland Ries, Maire de Strasbourg et Günther Petry, Maire de Kehl.

Le projet URBACT "EGTC" sur la gouvernance des agglomérations transfrontalières en Europe a été officiellement lancé mercredi 19 novembre 2008 par Michel Delebarre, lors d'une conférence au Parlement Européen.A cette occasion Madame Nawel Rafik-Elmrini a rappelé que la CUS et l'Ortenau ont signé une convention en 2005 qui a défini les grandes orientations et thématiques de la coopération sur ce territoire et que c'est dans ce contexte qu'est né l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.Elle a souligné que l'Eurodistrict n'est pas uniquement le signe d'une coopération franco-allemande mais bien celui de la construction du territoire commun proche des attentes des citoyens.

Aujourd'hui, Roland Ries a pour ambition de "passer de la coopération à la codécision", pour que cet Eurodistrict devienne un véritable "concentré d'Europe".

L'objectif de ce projet est de créer une gouvernance transfrontalière innovante.Pour ce faire il faudra doter l'Eurodistrict de Statuts et d'une autonomie politique, opérationnelle et financière.

Différents Eurodistrict comme l'Eurometropole Lille-Kortrijk-Tournai (Belgique-France) ou encore l'Ister-Granum EGTC (Slovaquie-Hongrie) sont partenaires de ce projet "EGTC".

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

 

05 septembre 2009

Photo du débat avec Michel Rocard

Michel Rocard 4 sept 09.jpg

Photo du débat d'hier, de gauche à droite: Eric Maulin, Henri de Grossouvre, Michel Rocard, M. Petter Wille (ambassadeur de Norvège)

Photo transmise par Nika Simonova

un compte rendu suivra...