Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 février 2009

Quel "Lieu d'Europe" pour Strasbourg?

 

Compte-rendu du débat sur la création d'un "Lieu d'Europe à Strasbourg" : un phare pour la liberté et la démocratie.

henri Mathian.jpgLe public est venu nombreux assister à la première réunion du Comité de soutien à la création d'un "Lieu d'Europe" à Strasbourg, qui s'est tenue le mardi 24 février entre 19h30 et 21h dans les salons de l'Association Parlementaire Européenne. Le projet est porté par Henri Mathian qui a animé le débat de mardi soir. Henri Mathian est président de l'association strasbourgeoise le "Cercle de la cathédrale". Il a donné la parole tour à tour aux différents responsables d'organisations dédiées à la promotion de "l'Europe de Strasbourg", invités à s'exprimer sur le contenu du projet, tous acquis à l'idée d'un lieu identifiable entièrement consacré à l'Europe à Strasbourg et la nécessité d'accroître la conscience et la visibilité européenne de la ville en tant que "capitale des peuples".

"Le consensus est clair sur le besoin d'un tel lieu à Strasbourg et d'une collaboration étroite avec les pouvoirs publics autour du projet", a souligné Henri Mathian en préambule.

L'ensemble des acteurs de la promotion du projet étaient présents, notamment Madame Nawel Rafik-Elmrini, Adjointe au Maire en charge des relations internationales, qui a réaffirmé à cette occasion le soutien politique du Maire de Strasbourg, Roland Ries, au projet puis présenté les différentes pistes envisagées pour celui-ci ainsi que les réflexions préalables à sa mise en place. L'intervention d'Alexis Lehmann, considéré comme le père du projet Eurodom, a été également particulièrement remarquée et appréciée. Il a notamment souligné la légitimité historique, géographique et culturelle de Strasbourg pour devenir une  "capitale des peuples d'Europe" riche en potentiel économique et en visibilité internationale. Rafik.jpg

Nawel Rafik-Elmrini a tout d'abord mis en avant le contraste existant entre le manque de visibilité actuel de Strasbourg en tant que capitale européenne d'une part, et la plus-value pourtant réelle dont elle dispose en terme d'identité spécifique d'autre part, notamment grâce à l'omniprésence d'institutions porteuses de démocratie, de justice et de droits de l'homme, et d'une conception paneuropéenne propre à soutenir l'identité européenne de Strasbourg comme capitale des "peuples". L'Adjointe au Maire a ensuite énuméré les projets mis en place à ce jour par sa voisine bruxelloise, comme le centre des visiteurs du Parlement Européen et le Musée de l'Europe, et a insisté sur l'importance des moyens déployés par la concurrente pour communiquer autour de sa vocation européenne.  Le renforcement de la visibilité européenne de Strasbourg s'impose en premier lieu en raison des conditions actuelles d'accueil et d'information qui ne sont ni à la hauteur des ambitions de la ville ni à la hauteur des attentes des visiteurs en demande d'un lieu d'accueil vivant et ouvert au public y compris en dehors des sessions. Le succès du projet reposera quant à lui en grande partie sur l'étude qui doit être préalablement et rigoureusement menée concernant son contenu exact, ses structures et ses conditions de réalisation, le tout guidé par des objectifs clairement définis assignés à ce Lieu d'Europe. Les interrogations doivent donc porter ainsi aussi bien sur le choix du site censé accueillir le projet que sur la superficie du lieu, la structure architecturale choisie pour l'abriter et ses sources de financement. L'Adjointe  au Maire a insité à cet égard sur la valeur symbolique du site à sélectionner, qui pourrait se situer au coeur du quartier européen plutôt qu'au centre ville, et plus précisément près de la Cour Européenne des Droits de l'Homme afin de refléter au mieux sa vocation citoyenne. Elle a également mis l'accent sur l'opportunité d'élargir les sources de financement aux mécènes, aux collectifs d'associations, et surtout aux partenaires allemands de manière à inscrire le projet dans la dynamique binationale actuelle liée à l'EURODISTRICT.

Cette intervention a finalement été l'occasion d'évoquer les différentes pistes envisagées par la municipalité concernant le Lieu d'Europe. Celui-ci pourrait prendre la forme d'un centre d'informations des visiteurs sur les institutions, intégrant l'actuel Centre d'Information sur les Institutions Européennes (CIIE) et permettant aux citoyens de s'approprier réellement la présence des institutions. grâce à cette structure permanente. La deuxième option concernerait la création d'une maison des citoyens fédérant l'ensemble des associations ayant vocation à promouvoir l'identité européenne de Strasbourg, y compris internationales, afin de favoriser les synergies et l'attractivité touristique de Strasbourg. Enfin, ce Lieu d'Europe pourrait être un centre d'interprétation sur l'Europe, à la fois pédagogique et interactif à travers l'organisation d'expositions, de débats, et d'échanges, plus vivant qu'un musée au sens strict du terme.

Christophe Kieffer, président du mouvement Strasbourg Pour l'Europe et directeur du CESA, a quant à lui pris la parole pour présenter le collectif d'associations "Strasbourg-Europe" créé en décembre 2008 pour fédérer les actions menées dans la région concernant la coopération transfrontalière et l'Europe, préoccupation omniprésente lors du débats. Une charte du collectif Strasbourg-Europe est également en devenir, qui se veut l'expression de la société civile européenne à Strasbourg.

