Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 janvier 2006

Europe centrale et Sécurité Européenne

medium_avion.jpgNeTe CiFe Hongrie organise le vendredi 27 janvier à Budapest, à l'Institutmedium_blason_eurocorps.jpg Français, un colloque sur le sujet "La place et le rôle de l'Europe centrale et orientale au sein de la politique de sécurité de l'UE". Langues de travail: français et hongrois et éventuellement l'anglais: Programme (pdf)

27 janvier 2006

Conférence "The sound of Europe"

La Présidence autrichienne du Conseil de l’UE organise les 27 et 28 janvier 2006, en collaboration avec la Commission européenne, une conférence sur le futur de l’Europe intitulée "The Sound of Europe". Le lieu de la rencontre est le "Centre de congrès de Salzbourg", ville où naquit, exactement 250 ans plus tôt, Mozart.
Cette conférence sera l’occasion d’aborder des questions fondamentales sur le futur de l’Europe, telles que les valeurs européennes, l’identité et la culture européenne. (…)medium_channelstart_weltkulturerbe.jpg
Quelque 300 personnalités du monde politique, scientifique, artistique et médiatique feront part de leurs perspectives et propositions sur le futur du projet européen face aux défis de la mondialisation. Il s’agira également de discuter du malaise et des craintes ressentis vis-à-vis de l’Europe et d’en analyser les causes.
Un débat de clôture aura lieu, samedi 28 janvier, en présence de leaders politiques européens. Il sera intitulé "Faire résonner l’Europe" et sera retransmis en direct sur ORF2, dès 11h.
http://www.eu2006.at/fr/The_Council_Presidency/Conference...

24 janvier 2006

Ile Longue: une interprétation

La déclaration de Jacques Chirac à l'Ile Longue à propos de la dissuasion a suscité des interprétations contradictoires. Solidarité atlantiste sur l'Iran, posture gaullienne (Moysi/Ifri), engagement pour l'autonomie de l'Europe (Maulny/Iris), affirmation de politique étrangère, ou enfin opération de politique intérieure? En tous cas il semblerait que le lien avec l'Iran et les apparentes solidarités qu'il impliquerait soit trompeur... L'analyse de de defensa:medium_logo_defensa.jpg

"23 janvier 2006 — La “sortie” de Jacques Chirac à l’Île Longue, à propos de la dissuasion, en a remué beaucoup sans éclaircir beaucoup à première vue. La variété des interprétations répond-elle à l’éventuelle obscurité du propos? C’est à voir. (...) Ce qui importe au contraire c'est de connaître l'effet obtenu, dont on ignore s'il fut voulu (...) La première chose, c'est la réaffirmation tonitruante que la puissance nucléaire française existe et qu'elle est totalement indépendante, et qu'elle est intégralement modernisée par les seuls moyens français. Seule la France, en plus des Etats-Unis peut dire cela dans le monde développé occidental. (Notez le silence officiel britannique et rappelez-vous cette observation de Cole Moreton, dans The Independent du 6 novembre 2005, pour juger de l’indépendance britannique dans la matière du nucléaire: « So MPs can rage all they like about not getting a vote, and the Prime Minister can warm his hands on Britain's apparent status as a nuclear power, but when it comes to replacing Trident, whatever the cost, one outcome is more likely than anything else: we will wait and see what America does. Then copy it. ») Cela implique que, dans ce domaine, les Français sont qualitativement et en termes d'autonomie de décision, l'alter ego des Américains (par définition, le seul alter ego dans le camp occidental. Pour approuver ou pour contester les démarches américaines. Dont acte."

Lire l'analyse entière de défensa...

Strasbourg: Conférence débat sur la Russie et l'Europe

Le Mouvement Européen Alsace et les Jeunes Européens Strasbourg vous invitent à une conférence-débat: Jeudi le 26 janvier 2006 à 18H30 , à l'Institut d'Etudes Politiques de Strasbourg (47, avenue de la Forêt-Noire)

Relations Europe-Russie: état des lieux et perspectivesmedium_russie..4.gif

avec la participation de : Vladimir KOROTKOV, Consul de Russie à Strasbourg et Henri de GROSSOUVRE, Directeur du Forum Carolus, auteur spécialiste des relations stratégiques euro-russes.

