Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mai 2006

Nouvelle parution

Les progrès accomplis ces dernières années par l’Union européenne dans la définition d’une structure de défense commune contrastent avec la crise qui affecte actuellement les autres éléments de la construction européenne. Ayant proclamé en décembre 1999 sa volonté de se doter d’une « capacité d’action autonome soutenue par des forces militaires crédibles », l’Union européenne a depuis lors mis en oeuvre un, puis deux « Objectif Globaux » (Headline Goal) définissant de manière précise des capacités militaires communes, encouragé la consolidation et le renforcement de ses industries de défense et entrepris d’intégrer ses moyens civils et militaires dans le cadre de missions d’intervention extérieures de plus en plus exigeantes. Cette Politique Européenne de Sécurité et de Défense a culminé avec la création, en 2004, de l’Agence Européenne de Défense. Avec l’entrée en vigueur d’un Code de Conduite au 1er juillet 2006, cette Agence devrait jouer un rôle décisif dans le renforcement continu des capacités militaires de l’Union européenne, tant sur le plan industriel que technologique. 

 

La 33ème note de la Fondation Robert Schuman fait le point sur ces évolutions en cours et souligne les forces, mais aussi les carences, de cette « Europe de la défense ». L’ouvrage, rédigé par Edouard Pflimlin, souligne notamment l’insuffisance des moyens budgétaires consentis par les Etats membres de l’Union pour mener à bien leurs ambitions déclarées et plaide pour un accroissement de cet effort financier au cours des prochaines années. Il s’attache, en outre, à démontrer la nécessité d’une plus grande intégration des politiques de défense des Etats membres. Seule la poursuite de ce processus d’intégration permettra de réduire au maximum les duplications, d’accroître les investissements dans la recherche et l’innovation et de mener à son terme le processus d’interopérabilité des forces européennes, notamment grâce à une spécialisation accrue d’un certain nombre de pays sur des capacités militaires spécifiques.

Note disponible sur simple demande (10 Euro) auprès de la Fondation Schuman : c.antonini@robert-schuman.eu

Les commentaires sont fermés.