Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 septembre 2009

Table ronde, l'Emploi grand format

 

La Maison de l'Emploi Strasbourg-Ortenau a organisé le vendredi 11 septembre 2009 dans le cadre de la Foire Européenne, une Table ronde sur l'emploi transfrontalier.

Cette rencontre a rassemblé différents acteurs économiques implantés sur les deux rives du Rhin. Le débat était animé par Madame Eckle, journaliste dans une radio du Bade-Wurtemberg.

Madame Trautmann, vice-présidente de la Maison de l'emploi, par ailleurs vice-présidente de la CUS et députée européenne a d'abord brièvement défini la Maison de l'emploi: "C'est une petite structure que les collectivités soutiennent, elle doit permettre la convergence en matière d'emploi [...] et se trouve reliée à l'Agentur für Arbeit d'Offenburg".

La Table ronde aAgentue für Arbet Kehl.jpg été organisée autour de trois mini débats entrecoupés du film "Jobs Story" (documentaire réalisé par la Maison de l'emploi).

Le premier débat réunissait Monsieur Piatscheck, chef du personnel et du service social chez BSW Badische Stahlwerke GMBH, Monsieur Lott, dirigeant d'une entreprise développant des logiciels dans le domaine des services en ligne ainsi que Monsieur Schmidt, DRH d'Europa Park. Les trois chefs d'entreprise se sont accordés à dire que la connaissance de la langue et de la culture du pays sont indispensables aux salariés français travaillant en Allemagne et vice-versa.

Le second débat regroupait Madame Calderoli, vice-présidente de la Maison de l'emploi et vice-présidente de la Région Alsace, Monsieur Haller, représentant du Conseil Général à la Maison de l'emploi, Monsieur Zerr, président de la Maison de l'emploi et président de Coop Alsace ainsi que Monsieur Stalter, président de la Chambre des Métiers d'Alsace; ils ont débattu de l'apprentissage. Les quatre intervenants sont convaincus que l'insertion en entreprise est d'autant mieux réussie qu'elle passe par l'apprentissage; ce type de formation est plus pratiqué en Alsace qu'ailleurs en France. En Allemagne il constitue un des piliers de la formation des jeunes. Les stages en Allemagne et en Suisse devraient se dévélopper d'avantage pour permettre aux apprentis de s'ouvrir à d'autres cultures d'entreprises et de travailler par la suite de part et d'autre du Rhin.

L'intérêt de la coopération franco-allemande en matièe d'emploi a été au centre du troisième débat. Il réunissait Madame Trautmann, Monsieur Benz, qui représentait Monsieur le Landrat Scherrer, ainsi que Monsieur Hammes, chef d'entreprise dans l'Ortenau Kreis. Ils ont tous insisté sur la nécessité d'un effort commun pour renforcer cette coopération. Une coopération qui est primordiale lorsque l'on connait l'importance du travail transfrontalier, presqu'exclusivement en direction de l'Allemagne. Pourquoi ce déséquilibre? La question a été posée par Madame Eckle à Madame Trautmann. Pour la vice-présidente de la Maison de l'emploi, les conditions salariales et de travail sont pour beaucoup de métiers meilleures en Allemagne (par exemple: plus grande proximité entre les salariés et les dirigeants d'entreprise, plus d'initiatives laissées aux salariés).

Madame Trautmann souhaite une harmonisation de la législation du travail des deux côtés du Rhin pour favoriser une réelle coopération entre nos deux pays en matière d'emploi.

 

Fiona Goerg, coordinatrice de projets au Forum Carolus.

Les commentaires sont fermés.