Après un exposé par chacun des intervenants, tous deux se prêteront à un échange avec l'auditoire. Entre les relations de la Russie avec les nouveaux membres de l'Union européenne, les récentes difficultés liées à l'énergie ou encore le partenariat europeo-medium_logo_carolus.12.jpgrusse dans l'espace, voici autant d'aspects qui jouent dans les relations avec notre puissant voisin de l'Est et qui feront l'objet du débat de jeudi soir. L'entrée est libre.

23 janvier 2006

Le Prix de Gaulle - Adenauer remis à Messieurs Schmidt et Giscard d'Estaing

Mme Catherine Colonna, ministre déléguée aux Affaires européennes et secrétaire générale pour la coopération franco-allemande, se rendra à Berlin le mardi 24 janvier à l'occasion de la journée franco-allemande, où elle passera la journée avec son homologue allemand, M. Gunter Gloser.

A 10h, les deux ministres visiteront le centre de formation professionnelle de l'association SOS Kinderdorf (SOS Village d'enfants) (Oudernarder Str. 16). Ils se rendront ensuite à 11h15 au ministère des Affaires étrangères pour tenir une conférence de presse conjointe.medium_destaing.3.jpg

A 12h, ils remettront, aux côtés de M. Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères, le prix de Gaulle - Adenauer à M. Helmut Schmidt et à M. Valéry Giscard d'Estaing (ministère des Affaires étrangères, Weltsaal).

medium_schmidt.3.jpgA 14h30, Mme Catherine Colonna et M. Gunter Gloser concluront le colloque sur la formation professionnelle et l'intégration des jeunes (ministère des Affaires étrangères, salle Adenauer).

A 15h30, ils rencontreront au Bundestag les représentants des groupes parlementaires à la Commission des Affaires européennes. Leurs discussions porteront notamment sur les résultats du Conseil européen de décembre 2005 et sur les enjeux de la présidence autrichienne de l'UE.

 

Source: Point de presse du 20 janvier 2006 du porte-parole du Quai d'Orsay

21 janvier 2006

Blaesheim 23 janvier: mini sommet Merkel Chirac

Après medium_merkel_chirac.jpgdemain, le lundi 23 janvier 2006 aura lieu à Blaesheim en Alsace un mini sommet entre la chancelière Merkel et le président Chirac. La première rencontre de Blaesheim de madame Merkel avait eu lieu le 8 décembre dernier. Cette rencontre était la 24e du processus de Blaesheim qui a débuté en 2001. Ces rencontres informelles auxquelles assistent aussi les ministres des affaires étrangères sont une des expressions de l'étroite coopération franco-allemande. Le restaurant "chez Philippe" à Blaesheim où ces rencontres se déroulent, en dehors de la qualité de sa cuisine, est aussi connu pour les dessins souvent voilés aux formes plantureuses de Tomi Ungerer, au 1er étage...

Le mercredi 23 novembre 2005, Angela Merkel avait effectué en France sa première visite officielle de chancelière aumedium_pots_fleurs.jpg lendemain de son élection par le Bundestag. A l'issue de cette rencontre, le président français avait affirmé partager avec madame Merkel la même idée de l'Europe qu'avec son prédecesseur social-démocrate, Gerhard Schroeder.

Voir aussi: Angela Merkel et Jacques Chirac veulent développer une Europe politique et sociale en renforçant l'axe franco-allemand (l'Express). Monsieur Chirac rencontre madame Merkel à Berlin (ambassade de France). Avec la France pour une Europe forte (www.bundesregierung.de). Deutschland und Frankreich wollen Einigung bei EU-Finanzverhandlungen (www.bundeskanzlerin.de)

19 janvier 2006

Discours de Dominique de Villepin à l’Université Humboldt

Le premier ministre français, M. Dominique de Villepin, a prononcé le 18 janvier 2006, à l'Université de Humboldt (Berlin), un discours sur l’Europe intitulé : « L’Allemagne, la France et l’avenir de l’Union européenne ».

« Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs, medium_devillepin.3.jpg
Chers Amis,

Je suis heureux de vous retrouver ici, à Berlin, ville symbole d’une Europe réconciliée et tournée vers l’avenir. C’est un honneur de m’exprimer dans cette université placée sous la figure tutélaire de Wilhelm, le philosophe mais aussi d’Alexandre de Humboldt, savant, mais aussi voyageur et diplomate qui, entre Berlin et Paris, incarne à lui seul un certain idéal européen. Encore ce matin en Conseil des ministres, le Président de la République, qui a reçu récemment Angela MERKEL, a insisté sur l’importance de la relation entre nos deux Etats et nos deux peuples, qui est au cœur de la construction européenne. Et il m’a redit tout le rôle que devaient jouer nos deux pays face aux défis actuels.

Car oui, nous sommes dans un temps de grand changement, un temps de questions et d’interrogations. Je ne suis donc pas venu vous présenter une vision cartésienne et achevée de l’Europe, mais partager avec vous quelques questions et quelques convictions. Car aujourd’hui nous avons moins besoin d’esprit de système que de persévérance, d’humilité et d’imagination. »

Lire le discours entier en français

Deutsche Übersetzung der Rede

17 janvier 2006

Villepin à Berlin le 18

medium_joschka.3.jpgEn décembre 2000, dans son célèbre discours à l'université Humbold à Berlin, Joschka FISCHER avait vivement plaidé en faveur de la constitution d'un noyau dur européen (Vom Staatenverbun zur Föderation, Gedanken über die Finalität der Europäischen Integration). L'idée d'un noyau dur avait été proposée en 1994 par les députés Lamers et Schaüble. Aujourd'hui plus que jamais, pour sortir de la crise institutionnelle, l'Europe a besoin que quelques pays pionniers décident ensemble d'aller résolument de l'avant, tout en laissant la porte ouverte à leurs partenaires qui souhaiteraient les rejoindre ultérieurement. "Stephan Collignon a inventé à ce sujet la jolie expression de la maison avec jardin, le jardin étant l'Union et la maison le noyau dur, pour lui la République Européenne" (Winfried VEIT, Friedrich Ebert Stiftung, La nouvelle géopolitique de l'Europe, mars 2005).

Dominique de VILLEPIN est partisan d'une Avant-Garde européenne à base franco-allemande (voir sur ce sitemedium_villepin.5.jpg notre note article paru dans le Figaro du 15 juin: "Alternative au Non à Strasbourg". Demain, mercredi 18 janvier, faisant écho au discours de Joschka FISCHER, Dominique de VILLEPIN prononcera un discours à l'Université Humbold de Berlin.

L'Europe centrale se rapproche de Paris et Berlin

medium_carte_avant-garde.6.jpgAu lendemain de la présidence britannique, l'Europe centrale se rapproche de plus en plus des positions européennes franco-allemandes d'une Europe politique basée sur une économie sociale de marché (modèle rhénan) et s'éloigne progressivement de la conception britannique d'une Europe Marché, vaste zone de libre échange.

