Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2006

Allemagne : sommet sur l'énergie

Le gouvernement allemand et les représentants des principales compagnies d'énergie se sont réunis, lundi 9 octobre 2006, à Berlin, dans le cadre d'un " sommet sur l'énergie ". medium_tours-et-reacteurs-centrale-nucleaire-cattenom.4.jpgLes quotidiens retiennent de ce sommet, le deuxième du genre depuis l'accession de Mme Merkel à la chancellerie, les propos de la chancelière sur le respect des termes du contrat de coalition, à savoir la non remise en cause de la sortie du nucléaire. Mme Merkel a en effet souligné que la loi prévoyant la fermeture progressive de toutes les centrales nucléaires allemandes à l'horizon 2020 restait en vigueur.  Selon la Frankfurter Allgemeine Zeitung, l'augmentation des coûts du gaz et de l'électricité ont dominé l'ordre du jour de la rencontre. Le journal en veut pour preuve les propos de la chancelière qui a déclaré qu'il fallait veiller à ce que les prix ne soient pas dictés par des monopoles. Sous le titre " le sommet sur l'énergie se heurte à de larges critiques ", la Frankfurter Rundschau fait état de la " déception " des milieux industriels et des associations de protection de l'environnement à l'égard des conclusions du sommet. Dans ses commentaires, la presse se déclare peu convaincue de l'utilité de la rencontre qualifiée par le Financial Times Deutschland de " superflue ". medium_8_23_baltic_sea_pipeline_167-1.2.jpg" Au lieu de débattre de manière constructive des voies à explorer pour permettre une économie des ressources énergétiques et une indépendance plus grande à l'égard des fournisseurs étrangers, on a assisté à un réveil de la dispute au sujet de la sortie du nucléaire ", déplore le journal économique. Le Handelsblatt fait valoir le même reproche et souligne l'urgence, pour le gouvernement, de parvenir à définir de nouvelles orientations à long terme en matière de politique énergétique. Pour la Frankfurter Rundschau, la déception était programmée. Seul le quotidien Die Welt prend la défense du gouvernement, estimant qu'à la veille de la présidence allemande de l'Union européenne et du G8, la chancelière pouvait difficilement entamer un vaste débat sur les questions énergétiques qui aurait donné à voir l'ampleur des dissensions au sein de la coalition, alors que la sécurité énergétique sera au menu de ces deux présidences.

 

Selon le journal, Mme Merkel a fait preuve d'"habileté tactique " en mettant à profit cette rencontre d'experts pour préparer au mieux les échéances de 2007.

 

00:50 Publié dans Energie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.