Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 avril 2009

Obama demande à l'UE d'intégrer la Turquie !

Sourire Obama.jpg

L'UNILATERALISME AVEC LE SOURIRE...

Obama sarkozy.jpg

"L'unilatéralisme avec le sourire", tel est le titre de la dernière étude du Comité d'Etudes des relations franco-allemandes (CERFA) de l'Ifri (Institut Français des Relations Internationales) sur les relations germano-américaines. " Le célèbre Institut nous met en garde: "Il serait cepandant naïf de présumer que le caractère unilatéraliste de la politique américaine aurait pour autant disparu". Le nouvel habillage de la politique de Washington ne s'applique cependant pas à la seule Allemagne mais à toute l'Europe.

24h après la réintégration de la France dans le commandement militaire intégré de l'OTAN dont le principal artisan est Nicolas Sarkozy, le président Français et le président Obama s'opposent frontalement sur l'intégration de la Turquie dans l'Union Européenne. Le président américain, comme ses prédécesseurs avant lui, a affirmé à Prague puis en Turquie le soutien de Washington à la candidature turque à l'UE. Mais il est le premier à se faire aussi insistant. Le grand écart devient périlleux: les opinions publiques européennes et les gouvernements européens sont majoritairement contre l'entrée de la Turquie dans l'Union et l'opinion publique turque a compris depuis longtemps que la Turquie n'était pas la bienvenue en Europe. D'ailleurs les réformes turques exigées par Bruxelles sont au point mort depuis 2004. Le premier ministre Erdogan, issu d'un parti politique religieux et conservateur, si cela ne tenait qu'à lui, s'opposerait à l'entrée de la Turquie dans l'Europe. La disproportion entre une Europe qui ne veut pas de la Turquie et une Turquie qui ne veut pas de l'Europe et la lourde insistance d'un pays tiers affaibli par la fin du système libéral américano-centré attise d'ailleurs le courage des gouvernements des pays les plus concernés. L'Allemagne de madame Merkel et la France de Nicolas Sarkozy, par ailleurs tous deux très atlantistes, n'ont pas hésité à hausser le ton à la suite des déclarations de Barack Obama à Prague et en Turquie.

Selon Barack Obama, "cela constituerait un signal important à ce pays musulman". Après sa tournée en Europe (Londres, Strasbourg-Kehl, Prague), Barack Hussein Obama est arrivé en Turquie dimanche soir. Le soutien d'Obama à la Turquie est moins motivé par son enfance Turquie Islam.jpgmusulmane (il s'est converti enfant au christianisme) que par les intérêts stratégiques des Etats-Unis. La Turquie, alliée fidèle de Washington, où naissent d'ores et déjà plus d'enfants chaque année qu'en France et en Allemagne réunies, pèserait au XXIe siècle de manière décisive sur le destin des Européens si jamais elle était intégrée à l'Union, ce qui reste improbable. Mardi, à Istanbul, le président Obama rencontrera des dirigeants religieux et visitera plusieurs mosquées.

Lors du sommet de l'OTAN de Strasbourg-Kehl, le président turc a été obligé d'accepter le danois Anders Fogh Rasmussen comme nouveau secrétaire-général de l'OTAN malgré une opposition turque violente ramenée à la raison par la force de conviction de la chancelière Merkel et de Silvio Berlusconi avec lequel le président turc à longuement parlementé. Le nouveau secrétaire-général danois de l'OTAN avait notamment apporté son soutien à un journal qui avait publié les caricatures de Mahomet en 2005. Raison pour laquelle, sans doute, Barack Obama insiste t-il maintenant sur la nécessité d'intégrer la Turquie à l'Union Européenne...

Consultez aussi l'agenda des partenairesl'agenda du Forum Carolus

Le Forum Carolus vient de créer une page sur FACEBOOK, devenez fan du Forum Carolus sur Facebook !

Commentaires

Après la tenue du sommet de l’Otan à Strasbourg, l’ami américain pousse, comme l’écrit Ouest France, la Turquie vers l’Europe et poursuit à la fois une campagne de présentation et de séduction diplomatique.

Est-ce l’approche de Pâques, mais je m’interroge sur la possibilité pour la diplomatie américaine de poursuivre ainsi plusieurs lièvres à la fois ? Je ne le pense pas.

Votre article, comme les faits, posent la question de savoir si les intérêts géostratégiques de la diplomatie américaine sont compatibles avec les intérêts de l’Europe et le devenir « durable » de l’Union Européenne.

Écrit par : STB | 08 avril 2009

Les commentaires sont fermés.