Dans l'Express International du 15 au 21 décembre, Bernard GUETTA, chroniqueur sur les questions internationales medium_bernard_guetta.jpgpour France Inter et l'Hebdomadaire l'Express, signait un article décrivant cette évolution récente: "Hier inconditionnelle de Tony Blair, l'Europe de l'Est se rapproche de Paris et Berlin (...). Hier deux blocs y semblaient figés pour longtemps. Vent en poupe, la Grande-Bretagne et les pays sortis du communisme convergaient dans le libéralisme, la volonté de ne jamais s'écarter des Etats-Unis (...) La dessus coup de tonnerre. Chargé de la présidence semestrielle de l'Union, Tony Blair vient informer, il y a dix jours, les capitales d'Europe de l'Est que le seul moyen qu'il ait trouver de boucler le projet de budget 2007-2013 est de rogner sur les "fonds structurels" (...) Les nouveaux membres se  sentent trahis. Ils protestent, rappellent au principe de solidarité européenne, qu'ils n'avaient pas toujours révéré, en appellent à Paris et Berlin. Et ce retournement de situation donne soudain à voir que la réalité européenne n'est pas forcément celle que l'on croyait. Lire l'article de Bernard Guetta (L'express International)

La pertinence du choix du Forum Carolus, il y a plus de six mois, de travailler à une relance politique européenne en associant étroitement le couple franco-allemand à l'Europe centrale est ainsi confirmée par l'actualité la plus récente. Dans ses dernières publications et interventions (H. de Grossouvre au séminaire sur l'Avant-Garde des 18 et 19 novembre dernier à Budapest & article en anglais et italien dans "The Federalist"), le Forum Carolus insistait sur la proximité des conceptions européennes de la France, de l'Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg, dans les domaines économiques (modèle rhénan), de défense (réunions de Tervuren d'avril 2003), de politiques étrangères (positions communes lors de la guerre en Irak) et fiscales. Mais pour pouvoir mener leur projet au succès, le Forum Carolus, rappelait aussi que ces quatre pays devait, autant que faire se peut, l'ouvrir aux petits pays et surtout à l'Europe danubienne. Ayant anticipé l'évolution analysée par Bernard Guetta, notre livre à paraître cette année sur une Avant-Garde s'ouvrant sur l'Europe centrale en incluant la Hongrie et l'Autriche, tombe ainsi à point nommé. 

15 janvier 2006

Souveraineté technologique et indépendance de l'Europe

La revue Diplomatie a publié dans un numéro hors série les actes du colloque "Indépendance de l'Europe et medium_diplo_mag_st_2.jpgsouveraineté technologique" organisé par Paneurope France en avril 2004 à Paris. Plus de 70 experts y analysent les enjeux pour l'Europe de la maîtrise des technologies de souveraineté.

Madrid avait pris le relai du 5 au 7 octobre 2005: "Innovation tecnologica futuro de Europa". Un compte rendu est consultable medium_congresmadrid.jpgsur le site de Paneurope France et sur le site espagnol du colloque.

Cette série de colloques s'est terminée en novembre 2005 en Allemagne. Paneuropa Deutschland a organisé à Augsburg, en Bavière, un colloque sur le même sujet ("Unabhängigkeit Europas und technologisches Souveränität"). Le numéro 4 du magazine de Paneuropa Deutschland (28. Jahrgang/Nr.4 Vierteljahr 2005) a publié un court compte rendu de cette réunion d'une grande envergure qui fera l'objet d'une publication exhaustive. 

13 janvier 2006

Galileo en orbite

Le premier démonstrateur de Galileo a été mis en orbite, ce qui constitue la toute première étape vers le nouveau medium_galileo.jpgsystème européen de navigation par satellite à l'échelle mondiale, réalisé en partenariat entre l’Agence spatiale européenne et la Commission européenne.

Voir: Mise en orbite du premier satellite Galileo destiné à tester les technologies clés (ESA).

12 janvier 2006

Repêcher la constitution?

medium_barrot.gifDans un entretien au quotidien autrichien Kurier, Jacques Barrot, vice-président de la Commission en charge des medium_paris_verfassung.jpgtransports se prononce pour une adoption limitée des seuls aspects institutionnels du traité, les autres aspects, comme la partie III, sont abandonnés. Cette proposition est contraire à la position officielle de la Commission, favorable à l'adoption entière du traité....

Voir, Kurier:  "Paris schert bei Verfassung aus..."

11 janvier 2006

Nouveau départ pour l'Europe?

