Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2006

L'Europe centrale se rapproche de Paris et Berlin

medium_carte_avant-garde.6.jpgAu lendemain de la présidence britannique, l'Europe centrale se rapproche de plus en plus des positions européennes franco-allemandes d'une Europe politique basée sur une économie sociale de marché (modèle rhénan) et s'éloigne progressivement de la conception britannique d'une Europe Marché, vaste zone de libre échange.

Dans l'Express International du 15 au 21 décembre, Bernard GUETTA, chroniqueur sur les questions internationales medium_bernard_guetta.jpgpour France Inter et l'Hebdomadaire l'Express, signait un article décrivant cette évolution récente: "Hier inconditionnelle de Tony Blair, l'Europe de l'Est se rapproche de Paris et Berlin (...). Hier deux blocs y semblaient figés pour longtemps. Vent en poupe, la Grande-Bretagne et les pays sortis du communisme convergaient dans le libéralisme, la volonté de ne jamais s'écarter des Etats-Unis (...) La dessus coup de tonnerre. Chargé de la présidence semestrielle de l'Union, Tony Blair vient informer, il y a dix jours, les capitales d'Europe de l'Est que le seul moyen qu'il ait trouver de boucler le projet de budget 2007-2013 est de rogner sur les "fonds structurels" (...) Les nouveaux membres se  sentent trahis. Ils protestent, rappellent au principe de solidarité européenne, qu'ils n'avaient pas toujours révéré, en appellent à Paris et Berlin. Et ce retournement de situation donne soudain à voir que la réalité européenne n'est pas forcément celle que l'on croyait. Lire l'article de Bernard Guetta (L'express International)

La pertinence du choix du Forum Carolus, il y a plus de six mois, de travailler à une relance politique européenne en associant étroitement le couple franco-allemand à l'Europe centrale est ainsi confirmée par l'actualité la plus récente. Dans ses dernières publications et interventions (H. de Grossouvre au séminaire sur l'Avant-Garde des 18 et 19 novembre dernier à Budapest & article en anglais et italien dans "The Federalist"), le Forum Carolus insistait sur la proximité des conceptions européennes de la France, de l'Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg, dans les domaines économiques (modèle rhénan), de défense (réunions de Tervuren d'avril 2003), de politiques étrangères (positions communes lors de la guerre en Irak) et fiscales. Mais pour pouvoir mener leur projet au succès, le Forum Carolus, rappelait aussi que ces quatre pays devait, autant que faire se peut, l'ouvrir aux petits pays et surtout à l'Europe danubienne. Ayant anticipé l'évolution analysée par Bernard Guetta, notre livre à paraître cette année sur une Avant-Garde s'ouvrant sur l'Europe centrale en incluant la Hongrie et l'Autriche, tombe ainsi à point nommé. 

Commentaires

Même si l'idée est de créer un groupe pionnier autour des six pays fondateurs, lire également la lettre d'Euraction N°38 de 12/05 : http://www.euraction.org/lett/LF388.pdf

[...]
C’est pourquoi ils ont remis sur le tapis l’objectif de promouvoir la naissance d’un cadre plus favorable à la relance du processus d’unification politique à travers l’initiative d’un groupe restreint d’Etats à l’intérieur de l’Union. Pour ces pays, en premier lieu pour la France et la Belgique, le problème n’est pas de savoir s’il est nécessaire de créer une avant-garde au sein de l’Union européenne mais plutôt comment, quand et avec qui elle devra se produire.
[...]
Toutes les propositions ont en commun l’idée que la France et l’Allemagne doivent nécessairement être au centre du processus et que les domaines dans lesquels l’approfondissement de l’intégration est nécessaire sont les domaines cruciaux de la politique extérieure et de sécurité, y compris la défense et la lutte contre le terrorisme, de la fiscalité et du système de protection sociale. Toutes les hypothèses préfigurent des avant-gardes ouvertes auxquelles tous les Etats qui s’accordent sur les objectifs et les règles fixées peuvent adhérer, à la seule exception de l’idée d’un groupe composé des six plus grands pays. Mais chacune dessine des projets et des objectifs institutionnels différents et ce sont justement ces derniers qui vont déterminer, en fait, la possibilité de réussite ou d’échec de l’initiative d’une avant-garde.
[...]

Écrit par : Rolling | 17 janvier 2006

Les commentaires sont fermés.