Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 avril 2009

4 avril Strasbourg brûle: où est la police?

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Strasbourg brule - photo H de Grossouvre 6 avril 09.JPG


alliot-marie2.jpg

Le samedi 4 avril a eu lieu à Strasbourg la plus importante manifestation anti-OTAN du sommet de Strasbourg-Kehl. Un bâtiment se Roland Ries.jpgtrouvant dans le quartier du port du Rhin, juste avant l'ancienne douane et dans lequel se trouvait un office de tourisme et une pharmacie et en face un hôtel Ibis, et un troisième bâtiment: l'ancienne douane, ont entièrement brûlés. Le lendemain, dimanche 5, alors que madame Alliot-Marie (photo de gauche) annonçait 300 interpellations, le maire de Strasbourg, Roland Ries (photo de droite), souligne pour sa part que les habitants du quartier ont eu l'impression d'être abandonnés. Le surlendemain, lundi 6 avril, Robert Herrmann, (photo en bas à gauche) 1er adjoint au maire de Strasbourg et responsable de l'organisation du sommet de l'OTAN, lors d'un interview matinal sur Radio Bleu demandait au représentant du pouvoir central, le préfet  Jean-Marc Rebière d'éclaircir des faits dont le déroulement demeure incompréhensible.  A l'antenne de Radio Bleu, Robert Herrmann a aussi rappelé que le préfet, lors de la préparation du sommet, était peu enclin à la coopération et mettait régulièrement en avant son "autorité". Selon le secrétaire national du syndicat de police alliance, Eric Mildenberger, les priorités sécuritaires définies par l'autorité préfectorale et le ministère de l'intérieur étaient: "la protection du sommet de l'OTAN et l'encadrement de la manifestation officielle" (DNA / pages région / mardi 7 avril). Selon certaines sources citées par les DNA du même jour, les policiers et les pompiers (alors qu'ils s'employaient à éteindre les flammes de l'hotel Ibis!) ont été appelés au centre ville puis ont été renvoyés vers le port du Rhin et sont arrivés bien évidemment trop tard.

Quelques heures plus tard, lundi soir, le préfet Rebière s'expliquait à l'occasion d'une conférence de presse: "Il fallait rassembler suffisamment de forces de l'ordre pour pouvoir intervenir sans mettre en difficulté les policiers et les pacifistes" (DNA 7 avril). Et les DNA de commenter la photo des forces de l'ordre casquées: "Certains fonctionnaires présents en bordure, lors de la destruction du poste frontière, ont demandé immédiatement l'autorisation d'intervenir. Autorisation refusée".

Les élus verts de la ville de Strasbourg dont certains ont participé pacifiquement à la manifestation anti-OTAN ont quant à eux demandé la mise en place d'une commission d'enquête. Certains élus alsaciens laissent entendre en privé que l'Elysée et le ministère de l'intérieur auraient pu avoir intérêt à laisser faire les casseurs pour décrédibiliser les manifestations anti-OTAN.

Etonnamment, dans l'Hôtel Ibis qui a été pillé puis brûlé (grande photo en haut) étaient hébergés des gendarmes dont on n'a pourtant pas vu le bout du nez. Certes les casseurs professionnels avait leur cagoules noires dans des sacs à dos et se sont ensuite rapidement changés sur place après avoir brûlé leur tenues noires. La veille, le vendredi 300 interpellations avaient eu lieu dans un quartier périphérique de Strasbourg où se trouvaient le village anti-OTAN.

Robert Herrmann.jpgDans tout malheur il y a des côtés positifs. La casse a été limité à un petit secteur, n'a pas fait de victimes,  Rebiere.jpget s'est concentrée sur une zone qui a besoin d'un grand ravalement. L'ancienne douane ressemblait plus à un poste frontière soviétique des années staliniennes les plus sombres qu'au carrefour franco-allemand d'une capitale européenne moderne. Le moment est enfin venu de prendre en main rapidement le réaménagement de cette zone frontalière dont le potentiel inouï pour Strasbourg mais aussi pour l'Eurodistrict reste à ce jour encore inexploité. Il est temps d'avoir un "Gesamtkonzept" pour cette zone qui tôt ou tard deviendra un des centres de Strasbourg et de l'Eurodistrict. Aujourd'hui Strasbourg est encore confinée sur l'Ill, demain, la capitale européenne sera à nouveau sur le Rhin. Lentement la ville se déplace vers l'Est. Ce "demain" sera t'il dans 5 ans, 10 ans, ou 50 ans? Cela ne dépend que de la volonté des Strasbourgeois et de ses élus. Le Forum Carolus pense quant à lui qu'il est dans l'intérêt de la capitale européenne de la France et dans l'ordre des choses que nous puissions dire  le plus rapidement possible "Strasbourg am Rhein" et "Eurodistrict am Rhein" !

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, accompagné d'une délégation du conseil municipal sera reçu prochainement par le président de la République. Il entend lui présenter la facture. Cela pourrait se faire par une réévaluation du contrat triennal. Le but du maire de Strasbourg est ambitieux: faire de de cette zone délaissée le 2e quartier européen. Espérons que la République sera généreuse envers la capitale européenne de la France...

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Batiment pharmacie brule - Strasbourg- Photo H de Grossouvre.JPG


Commentaires

Après la radieux symbole de la passerelle reliant samedi les deux rives du Rhin comme du temps - à venir et passé, après le démenti jailli du Port du Rhin quelques heures plus tard comme un cri brûlant, après le sauvetage de son école et de sa chapelle, il est temps d'aménager ce quartier comme il le mérite depuis des décennies : porte de l'Europe autant que port rhénan, il doit incarner et favoriser enfin la vocation de Strasbourg, ville des routes ! Carolus et Carolus Magnus (ou Charlemagne) lui-même nous y inviteraient avec insistance et nous en sauraient gré avec les générations futures.
N'est-ce pas l'occasion, certes tragique, mais d'autant plus pressante, de relever la tête ensemble, de consolider l'assise de la capitale européenne (en complétant les installations nécessaires à l'accès et à l'utilisation du Parlement Européen), d'aménager l'immense espace encore plus béant désormais à la lisière de Strasbourg, de perfectionner et d'étendre l'Euro-district, de donner à notre cité sa cohérence, enfin d'envisager concrètement l'émergence d'une région européenne rhénane où les forces (par exemple de sécurité) se complètent pour juguler les faiblesses (par exemple d'ouverture, d'abord linguistique) ? Merci donc au Forum Carolus, et à lui aussi de jouer son rôle actif !

Écrit par : Martine Hiebel | 09 avril 2009

Les commentaires sont fermés.