Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 décembre 2006

Fondements et objectifs de la présidence allemande de l'Union européenne

medium_FP2202.jpgLe comité d'études des relations franco-allemande (CERFA) de l'IFRI consacre sa lettre mensuelle de décembre à la future présidence allemande de l'Union européenne. Pour la télécharger cliquer ici.

20 décembre 2006

Le manuel franco-allemand d'histoire : l'aboutissement d'un long travail de coopération entre historiens allemands et français

medium_9782091727905R3.gif

« Visions franco-allemandes », la lettre d’informations du Centre d'Etudes des Relations Franco-Allemand (CERFA) de l'Institut Français des  Relations Internationales (IFRI) consacre sa publication de décembre 2006 à une analyse du manuel d’histoire Franco-allemand parut cette année. Pour lire et télécharger l’article, cliquer sur le lien : Visions_11_Defrance-Pfeil_vfa.pdf

18 décembre 2006

Le Forum Carolus distingué en Allemagne

medium_Medaille_Gayling_Forum_Carolus.jpgLe Forum Carolus et son directeur Henri de Grossouvre ont reçu, vendredi 8 décembre au Château de Ebnet à Freiburg-en-Breisgau, le "Prix Nikolaus von Gayling - Ebneter Kultursommer" en reconnaissance de l'action du Forum Carolus en faveur des relations entre les régions françaises et allemandes bordant le Rhin. Pour visionner le prix, cliquer ici.

16 décembre 2006

Strasbourg comme siège du Parlement européen

Résolution adoptée par l’assemblée générale internationale de l’Union Paneuropéenne au Parlement Européen à Strasbourg.

"L’histoire de l’Europe est jalonnée de symboles, Strasbourg en est un et qui doit être préservé comme le siège du Parlement Européen. Strasbourg, longtemps signe nécessaire de la réconciliation franco-allemande, est aujourd’hui, plus encore, signe de la diversité européenne.

A la fois frontalière et trait d’union, sans être capitale d’Etat, Strasbourg ne saurait être tentée par une quelconque hégémonie. Elle est tout à la fois frontière et dépassement de frontière, à l’image donc du défi permanent de l’Europe : affirmer tout à la fois la légitimité de ses nations et leur nécessaire coopération.

C’est pourquoi l’Union Paneuropéenne apporte son soutien à l’initiative lancée par Bernd Posselt.

Nous souhaitons que se joignent à ce mouvement en faveur de la multipolarité et de la diversité européennes chacun des pays d’Europe."

 

Strasbourg as seat of the European Parliament

medium_eu_pan1.gif"The history of Europe is punctuated of symbols, Strasbourg is one of them and must be preserved as the seat of the European Parliament. For a long time a necessary sign of French-German reconciliation, Strasbourg is today even more a sign of European diversity.

At the same time border and hyphen, without being capital of a state, Strasbourg could not be attracted by any hegemony. It is at once border and overtaking of border, and therefore like the permanent challenge of Europe: to assert at once the legitimacy of its nations and their necessary collaboration.

That is why the Paneuropean Union brings its support of the initiative launched by Bernd Posselt.

We wish that each of the European countries joins this movement in favour of the European multipolarity and diversity."

 

Straßburg als Sitz des Europäischen Parlaments

"Die Geschichte Europas ist charakterisiert durch Symbole, Straßburg ist eines davon und muss als der Sitz des Europäischen Parlaments erhalten bleiben. Straßburg, das über lange Zeit ein notwendiges Zeichen deutsch-französischer Versöhnung war, steht heute immer mehr für die Vielfalt Europas.

Als Grenzstadt und Bindeglied zugleich, jedoch ohne Hauptstadt eines Staates zu sein, kann Straßburg keiner Versuchung nach Hegemonie erliegen. Straßburg ist gleichzeitig Grenze und Grenzübergang, so wie auch Europa eine ständige Herausforderung darstellt: gleichzeitige Anerkennung der Legitimität seiner Nationen und der Notwendigkeit ihre Zusammenarbeit.

Daher unterstützt die Paneuropa-Union die Initiative von Bernd Posselt.

Wir wünschen, dass sich alle Länder Europas dieser Bewegung für die Multipolarität und Vielfalt Europas anschließen."

14 décembre 2006

A 2 pas de Strasbourg, le maïs et la chaleur terrestre produisent du courant

La nouvelle centrale hybride de Neuried medium_Gemeinde_Neuried.gifest une innovation en matière de production d’énergie. La combinaison d’une installation biogaz et géothermie génère, à partir de produits issus de l’agriculture locale, de l’électricité aussi bien que de l’énergie thermique à hauts rendements, tout en respectant l’environnement.

La centrale hybride Neuried GmbH & Co. KG a été créée en mars 2006 avec pour but la conception d’une centrale capable de produire de l’électricité à partir de la chaleur terrestre et du biogaz avec une rentabilité maximale.

Les sociétaires de la centrale hybride Neuried GmbH & Co. KG sont la commune de Neuried ainsi que l’entreprise d’exploitation DrillTec GUT de Deggendorf (Bavière).