Henri de Grossouvre, directeur du Forum Carolus, a affirmé le soutien du Forum au projet de Lieu d'Europe, considéré comme une mission d'intérêt général. L'accent a été mis, en écho aux paroles de Nawel Rafik-Elmrini, sur la nécessité de mieux canaliser une partie des visiteurs  qui sont actuellement laissés à l'abandon au lieu d'être redirigés vers des activités ou des lieux susceptibles de faire émerger chez eux une perception plus large de l'identité européenne de Strasbourg et donc d'accroître son attractivité vis-à-vis du public européen au sens large. L'avenir européen de la ville repose aussi sur la capacité qu'auront les associations nombreuses agissant dans ce domaine à se regrouper et à adopter une approche interdisciplinaire. Il faudrait par ailleurs retrouver dans ce projet  de Lieu d'Europe la double dimension  interrégionale et internationale qui coexiste à Strasbourg, en le faisant reposer d'une part sur l'EURODISTRICT et  en le reliant d'autre part au projet de Région Métropolitaine du Rhin supérieur. La spécificité du rôle européen de Strasbourg tient aussi au fait qu'il incarne la grande Europe continentale, l'Europe des 27 mais aussi et surtout l'Europe des 47 du Conseil de l'Europe et de l'Assemblée des Régions d'Europe.  Il nous faut nous ouvrir à l'Est d'une manière générale car Strasbourg est la porte de l'Europe centrale et la capitale d'une Europe ouverte aujourd'hui jusqu'au Pacifique. Ce "lieu d'Europe" serait au final à la fois un lieu du passé et un lieu d'avenir, attentif aux questions liées à la mémoire et vitrine du potentiel technologique de la région métropolitaine du Rhin supérieur.

Henri Mathian - A Lehmann.jpg

Alexis Lehmann est ensuite intervenu en fervent défenseur de Strasbourg pour rappeler qu'aucune capitale d'aucun pays européen ne peut aujourd'hui revendiquer le statut de capitale des peuples. Cette identité appartient en propre à Strasbourg et doit servir d'appui incontestable à son ambition européenne. L'extansion binationale du projet de Lieu d'Europe est également fondamentale pour en renforcer le symbolisme au delà de la mythologie  strasbourgeoise traditionnellement liée à la réconciliation franco-allemande. L'initiateur du projet Eurodom a mis l'accent sur les peuples, sur la réalité de la demande et sur le besoin de connaissance et de reconnaissance qu'éprouvent les 20 pays non membres de l'Union Européenne mais institutionnellement présents à Strasbourg à travers le Conseil de l'Europe. Le futur Lieu d'Europe pourrait à cet égard inclure un bureau de représentation pour les déléguations de chacun de ces pays.

La jeunesse européenne a également été mise à l'honneur par Jean-Luc Fournier, journaliste à l'Agence Strasbourgeoise de presse, et Michel Mattoug, directeur de Steinbeis - Transferzentrum de Fribourg en Brigsau et co-président de l'APR (Association de Prospective Rhénane). Le premier a évoqué la possibilité de créer sur le Rhin un grand festival susceptible d'attirer les jeunes, et un Institut des cultures européennes soutenu par les nouvelles technologies de l'information et de la communication grâce auxquelles les jeunes pourraient médiatiser et partager leurs cultures. Le second est revenu sur la nécessité d'aller à la rencontre des élus européens et de favoriser les échanges culturels entre jeunes européens.

Petra Drevillon est quant a elle revenue sur la nécessité de mettre en réseau les associations agissant dans le domaine de l'Europe.

Chacun des intervenants a ainsi apporté sa pierre à l'édifice d'un futur Lieu d'Europe à Strasbourg.

La période est propice, comme l'a souligné René Eckhardt, vice-président du cercle Relatio Europe, car l'Europe n'est plus en panne de projets et renaît aujourd'hui à Strasbourg à travers l'Eurodistrict et le franco-allemand. Avec un effort de communication à la hauteur, l'avenir européen de Strasbourg sera tout tracé, selon Troy Davis, président de l'Association de soutien à l'Ecole de la démocratie et Secrétaire général de “Pour la démocratie européenne", car la ville dispose des meilleurs arguments. Elle pourra en tout cas compter sur ce futur Lieu d'Europe qui devra quant à lui savoir profiter de l'effervescence actuelle autour des questions européennes en agissant de pair avec l'Eurodistrict et la future Région métropolitaine, dans la perspective des élections européennes de Juin 2009, et en créant les passerelles indispensables au sein du monde associatif et entre le monde associatif, institutionnel et économique, comme l'a rappelé à juste titre Philippe Metzenthin, président du Mouvement Européen Alsace, lors de son intervention.

Si vous acceptez de vous prononcer sur ce projet de ‘’Lieu d’Europe’’, veuillez prendre connaissance du document intitulé ‘’Projet’’ puis reportez vos choix sur le document intitulé ‘’Propositions’’ sans oublier de les pondérer en valorisant sur la partie droite l’importance que vous souhaitez donner à chacune de vos propositions.

Pour façonner le futur Lieu d'Europe à l'image des citoyens, le comité de soutien a élaboré un questionnaire portant sur le contenu à donner au projet, où chacun peut exprimer sa vision du futur Lieu d'Europe. Le questionnaire est à retourner par mail au comité de soutien et servira à élaborer des propositions concrètes pour le projet : Projet de Lieu d'Europe à Strasbourg.doc et Propositions sur le projet de Lieu d'Europe.doc

Consultez aussi l'Agenda du Forum Carolus & l'agenda des partenaires du Forum Carolus

Clarisse Bargain

Les commentaires sont fermés.