Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 janvier 2006

Ile Longue: une interprétation

La déclaration de Jacques Chirac à l'Ile Longue à propos de la dissuasion a suscité des interprétations contradictoires. Solidarité atlantiste sur l'Iran, posture gaullienne (Moysi/Ifri), engagement pour l'autonomie de l'Europe (Maulny/Iris), affirmation de politique étrangère, ou enfin opération de politique intérieure? En tous cas il semblerait que le lien avec l'Iran et les apparentes solidarités qu'il impliquerait soit trompeur... L'analyse de de defensa:medium_logo_defensa.jpg

"23 janvier 2006 — La “sortie” de Jacques Chirac à l’Île Longue, à propos de la dissuasion, en a remué beaucoup sans éclaircir beaucoup à première vue. La variété des interprétations répond-elle à l’éventuelle obscurité du propos? C’est à voir. (...) Ce qui importe au contraire c'est de connaître l'effet obtenu, dont on ignore s'il fut voulu (...) La première chose, c'est la réaffirmation tonitruante que la puissance nucléaire française existe et qu'elle est totalement indépendante, et qu'elle est intégralement modernisée par les seuls moyens français. Seule la France, en plus des Etats-Unis peut dire cela dans le monde développé occidental. (Notez le silence officiel britannique et rappelez-vous cette observation de Cole Moreton, dans The Independent du 6 novembre 2005, pour juger de l’indépendance britannique dans la matière du nucléaire: « So MPs can rage all they like about not getting a vote, and the Prime Minister can warm his hands on Britain's apparent status as a nuclear power, but when it comes to replacing Trident, whatever the cost, one outcome is more likely than anything else: we will wait and see what America does. Then copy it. ») Cela implique que, dans ce domaine, les Français sont qualitativement et en termes d'autonomie de décision, l'alter ego des Américains (par définition, le seul alter ego dans le camp occidental. Pour approuver ou pour contester les démarches américaines. Dont acte."

Lire l'analyse entière de défensa...

Commentaires

A lire également également :
[…]
Nous pensons qu’il convient d’examiner ces déclarations dans deux perspectives, la perspective traditionnelle qui est celle de la défense de la France, une perspective nouvelle qui est celle de la défense européenne.
[…]
Conclusion
Les quelques considérations qui précèdent semblent montrer en tous cas que la construction européenne pourrait se faire bien plus vite que prévue autour de politiques de défense imposées par l’augmentation vraisemblables des risques de conflit dans le monde de demain. Dans cette perspective, l’offre de la France faite par Jacques Chirac à l’Ile Longue pourrait marquer le début d’une reprise dans la construction d’une puissance européenne, fondée sur des technologies de souveraineté, dont nous faisons valoir la nécessité dans cette revue. Nous pensons pour notre part qu’un changement éventuel de majorité, faisant suite aux prochaines élections françaises, n’entraînerait pas de conséquences négatives pour cette nouvelle politique, si elle se concrétisait réellement dans les mois à venir.

L'article en entier : http://tinyurl.com/9n83x

Écrit par : Rolling | 24 janvier 2006

Les commentaires sont fermés.