Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 janvier 2006

Repêcher la constitution?

medium_barrot.gifDans un entretien au quotidien autrichien Kurier, Jacques Barrot, vice-président de la Commission en charge des medium_paris_verfassung.jpgtransports se prononce pour une adoption limitée des seuls aspects institutionnels du traité, les autres aspects, comme la partie III, sont abandonnés. Cette proposition est contraire à la position officielle de la Commission, favorable à l'adoption entière du traité....

Voir, Kurier:  "Paris schert bei Verfassung aus..."

Commentaires

Cela ressemble à une proposition faite par l'hebdo "Marianne" en juin 2005 : http://minilien.com/?GTdiFwZIwf

[...]
Il suffirait, en effet, de supprimer la 3e partie du traité qui n'avait strictement rien à y faire et, de la sorte, d'escamoter l'absurde constitutionnalisation a la soviétique du système économique de l'Union (en l'occurrence libéral) ; d'accorder quelques droits démocratiques supplémentaires au Parlement européen; de permettre une révision à la majorité qualifiée (et ainsi de laisser ouverte la perspective fédérale) ; de fixer les limites de l'espace européen ; de rendre aux Etats la possibilité de contrôler et de rééquilibrer leurs flux migratoires ; éventuellement même d'évoquer le rôle du christianisme, au même titre que la philosophie des Lumières et l'héritage gréco-romain, dans l'émergence d'une identité européenne ; et le texte serait certainement adopté, sans même qu'il faille nécessairement renoncer (ce qui serait pourtant souhaitable) au droit de veto de fait en matière fiscale, sociale et diplomatique !
[...]

Écrit par : Rolling | 12 janvier 2006

malheureusement le projet ne serait pas adopté puisque les autrichiens entre autres ne veulent pas en entendre parler

Écrit par : brigetoun | 12 janvier 2006

Sauver le traité constitutionnel est-il vraiment primordial ?
Rappelons que l’objectif final est de créer un Etat européen autour d’un noyau dur franco-allemand, puisque l’UE ne pourra jamais se transformer en une fédération souveraine en matière diplomatique et militaire.
A ce sujet, le paysage politique commence d’ailleurs à se préciser, avec notamment le « G6 » de N. Sarkozy qui entérine l’abandon de toute perspective fédérale, tout en ayant habilement l’air de défendre l’idée d’Europe politique (avec le Royaume-Uni et la Pologne !). Voilà qui ne peut que plaire aux euroseptiques et aux atlantistes. De Gaulle doit se retourner dans sa tombe.

Écrit par : Pilum | 14 janvier 2006

Les commentaires sont fermés.