Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 janvier 2006

France, Autriche, Europe

"La ministre autrichienne des Affaires étrangères, Mme Ursula Plassnik, effectue une visite en France le 10 janvier. medium_plassnik.jpgElle s'entretiendra à cette occasion avec le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, et avec la ministre déléguée aux Affaires européennes, Mme Catherine Colonna. Cette visite, qui intervient au tout début de la présidence autrichienne de l'Union, sera l'occasion d'aborder tous les dossiers européens d'actualité, en particulier la réflexion sur l'avenir de l'Union en vue du Conseil européen des 15 et 16 juin. (...) la France apportera tout son concours à l'Autriche pour faire de sa présidence un succès et donner ainsi un nouvel élan à l'Europe."  Source: Point de presse du porte parole du Quai d'Orsay.

Durant les négociations européennes sur la Turquie en septembre dernier, malgré de fortes pressions, madame Plassnik était restée ferme et avait réussi à lier le dossier turc à l'entrée de la Croatie dans l'Union. Voir: RFI: Les négociations d'adhésion à la Turquie sont ouvertes, Info Turk n°326. Lors de cette crise, en Russie, gazeta.ru titrait quant à elle: "L'Amérique a fait entrer la Turquie dans l'Europe" (allusion au rôle joué par madame Rice).

A propos de l'accord russo ukrainien sur le gaz, madame Plassnik a accueilli favorablement l'accord passé entre les groupes russes Gazprom et ukrainien (Naftogas Ukrainy), pour madame Plassnik, "les deux groupes ont trouvé ensemble une solution à cette situation difficile et ont démontré leur volonté de respecter leurs obligations en matière d'approvisionnement énergétique de l'Europe" (voir: Autriche 2006).

L'Autriche a toujours partagé le projet politique européen des pères fondateurs. Succédant à la présidence britannique, l'Autriche va s'efforcer de sortir l'Union de la crise qu'elle connait depuis les non français et néerlandais et la supsension du referendum britannique. La personalité de son ministre des affaires étrangères qui a su donner récemment des preuves concrètes du rôle de lien toujours joué par l'Autriche entre l'Europe occidentale et l'Europe centrale tout en se faisant l'avocat des plus petits pays de l'Union sont assurément des atouts.

Les commentaires sont fermés.