Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 janvier 2006

Blaesheim 23 janvier: mini sommet Merkel Chirac

Après medium_merkel_chirac.jpgdemain, le lundi 23 janvier 2006 aura lieu à Blaesheim en Alsace un mini sommet entre la chancelière Merkel et le président Chirac. La première rencontre de Blaesheim de madame Merkel avait eu lieu le 8 décembre dernier. Cette rencontre était la 24e du processus de Blaesheim qui a débuté en 2001. Ces rencontres informelles auxquelles assistent aussi les ministres des affaires étrangères sont une des expressions de l'étroite coopération franco-allemande. Le restaurant "chez Philippe" à Blaesheim où ces rencontres se déroulent, en dehors de la qualité de sa cuisine, est aussi connu pour les dessins souvent voilés aux formes plantureuses de Tomi Ungerer, au 1er étage...

Le mercredi 23 novembre 2005, Angela Merkel avait effectué en France sa première visite officielle de chancelière aumedium_pots_fleurs.jpg lendemain de son élection par le Bundestag. A l'issue de cette rencontre, le président français avait affirmé partager avec madame Merkel la même idée de l'Europe qu'avec son prédecesseur social-démocrate, Gerhard Schroeder.

Voir aussi: Angela Merkel et Jacques Chirac veulent développer une Europe politique et sociale en renforçant l'axe franco-allemand (l'Express). Monsieur Chirac rencontre madame Merkel à Berlin (ambassade de France). Avec la France pour une Europe forte (www.bundesregierung.de). Deutschland und Frankreich wollen Einigung bei EU-Finanzverhandlungen (www.bundeskanzlerin.de)

Commentaires

Il semblerait qu’on assiste à un retour en force du « germano-atlantisme », parfaitement assumé par Mme Merkel (L'Allemagne d'Angela Merkel retrouve le giron transatlantique : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-3214,36-738280@51-730152,0.html).

Ne faudrait-il pas maintenant, pour espérer sortir un jour de ce cauchemar géopolitique d’une Europe molle sous protectorat américain jusqu’à la fin des temps, que les Français commencent à détricoter l’OTAN en la quittant purement et simplement, allant enfin jusqu’au bout de la logique gaullienne ? Il s’agirait par là de prouver aux autres Européens qu’on peut survivre sans aucun lien politico-militaire formel avec Washington, a fortiori depuis la fin de l’URSS.
La France ne peut pas continuer à prétendre vouloir une défense européenne crédible et autonome et rester dans l’OTAN, ou alors c’est qu’elle ne croit pas à son propre discours.

Puisque le noyau dur politique avec l’Allemagne n’est plus possible avant longtemps, prenons-en acte et faisons cavalier seul. Une avant-garde à...un, vaut mieux que pas d’avant-garde du tout.

Écrit par : Pilum | 06 février 2006

Les commentaires sont fermés.