"Europe, un nouveau départ?" tel est le titre de l'éditorial de Jean-Claude KIEFER, responsable des questions européennes aux DNA (mercredi 11 janvier, page 3). L'auteur rappelle que l'Allemagne vient de lancer un programme de croissance de 25 milliards d'Euros (voir notamment: Wachstumsprogramm wird laut Müntefering nicht aufgestockt), "ce plan qui ne fait pas l'unanimité outre-Rhin a le mérite d'exister. Il témoigne d'une réelle volonté politique tout en soulignant, sans que ce soit l'intention de Berlin, les abyssales carences de l'Europe". Jean-Claude KIEFER propose un plan de relance européen, "ce qui serait logique pour 25 Etats vivant en marché unique voire en union monétaire pour douze d'entre eux".

La veille le président Chirac avait souhaité un nouveau départ à l'Union en présentant ses voeux traduits dans vingt langues sur les sites internet des ambassades de France aux citoyens des vingt-cinq Etats membres. La réforme institutionnelle était le principal objet de cette nécessaire relance et le président Chirac pense que la zone Euro pourrait, dans cette entreprise, jouer un rôle moteur. Il se prononce ainsi clairement une nouvelle fois, au risque de la controverse, mais comme de nombreux responsables politiques, de droite et de gauche, en faveur d'une relance par une Avant-garde. Malheureusement, il est vraisemblable que l'échéance électorale de 2007 obligera le gouvernement français à un certain attentisme, c'est pourquoi il est important que d'autres pays et la société civile française s'emparent de ce projet. En attendant, le ministre français des affaires étrangères se rendra demain, jeudi 12 janvier, à Berlin pour rencontrer son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, cette réunion sera principalement consacrée à l'avenir de l'Union et à l'élargissement.

H. de Grossouvre

10 janvier 2006

France, Autriche, Europe

"La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Mme Ursula Plassnik, effectue une visite en France le 10 janvier. medium_plassnik.jpgElle s'entretiendra à cette occasion avec le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, et avec la ministre déléguée aux Affaires européennes, Mme Catherine Colonna. Cette visite, qui intervient au tout début de la présidence autrichienne de l'Union, sera l'occasion d'aborder tous les dossiers européens d'actualité, en particulier la réflexion sur l'avenir de l'Union en vue du Conseil européen des 15 et 16 juin. (...) la France apportera tout son concours à l'Autriche pour faire de sa présidence un succès et donner ainsi un nouvel élan à l'Europe."  Source: Point de presse du porte parole du Quai d'Orsay.

Durant les négociations européennes sur la Turquie en septembre dernier, malgré de fortes pressions, madame Plassnik était restée ferme et avait réussi à lier le dossier turc à l'entrée de la Croatie dans l'Union. Voir: RFI: Les négociations d'adhésion à la Turquie sont ouvertes, Info Turk n°326. Lors de cette crise, en Russie, gazeta.ru titrait quant à elle: "L'Amérique a fait entrer la Turquie dans l'Europe" (allusion au rôle joué par madame Rice).

A propos de l'accord russo ukrainien sur le gaz, madame Plassnik a accueilli favorablement l'accord passé entre les groupes russes Gazprom et ukrainien (Naftogas Ukrainy), pour madame Plassnik, "les deux groupes ont trouvé ensemble une solution à cette situation difficile et ont démontré leur volonté de respecter leurs obligations en matière d'approvisionnement énergétique de l'Europe" (voir: Autriche 2006).

L'Autriche a toujours partagé le projet politique européen des pères fondateurs. Succédant à la présidence britannique, l'Autriche va s'efforcer de sortir l'Union de la crise qu'elle connait depuis les non français et néerlandais et la supsension du referendum britannique. La personalité de son ministre des affaires étrangères qui a su donner récemment des preuves concrètes du rôle de lien toujours joué par l'Autriche entre l'Europe occidentale et l'Europe centrale tout en se faisant l'avocat des plus petits pays de l'Union sont assurément des atouts.