Le principe hybride consiste à transférer l’intégralité de la chaleur produite par la centrale biogaz vers l’installation géothermique afin d’optimiser le rendement de l’installation. De plus, il est possible d’utiliser la chaleur dégagée par la production d’électricité à basse température ainsi que le surplus d’énergie des eaux thermales dans un système thermique ou bien encore dans l’alimentation d’un réseau de chauffage.

La technique d’accouplement et le pilotage de la centrale hybride font l’objet d’une subvention de recherche et développement du ministère fédérale de l’environnement et représentent une technologie complètement innovante résolument tournée vers l’avenir.medium_Hpim1691.jpg

En comparaison avec les autres énergies renouvelables (solaire ou éolienne par exemple) dont l’utilisation est limitée à la lumière du jour ou à certains moments de l’année et qui nécessitent des capacités de stockage importantes, la production thermique et électrique de la centrale hybride se fait de jour comme de nuit. La biomasse peut être stockée et le processus de biogaz être conduit continuellement. La chaleur terrestre représente une ressource intarissable car la croûte terrestre se trouve continuellement irriguée par un flux de chaleur issu des entrailles de la terre.

Tandis que les méthodes de production d’électricité traditionnelles par combustion d’énergies fossiles (pétrole et charbon) dans de grandes centrales sont caractérisées par l’émission de Co2 et autres oxydes de souffre et d’azote (concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère), la production électrique de la centrale hybride ne rejette pas de Co2 dans l’atmosphère. La production géothermique de l’électricité n’engendre pas de Co2 et celui issu de la combustion du biogaz est complètement réabsorbé par la croissance de la biomasse. Aucun autre gaz à effet de serre n’est dégagé dans l’atmosphère. Ainsi, l’émission d’env. 20.000 t de Co2 pourra être évitée chaque année.

Le courant électrique généré par la centrale hybride est produit à proximité des consommateurs dans une petite installation décentralisée. En comparaison avec des centrales classiques plus grandes, ceci permet d’approvisionner les utilisateurs de chauffage urbain potentiels en chaleur à l’aide d’une chaîne précise, ce qui contribue à une plus grande rentabilité de l’installation.

Ce processus est une première mondiale puisque la centrale hybride combine les énergies renouvelables biomasse et la chaleur terrestre, et donne un exemple de mariage réussi de deux technologies de production d’électricité. Après la dernière phase de construction, la centrale hybride sera en mesure de produire 6 Mégawatts et d’alimenter en électricité 20.000 foyers, sans aucune émission de Co2.

Cette toute nouvelle conception de la production d’énergie contribue à l’augmentation du rendement des énergies renouvelables tout en respectant les limites des ressources naturelles et l’environnement.

Installation biogaz

L’installation biogaz sera alimentée en céréales produites dans la région de Neuried tout en respectant les cycles de plantations. 3.000 hectares sont disponibles à Neuried pour cultiver ces matières premières maïs et céréales. Lors de la récolte, les matières premières sont hachées puis stockées en silage comme substrat.

medium_Hpim1718.jpgDans la centrale biogaz qui est une installation de décomposition à sec, le substrat injecté passe par différents cycles de fermentation. Le gaz émis est ensuite filtré et refroidi. Puis, le gaz est transféré vers des moteurs à gaz qui opèrent la conversion en électricité. Afin d’obtenir un rendement maximum, les moteurs sont continuellement refroidis (effet échangeur de chaleur). La transformation supplémentaire en électricité de la chaleur produite par les moteurs permet un rendement total du biogaz jusqu’à 60%. Ce système est unique en Allemagne et produit dans la dernière phase jusqu’à 3 mégawatts thermiques (MW th). Une autre alternative consiste à utiliser la chaleur des moteurs pour l’alimentation d’un réseau de chauffage.

La centrale biogaz se compose de différents modules. On estime la performance du premier module à 1,4 MW el et des autres modules à 3 MW el.

Installation géothermique

Il a été prévu pour le fonctionnement de l’installation géothermique de faire deux forages capables d’extraire de l’eau thermale à env. 120°C à raison de 75 litres par seconde. medium_Hpim1688.jpgLa puissance de la centrale géothermique serait alors d’env. 2,3 MW el. Une extraction plus importante permettrait d’atteindre jusqu’à 3 MW el de puissance. Tandis que le premier forage sert à pomper l’eau thermale jusqu’à la surface terrestre, le deuxième forage réinjecte l’eau refroidie dans la nappe phréatique en fin de cycle de production électrique. On estime que le réservoir géothermique se formera dans la couche de calcaire coquillier et de grès bigaré entre 2.700 et 3.000 m de profondeur.

L’énergie thermique produite par l’eau thermale ainsi que la chaleur produite par la centrale biogaz sont ensuite transférées à l’aide d’échangeurs thermiques vers le cycle secondaire de la centrale géothermique afin d’entrainer une turbine couplée à un générateur. La température des moteurs à gaz, pouvant s’élever jusqu’à 125°C, est idéale pour obtenir une température de gazéification du liquide de refroidissement atteignant un rendement maximal déjà en utilisation à charge nominale. Le courant ainsi produit et celui provenant des moteurs à gaz (centrale biogaz) sont injectés dans le réseau d’alimentation du distributeur local d’électricité.

