Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 novembre 2007

RENCONTRES DE L’ISEG STRASBOURG, le 15 nov. 2007

Dans le cadre des rencontres de l’ISEG de Strasbourg s’est tenue, le 15 novembre 2007, une conférence organisée par l’APUIE (Association pour la Promotion et l’Utilisation de l’Intelligence Economique) en partenariat avec le Forum Carolus.
L’intervenant, Pierre Bourguignon, est consultant en développement stratégique et commercial. Il a donné une conférence intitulée « Comment développer votre activité grâce à votre réseau relationnel ? ».

Le réseau est fondamentalement un accélérateur de rencontres et d’opportunités. Plus qu’un outil de travail, il consiste en une attitude à adopter, un savoir-être dont le catalyseur est l’ouverture aux autres. Il faut « repérer et se faire repérer, solliciter et être sollicité par les autres ». C’est uniquement à ce prix qu’il est possible de faire émerger des opportunités.
L’articulation clé d’un réseau est  « gagnant-gagnant » — et non « donnant-donnant ». Point important, la dynamique d’un réseau part d’un principe inéquitable : dans un premier temps,  il convient de donner beaucoup plus que ce que l’on estime être en droit d’attendre en retour. Si les réseaux constituent « des outils efficaces et rapides », ils le sont surtout « pour des gens peu pressés ».

Un réseau est sous-tendu par des valeurs communes. Il ne peut perdurer qu’à condition d’être animé. P. Bourguignon souligne que le respect des règles de courtoisie est un facteur crucial pour dynamiser un réseau. De plus, l’évolution du marché du travail se concrétise par un besoin de veille permanente et de nouvelles alliances.

 Les qualités essentielles d’un bon « réseauteur » sont résumées dans le profil type dressé par P. Bourguignon : proactivité, détermination, enthousiasme, objectifs clairs et précis, amabilité, diplomatie, faculté de donner avant de s’attendre à recevoir.

En guise de conclusion, on notera que l’existence de chacun d’entre nous est déterminée par une multitude de réseaux subis ou contrôlés ; arriver à les maîtriser est finalement une véritable leçon de vie.

 

Sorina Bobu, stagiaire du Forum Carolus, le 19 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.