Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2008

La main des néoconservateurs

5163c8461e2f2d005130bda3213af62c.jpgLe secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, a dénoncé aujourd'hui à Lyon le "rôle des néo-conservateurs américains" dans la victoire du +non+ irlandais à la ratification du traité de Lisbonne.
"L'Europe reste un combat, l'Europe a des ennemis qui sont puissants et on l'a vu avec le référendum irlandais, qui sont dotés de moyens financiers tout à fait importants, qui viennent non pas d'Europe mais de l'autre côté de l'Atlantique", a affirmé M. Jouyet, qui s'exprimait dans le cadre de la deuxième édition des Etats généraux de l'Europe, à Lyon.
Il a ainsi appelé à avoir "le courage du militantisme européen face à certaines puissances financières".
"Le rôle des néo-conservateurs américains dans le référendum irlandais a été quelque chose de tout à fait important", a souligné M. Jouyet, en ajoutant, sous les applaudissements du public: "quand je vois des socialistes français s'allier, au nom du +non+, à l'extrême droite irlandaise, cela m'interpelle également".

Source: AFP.

Commentaires

Robert Schuman & Jean Monnet peuvent reposer en paix le parcours de la flamme européenne à rencontrer tout juste un petit « incident » mineur dans la capitale irlandaise

Le traité de Lisbonne, devait nous dit on être plus accessible, c’était un texte « simplifié » si simple que les irlandais pour simplistes qu’ils ne sont pas, l’ont simplement rejeté !

L’Europe manque de pédagogie, son projet politique, économique & de défense n’est lisible que pour les supers cadres de Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg.
Le citoyen lambda baladé dans des élections européennes dont il ne comprend pas les enjeux & noyé dans une kyrielle de directives communautaires astreignantes en normes économiques, sociales, environnementales, qui asphyxient le quotidien envoie tout paître !—agriculteurs, pêcheurs, routiers, ménages--

Quelle légitimité accordée à des textes qui vous « pourrissent » la vie, si ceux qui passent ces textes n’ont aucune légitimité populaire—en dehors des députés, ni les membres de la commission, ni son président ne sont élus-- ?

Ironie du sort, lorsque au sein d’un état une mesure est impopulaire, les gouvernants indexe Bruxelles…
Le traité, décidément « trop simple » à comprendre pour les européens à de beaux jours sous la présidence française.

L'echange continue sur http://rimbaldienne.blogs.nouvelobs.com

Écrit par : Maurice | 22 juin 2008

Les commentaires sont fermés.