Grâce à une augmentation de la température de 40 à 60°C par 1.000 m de profondeur, le fossé du Rhin Supérieur offre des conditions idéales pour l’exploitation de la chaleur souterraine. La tectonique de la fosse du Rhin Supérieur a provoqué de nombreuses zones de perturbations hydrauliques actives. Le forage incliné a permis de détecter nombre de ces zones.

 

 

10:00 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (5)

12 décembre 2006

Citation

medium_180px-Klemens_von_Metternich_by_Lawrence.2.jpg

"Quand Paris s'enrhume, l'Europe prend froid."

Klemens Metternich, 1773-1859, Diplomate et homme politique Autrichien.

10 décembre 2006

Les plaintes croisées des USA et de l’Europe à l’OMC dans l’aéronautique : l’aboutissement d’un long différent

Le différent Airbus Boeing est entré dans une nouvelle phase avec le dépôt des deux plaintes à l’OMC. Airbus, qui a pris la tête dans la compétition internationale dans l’aéronautique est-il menacé ? Cliquer ici pour lire l'article de Damien Broussole.

medium_h_4_ill_731469_airbusboeing_sales.6.gif

08 décembre 2006

Pendant ce temps là à Helsinki

medium_finlande.gifLa Finlande est devenue, mardi 5 décembre, le seizième pays de l'Union européenne à ratifier le projet de traité constitutionnel européen mis en veille après son rejet lors de référendums en France et aux Pays-Bas en 2005, a annoncé le Parlement monocaméral du pays nordique.

Les députés finlandais ont approuvé à une écrasante majorité – cent vingt-cinq voix pour et trente-neuf contre – ce texte censé faciliter le fonctionnement de l'Union élargie à vingt-cinq et préparer tout futur élargissement. Le vote sans appel des députés finlandais en faveur du projet de traité constitutionnel européen a une portée exclusivement symbolique, car le texte, qui doit être impérativement ratifié par l'ensemble des vingt-cinq pays membres de l'UE, n'entrera probablement jamais en vigueur en l'état.

06 décembre 2006

Berlin, Paris et Varsovie discute de Moscou

Angela Merkel, Jacques Chirac et Lech Kaczynski ont cherché à relancer une coopération tripartite en panne, mardi 5 décembre, lors de leur première réunion dans le cadre du "Triangle de Weimar", affirmant notamment vouloir parvenir à un nouvel accord de partenariat euro-russe.medium_h_9_ill_842331_weimar.jpg

"Nous reconnaissons l'importance de la Russie comme partenaire stratégique et soutiendrons le développement d'un partenariat à long terme avec la Russie, basé sur des intérêts communs et des droits égaux, en particulier dans les secteurs de l'énergie et du commerce", ont affirmé à Mettlach, dans l'ouest de l'Allemagne, les présidents français et polonais et la chancelière allemande dans une déclaration commune. En savoir plus....


03 décembre 2006

Les nouveaux Etats membres de l’UE doivent-ils adopter rapidement l’euro ?

Une réponse institutionnaliste par Eric Rugraff.

Une réponse institutionnaliste Eric Rugraff Les dix nouveaux Etats membres se trouvent dans l’obligation d’adopter l’euro, medium_Euro_construction.gifla devise européenne faisant désormais partie de l’acquis communautaire. Par contre, le délai dans lequel cette opération doit avoir lieu n’est pas déterminé. La tentation est forte pour les pays d’Europe centrale et orientale de hâter le processus afin de profiter des effets bénéfiques promis par la théorie économique dominante. Or, ces pays sont loin d’avoir achevé leur transition. C’est précisément cette caractéristique de pays en transition qui devrait les inciter à ne pas hâter une adoption potentiellement risquée.

 

 

01 décembre 2006

Concentrations: la Commission ouvre une enquête approfondie sur le rachat d’Alcatel Alenia Space et de Telespazio par Thales

La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie, en application du règlement CE sur les concentrations, sur le rachat par la société française Thales des participations d’Alcatel dans deux entreprises communes du secteur aérospatial, à savoir Alcatel Alenia Space (AAS) (France) et Telespazio (Italie), dont le contrôle est actuellemedium_thales_logo.gifment détenu conjointement par Alcatel et Finmeccanica. L’enquête initiale menée sur le marché par la Commission a révélé que l’opération envisagée soulève des problèmes de concurrence du fait de la conjugaison de la position dominante de Thales concernant les tubes à ondes progressives (TOP), un composant clé des satellites de télécommunications, et des activités d’AAA en tant que fabricant de sous-systèmes et d’équipements pour satellites et en tant que maître d’œuvre de satellites. Une décision d'ouvrir une enquête approfondie ne préjuge pas du résultat final de l’enquête. La Commission dispose à présent d’un délai de 90 jours ouvrables (jusqu’au 17 avril 2007) pour prendre une décision finale sur la question de savoir si l’opération de concentration entraverait ou non de manière significative une concurrence effective dans l'Espace économique européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci. Source, www.europa.eu, pour en savoir plus...